Comment choisir vos domaines de spécialité ?

 

Article original en anglais Choosing your translation specializations rédigé par Corinne McKay, traductrice américaine du français vers l’anglais.

Traduction en français réalisée par Alvina Veillon, étudiante en M1, Master TSM à l’Université de Lille

 

Image (fond transparent) 1

 

Il y a environ 11 ans, j’ai passé mon premier entretien avec une agence de traduction. La première question de la gestionnaire de projet, « quelles sont vos langues de travail ? », était une question à laquelle je m’attendais. Sa deuxième question, en revanche, m’a vraiment prise au dépourvu : « quels sont vos domaines de spécialisation ? ». Des domaines de spécialisation ? Parler une autre langue n’est-il pas suffisant ? Eh bien, il s’avère qu’avoir simplement des compétences linguistiques ne suffit pas pour réussir une carrière de traducteur. Voici quelques conseils pour identifier des domaines de traduction et savoir dans lesquels se spécialiser.

Premièrement, voici un conseil du traducteur vétéran Jill Sommer (en anglais) : choisissez un domaine dans lequel vous aimez faire des recherches. Vous allez beaucoup vous documenter sur votre domaine de spécialisation ; soyez donc sûr qu’il vous intéresse. Assurez-vous également que la spécialité que vous ciblez vous permettra d’avoir assez de travail pour que votre activité soit viable. Beaucoup débutent en se concentrant sur leurs centres d’intérêt : le tissage, la lutherie, etc. Il y a sans doute du travail dans ces domaines, mais probablement pas assez pour travailler à temps plein, ou pas assez bien rémunéré. Si vous souhaitez travailler avec des clients directs, il y a du travail dans à peu près tous les domaines imaginables. Si vous souhaitez travailler avec des agences, il vous faut vraiment cibler un de leurs principaux secteurs : la finance, le médical, le juridique, le pharmaceutique, l’informatique, les brevets, etc. Il peut aussi vous être utile d’identifier vos « domaines de non-spécialisation », c’est-à-dire les domaines dans lesquels vous ne voulez surtout pas traduire.

J’ai l’impression que dans certains domaines, il y a un nombre croissant de traducteurs qui ont une expérience professionnelle significative dans le secteur de leur spécialité. Aux États-Unis, par exemple, je rencontre de plus en plus d’avocats qui, détestant l’exercice de leur profession ou n’arrivant pas à trouver un emploi épanouissant, se sont tournés vers la traduction, qui s’est présentée comme une alternative. Dans le cas des textes médicaux complexes, il vous faut des connaissances solides en médecine pour produire une bonne traduction. Toutefois, de nombreux traducteurs sont autodidactes dans leurs domaines de spécialisation : ils choisissent un domaine qui leur semble intéressant, commencent avec des textes qui ne sont pas très techniques, puis apprennent au fur et à mesure.

Dans un sens, il est aussi dans votre intérêt de vous diriger là où c’est plus rémunérateur. Je dis à tous mes étudiants en traduction qu’il y a quelque part un juste milieu entre ce que vous voulez traduire et ce pour quoi les clients sont prêts à mettre le prix. Si vous êtes amateur d’art, traduire pour des musées qui prêtent et empruntent des œuvres à l’international peut s’avérer être une niche rémunératrice. Si vous êtes passionné de tissage, vous pouvez peut-être travailler pour des compagnies de textile qui veulent exporter leurs produits. D’un côté, il est judicieux de se focaliser sur un secteur (juridique, pharmaceutique) dans lequel les clients ont besoin de traductions pour leurs affaires. Mais d’un autre côté, il est intéressant de se concentrer sur une industrie (communication d’entreprise, hôtellerie) dans laquelle les clients espèrent qu’une très bonne traduction contribuera au succès de leurs affaires.

Enfin, si vous désirez travailler avec des clients directs, n’ayez pas peur des marchés de niche. Comme vous le dira Karen Tkaczyk, traductrice du français vers l’anglais spécialisée en chimie (en anglais), tout ce dont vous avez besoin est assez de travail pour une seule personne ! J’ai rencontré des traducteurs spécialisés dans l’équitation, la philatélie, la pêche, ou encore le recyclage, et qui s’en sortent très bien. Et si vous voulez approfondir vos connaissances dans votre domaine de spécialisation, une plateforme de MOOC telle que Coursera peut être une bonne piste pour commencer. Vous pouvez en savoir plus sur mon expérience d’un cours d’épidémiologie sur Coursera ici (en anglais).

 

2 réflexions sur “Comment choisir vos domaines de spécialité ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s