Qu’est-ce qu’un chef de projet 3.0 ?

Par Camille Blanc, diplômée TSM aujourd’hui chef de projets et responsable marketing chez TextMaster

 

« Être organisé, rigoureux et savoir respecter des délais stricts », telles sont les qualités de base demandées à un chef de projet. Il faut savoir mener à bien plusieurs projets de front tout en garantissant au client le respect de ses délais et de la qualité des traductions rendues.

Rien de bien nouveau.

Sauf qu’aujourd’hui, sur le marché de la traduction, les technologies évoluent sans cesse et le chef de projet doit constamment s’adapter et se mettre à jour.

J’avais envie de partager avec vous mon expérience chez TextMaster pour illustrer les qualités demandées à un chef de projet 3.0.

 

Qu’est-ce que TextMaster ?

TextMaster est une plateforme de traduction, qui associe une interface de commande et de gestion des traductions, des solutions d’aide à la traduction (CAT) et un réseau de traducteurs experts.

C’est, pour le client, le bénéfice de commander et gérer simplement ses projets en ligne, tout en faisant appel aux meilleures technologies du marché. Il lui suffit d’ajouter son ficher source, de renseigner quelques informations, et TextMaster s’occupe du reste.

Côté traducteur, nous développons notre propre interface de travail, Catify de son petit nom, qui permet aux traducteurs de travailler sur les projets directement en ligne avec toutes les fonctionnalités dont ils ont besoin (glossaire, mémoire de traduction entre autres). De plus, ils bénéficient eux aussi d’une interface de gestion de projets pour s’organiser, gérer leurs factures et leurs paiements (réalisés dès qu’une mission est terminée).

 

Être geek (un peu) !

TextMaster prend donc le parti de gérer toute la partie technique pour laisser le traducteur se concentrer uniquement sur sa traduction. Je trouve ça très positif pour les freelances, car dans mes précédentes expériences professionnelles mes craintes quotidiennes venaient essentiellement de problèmes de conversion, de génération de fichier cible… Nous développons donc nos propres outils de traduction, et, en tant que chef de projet, c’est donc à moi de mettre les mains dans le cambouis quand c’est nécessaire, avec l’aide précieuse des développeurs. Mon rôle est de guider le client vers la solution adéquate selon ses formats de fichiers. Je suis devenue incollable en CSV, XML et autres codes improbables, qui aurait su !

Travailler pour une plateforme, c’est donc devenir un peu geek. La technologie liée à la traduction ne cesse d’évoluer, on en entend de plus en plus parler dans les médias à travers le « machine learning » notamment. En tant que chef de projet pour une plateforme, c’est presque un devoir d’être au courant de ces nouveautés, de les comprendre et d’y réfléchir pour les mettre en place et en définir les avantages et les limites.

Par exemple, les systèmes d’intégration de traductions font partie des nouveautés auxquelles j’ai dû vite m’adapter. Ce procédé permet de lancer des traductions directement depuis le site du client, sans export de données et donc sans manipulation de fichiers codés. Une fois la traduction terminée, elle est aussi réintégrée automatiquement sur leur site. En tant que chef de projet j’ai pu remarquer que les traducteurs manquaient régulièrement de contexte sur ce type de projet puisqu’une grande partie du lancement est automatisée. J’ai donc échangé avec l’équipe de développeurs pour en modifier légèrement l’interface et orienter au maximum le client vers la rédaction d’un briefing détaillé avant le lancement. Ça a été mis en place et les traducteurs ont rencontré moins de problèmes de briefing sur ces projets.

Communiquer et former

Toutes ces technologies doivent aussi être expliquées aux clients, qui sont parfois inquiets de savoir que les traducteurs n’utilisent pas seulement un dictionnaire pour traduire… Mon rôle de chef de projet est donc de leur en dire plus sur ces outils. La TAO et la traduction automatique, grandes stars des technologies de la traduction, peuvent certes représenter un réel avantage en permettant de gagner en productivité et en harmonisation mais ne peuvent pas être appliquées à tous types de projets. J’ai régulièrement dû expliquer le principe à des clients qui généralement sont curieux et compréhensifs.

Si la plateforme est un outil pour le chef de projet, elle l’est avant tout pour les traducteurs. Leurs commentaires sont donc essentiels dans le développement de notre interface : certains traducteurs sont d’ailleurs devenus des « bêta-testeurs », ils essaient chaque nouvelle fonctionnalité avant sa sortie. En tant que chef de projet, on doit recevoir et analyser ces remarques afin de les transmettre au mieux et selon leur priorité aux développeurs de Catify. J’ai l’impression de participer activement au développement d’un outil de traduction.

Rester ouvert aux évolutions

Après mes études, j’ai eu la chance d’être chef de projet dans une grande agence traditionnelle, puis dans une petite entreprise et enfin comme freelance. J’ai donc pu observer un panel d’organisations différentes et à vrai dire, je n’étais pas convaincue.

J’ai eu l’impression de passer de « maillon de la chaîne » qui reçoit et livre des fichiers sans vraiment intervenir, à un couteau suisse humain (chef de projet qui révise, met en page, traduit et gère les bugs), ce n’était pas assez ou trop pour moi.

Chez TextMaster j’ai été séduite par cette technologie en mouvement. C’est très motivant et m’a permis de développer mes compétences en communication et pédagogie. J’ai d’ailleurs saisi l’opportunité de devenir « Talent Marketing Manager », un poste qui me correspond aujourd’hui davantage puisque mon rôle est de mieux communiquer sur ces technologies et mieux informer les traducteurs.

En résumé, je pense qu’il faut briser l’image du chef de projet « rigoureux et organisé » qui n’est plus vraiment d’actualité. Evidemment, ces qualités restent utiles, mais aujourd’hui ce qui semble vraiment compter c’est d’être curieux sur les dernières technologies, de savoir les expliquer et surtout d’avoir l’esprit d’initiative, pour pouvoir proposer aux clients et aux traducteurs les meilleures solutions selon le type de projet.

Publicités

3 réflexions sur “Qu’est-ce qu’un chef de projet 3.0 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s