Retour sur la conférence de la SFT du samedi 10 décembre

Par Ombeline Pavy, étudiante M2

logo3

 

Cette année, les étudiant.e.s de deuxième année de Master TSM ont eu l’opportunité d’assister à une formation très courue de la SFT (Société Française des Traducteurs) qui a eu lieu pour la deuxième année consécutive à Villeneuve d’Ascq, sur le domaine du Pont de Bois. Outre les étudiants, de nombreux professionnels (qu’ils soient traducteurs indépendants ou traducteurs salariés) et futurs professionnels du secteur de la traduction avaient répondu à l’appel.

Le nom de cette formation est le suivant : réussir son installation et se constituer une clientèle.

Pour aborder les différents thèmes de la journée de formation, deux intervenantes ont fait le déplacement. Nathalie Renevier, traductrice indépendante spécialisée dans la traduction médicale, scientifique et juridique, basée dans la région de Grenoble, et Chris Durban, également traductrice indépendante,  spécialisée dans la traduction financière, basée en région parisienne. Depuis plusieurs années maintenant, c’est ce duo très spécial qui se charge de cette formation très enrichissante pour les professionnels du secteur.

sft

Nathalie Renevier a débuté la formation. Tout au long de la matinée, cette dernière nous a fait part des différents statuts existants (notamment celui d’autoentrepreneur, et celui de profession libérale). Elle a mentionné les spécificités de ces différents statuts, mais aussi leurs points forts et leurs points faibles. Ainsi, nous avons obtenu des informations précises sur les charges sociales, les déclarations, les obligations légales et les comptes bancaires pour ne citer que quelques uns des points abordés. Ensuite, la traductrice indépendante s’est attaquée aux différents régimes fiscaux existants (et plus particulièrement au régime micro-social et au régime réel). Étant donné que le choix du statut est primordial pour un traducteur indépendant, ces informations et conseils nous ont été très bénéfiques.

En début d’après-midi, Nathalie Renevier a continué la formation pour donner des détails sur la gestion du quotidien d’un traducteur indépendant. Elle a principalement mis l’accent sur les devis, les factures et les bons de commande en faisant part des différents éléments devant obligatoirement figurer sur ces fichiers. Pour terminer son intervention, la traductrice indépendante nous a prouvé l’importance de la lecture attentive des contrats. Pour ce faire, nous avons effectué différents cas pratiques.

sftcd

Puis, c’est Chris Durban qui a poursuivi la formation. Cette dernière à tout d’abord mis l’accent sur l’importance de la spécialisation (spécialisation par domaine, et même par sous-domaine). En effet, la traductrice indépendante spécialisée dans la finance nous a rappelé qu’il valait mieux être réellement spécialisé dans quelques domaines plutôt que de se spécialiser légèrement dans de nombreux domaines. Pour se spécialiser, la traductrice nous a recommandé de trouver des associations professionnelles elles-mêmes spécialisées dans le domaine en question. Chris Durban a ensuite donné aux personnes présentes de nombreux conseils permettant de se positionner sur le marché de la meilleure des manières.

Pour terminer la journée, Chris Durban nous a donné quelques astuces qui pourraient  permettre à un traducteur indépendant de se constituer une clientèle. Elle nous a mentionné différentes tâches qu’elle même fait depuis des années dans le but de trouver de nouveaux clients. Nous avons donc retenu qu’il était important de s’intéresser, de bouger, d’aller au contact de clients potentiels, de se rendre dans des salons, de participer à des réunions de professionnels, d’assister à des conférences…). En fait, un traducteur indépendant se doit de toujours avoir une carte de visite sous la main, au cas où un échange anodin pourrait se transformer en relation de travail.  Elle n’a pas manqué de nous rappeler qu’il est important de connaître les acteurs du marché, et de comprendre le domaine dans lequel on choisit de se spécialiser.

 

Tout au long de la journée de formation, Chris Durban et Nathalie Renevier ont insisté sur le fait qu’un traducteur indépendant ne doit pas seulement aller à la rencontre de clients potentiels, il se doit également d’aller à la rencontre d’autres traducteurs indépendants.

Les échanges entre les deux intervenantes et les personnes présentes ont été nombreux lors de cette formation très vivante. Toutes les personnes présentes pouvaient poser des questions à tout moment, ce qui a rendu la discussion dynamique.

Les étudiant.e.s du Master TSM souhaitent remercier une fois encore les deux intervenantes pour leurs explications et conseils précieux, ainsi que pour leur bonne humeur.

Publicités

2 réflexions sur “Retour sur la conférence de la SFT du samedi 10 décembre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s