Un tête-à-tête inspirant avec Damien Guibbal : un traducteur français au Canada

Par Amélia Guibbal, étudiante M1 TSM

DamienGuibbal

 

Aujourd’hui j’ai eu la chance de pouvoir m’entretenir avec un traducteur passionné au parcours hors normes. Damien Guibbal, mon frère, traducteur en société de traduction chez Ford International à Edmonton en Alberta, au Canada à l’âge de 33 ans nous fait part de son parcours et de son histoire. En effet étant traducteur depuis 2011, des anecdotes, des histoires, des recommandations et des mises en garde il en a plein les poches.

Bonjour Damien, pourrais-tu te présenter en quelques mots et nous parler un peu de ton parcours?

J’ai 33 ans et je vis en Alberta au Canada. J’ai passé la majeure partie de ma scolarité dans les écoles primaires et secondaires françaises. Par la suite, j’ai choisi d’étudier à Canterbury en Angleterre pendant 3 ans, pour obtenir les papiers nécessaires pour entrer au Canada, mon objectif principal. J’ai ensuite étudié à l’Université de Montréal où j’ai suivi une licence en traduction. J’ai été traducteur indépendant pendant quelques années, puis j’ai travaillé chez Amani. Cependant, l’entreprise a dû fermer ses portes. Je travaille à présent chez Ford International.

Qu’est-ce qui t’a attiré dans le domaine de la traduction? Est-ce un domaine qui t’a toujours attiré?

J’ai voulu travailler dans la traduction parce que dans ma vie personnelle, j’ai souvent fait face à des activités, des événements familiaux ou universitaires qui m’ont permis très rapidement d’effectuer des activités de traduction et d’interprétariat. Très jeune, j’ai eu le privilège grâce à ma mère de visiter plusieurs pays au cœur de familles diverses et variées. Lors de ces voyages, j’étais l’un des rares qui savaient faire de l’interprétation depuis l’anglais ou le français. Nous n’avions qu’entre 12 et 16 ans et nous n’étions pas encore des experts, mais ma connaissance de la langue anglaise et ma compréhension des divers accents étaient déjà poussées. J’ai également pu interpréter plusieurs présentations devant un public en tant que volontaire lors de diverses activités universitaires. C’est un domaine qui m’a toujours attiré parce qu’il me permettait d’accomplir deux choses qui me tiennent à cœur. Rencontrer des gens qui ont besoin de mon aide et faire du bon travail sans pour autant être sur le devant de la scène.

As-tu connu des moments très difficiles ou des périodes de doute au cours de tes études? Qu’est-ce qui t’a permis de garder le cap?

Je dirais que mon choix n’était pas le plus simple, l’immigration canadienne est stricte et extrêmement réglementée. Lorsque j’ai annoncé ne pas vouloir rester en Angleterre à ma famille, il leur a été difficile de comprendre pourquoi. L’Angleterre était encore, à l’époque dans l’Union européenne. Vivre là-bas m’aurait permis de bien vivre tout en restant proche de ma famille pour les voir régulièrement. Le séjour en Angleterre s’est fait à contrecœur, un pays extrêmement différent de la France pour de multiples raisons. J’avais déjà visité les deux pays auparavant. Mais l’Angleterre ne m’avait pas vraiment tapé dans l’œil. Le parcours n’a pas été simple, beaucoup de prises de tête avec mes parents, de soirées passées à éplucher des choix de sujets majeurs ou mineurs, de difficultés administratives avec l’immigration canadienne ou les résidences universitaires, sans compter les difficultés d’adaptation dues aux différences culturelles ou aux attentes personnelles une fois sur place. Oui, je ne compte plus le nombre de fois où ma mère m’avait conseillé d’abandonner mes projets. Mais j’ai choisi de garder le cap parce que toute ma vie, je ne m’étais jamais vraiment posé. Je n’avais pas vraiment d’endroit où je me sentais vraiment chez moi. J’ai passé plusieurs années dans des écoles françaises pour ensuite devoir tout abandonner et intégrer des écoles réunionnaises. Même en apprenant la langue, je ne m’y suis jamais senti comme chez moi. La malédiction de ceux qui naissent avec deux cultures opposées, je n’en ai aucun doute. Je voulais simplement partir dans un pays complètement différent, et faire de ce pays mon hameau de paix. Cela a été difficile, mais l’objectif a été atteint. Quand je vois mes deux pays aujourd’hui (France et Angleterre), je ne peux m’empêcher de penser que j’ai pris la bonne décision.

Travailles-tu, actuellement, en tant qu’indépendant ou au sein d’une société de traduction? Es-tu amené à te déplacer pour ton travail?

Pour l’instant je ne travaille pas dans une société de traduction, mais je l’ai fait par le passé pendant 3 ans. J’en garde un très bon souvenir même si ce n’est pas un travail simple. Je ne sais pas ce que vous savez sur le métier de traducteur, mais ce n’est pas fait pour tout le monde. Si vous travaillez en société de traduction, le travail est garanti, mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il sera facile. À moins que vous travailliez pour une grande entreprise, votre salaire dépend directement soit du nombre de pages, du nombre de mots ou si vous êtes chanceux, du nombre d’heures passées sur chaque projet. Les clients déposent leurs demandes de traductions avec des conditions claires et précises sur ce qu’ils souhaitent. Votre professionnalisme sera constamment mis à l’épreuve entre ce que vous pensez être le mieux pour votre client et ce que votre client pense être le mieux pour lui. Une part grandissante de votre travail s’apparente à de la diplomatie internationale, à de la vente automobile en concessionnaire ou a du marketing. C’est à vous de convaincre le client de faire affaire avec vous. Votre supérieur vous tiendra responsable de chaque contrat perdu ou non obtenu, les heures sont longues et la pression constante. C’est un emploi où l’on s’améliore constamment, où l’on tisse des liens très forts et très rapidement avec nos collègues à travers les multiples difficultés communes que nous devons surmonter. Je ne regrette pas l’expérience, mais je conseille à tous ceux qui veulent s’y lancer d’y être préparés.

Si tu es un indépendant, comment fait-on pour s’installer à son compte?

En effet, j’ai aussi travaillé en tant qu’indépendant. Travailleur indépendant parait simple sur papier. En théorie, vous avez juste besoin d’un accès internet, d’un ordinateur avec la suite Microsoft, d’une table et d’une chaise. Le problème est qu’il y a une très forte compétition entre les traducteurs indépendants. Être traducteur indépendant s’apparente, sans s’y méprendre, à lancer sa propre compagnie. Il faut se faire connaitre et obtenir une reconnaissance soit du gouvernement, de l’association des traducteurs du Québec OTTIAQ, de votre liste personnelle de connaissances ou des relations que vous avez tissées au fil des années. Il va falloir vous rendre régulièrement aux conférences de traduction et autres événements afin de vous faire connaitre, d’établir une liste de contacts, et d’obtenir suffisamment de travail pour pouvoir en vivre. Comprenez-moi bien, une très grande partie des traducteurs indépendants ne vivent pas de ce métier, il s’agit d’une activité subsidiaire pour des revenus supplémentaires. Une fois établie et reconnue, du moment que vos clients apprécient votre professionnalisme, la réputation qui s’ensuit suffit pour mettre en place votre entreprise.

Quelles sont tes langues de travail? Es-tu parfois amené à traduire vers d’autres langues que ta langue maternelle?

Je travaille uniquement de l’anglais vers le français et inversement. Je ne travaille jamais dans d’autres langues, nous avons des spécialistes pour chaque langue et je compte sur leur expertise lorsque cela est nécessaire.

À quoi ressemble ta journée «type»?

En bureau de traduction, ma journée type consiste d’abord à revoir tous mes dossiers pour voir s’ils sont à jour ou s’ils nécessitent un suivi. Je dois ensuite consulter les trois autres membres de mon équipe pour m’assurer que rien ne s’est passé pendant mon absence à propos de l’un de nos dossiers. Une annulation, un allongement ou une majoration par exemple. Je dois ensuite suivre les directives de mon chef de groupe et organiser ma journée afin d’accomplir mes objectifs à temps. Si je ne réussis pas, le salaire de toute mon équipe s’en retrouvera pénalisé ou notre temps de travail sera rallongé afin d’atteindre les objectifs initialement fixés. Le chef de groupe divise le temps de travail et fixe les objectifs en fonction du temps accordé par le client pour finir le projet. Demander plus de temps au client nous ferait perdre le contrat a l’avenir, il n’y a donc que très peu de marge de manœuvre.

Tu travailles au Canada. Quelles sont les différences majeures que tu as remarquées avec la France? Et pourquoi le Canada?

Je travaille au Canada parce qu’en France, à moins que vous parliez 6 langues, vous n’avez aucune chance de travailler dans la traduction. Les Belges ou les Néerlandais parlent depuis leurs naissances 3 ou 4 langues, il y a beaucoup de compétition. De plus, les salaires en traduction sans diplôme universitaire ou s’il n’est pas reconnu par un organisme de traduction sont extrêmement bas. Être traducteur indépendant en Europe est extrêmement difficile.

Il y a plusieurs différences entre le Canada et la France. Les traducteurs indépendants sont reconnus et appréciés, ils n’ont pas de restrictions quant au nombre de langues qu’ils parlent. Le système canadien valorise un système qualitatif plutôt que quantitatif. Les Canadiens préfèrent des traducteurs spécialisés dans deux langues plutôt que des traducteurs qui en parlent 5 ou 6. Les instances canadiennes recherchent des traducteurs de l’anglais vers le français ou inversement pour des documents légaux, des comptes rendus d’audience, des brevets pour des inventions, des analyses scientifiques ou statistiques, des amendes ou reprises de possessions de la police canadienne, etc. À mon avis, le Canada reste un meilleur environnement si l’on souhaite devenir traducteur.

Utilises-tu les outils de TAO et de traduction automatique? Et qu’en penses-tu ?

Oui je les ai utilisés de manière récurrente. Il s’agit d’un outil incroyable qui nous fait gagner énormément de temps pour des chaines de phrases qu’on a déjà traduit des centaines de millions de fois. Plusieurs de mes collègues s’inquiètent de cette évolution. Je pense que cette technologie est la bienvenue, elle est même devenue indispensable pour un travailleur indépendant. Imaginez que vous deviez traduire des textes légaux comme des contrats ou des baux pour des locations : 90 % du document est toujours le même, seul les noms et les amendements du contrat changent. Cela serait beaucoup de travail inutile et de temps perdu. De toute façon, l’outil nous permet toujours de choisir comment traduire chaque phrase, le résultat final sera donc toujours le nôtre. Je m’inquiéterai le jour ou la machine pourra, comme aux échecs, prendre une décision plus vite et mieux que moi.

Quelles sont pour toi les plus grandes difficultés et les plus grandes contraintes du métier de traducteur?

Les heures de travail. En indépendant, votre salaire dépendra de vos clients, mais vous ne compterez pas vos heures. En société, votre salaire sera prédéfini, mais votre équipe comptera sur vous pour être présent quel que soit le jour. Comprenez bien, si vous n’aimez pas travailler les fins de semaine, pendant les vacances ou très tard le soir jusqu’a 3 ou 4 h du matin, si vous n’aimez pas la répétition, le travail en équipe, la conciliation, la diplomatie ou si vous n’aimez pas vous vendre, ce travail n’est pas fait pour vous.

Et qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier?

Les liens que l’on forge. Le travail est difficile et éreintant, vous rentrerez chez vous le soir épuisé à force de scruter un écran pendant des heures. Mais comme dit le proverbe, c’est à travers les difficultés que les meilleures relations s’entretiennent. En société, chaque projet vous rapprochera de vos collègues et à travers toutes les difficultés que vous surmonterez, vous vous sentirez comme faisant partie d’un tout. En indépendant, vous serez très proches de vos clients qui vous feront partager de très bons moments, chaque projet que vous accomplirez renforcera la confiance qu’ils ont en vous et vous tisserez des liens avec de nombreuses personnes. Vous aurez un large cercle de connaissances, on vous reconnaitra dans la rue et on vous accostera pour vous poser des questions sur vos activités.

Quels conseils donnerais-tu à de jeunes traducteurs/étudiants en traduction?

Je pense leur avoir donné suffisamment de conseils jusqu’ici. Mais si j’en avais un en particulier, ce serait celui-ci : la traduction est une opportunité de vous construire et de vous faire un nom. Il ne faut absolument pas s’y jeter avec des yeux ébahis rêvant d’un emploi idéal. Comme partout, il y a des avantages et des inconvénients, accepter les inconvénients nous permet de mieux apprécier les avantages. Le démarrage est difficile, mais une fois la pente remontée, votre futur est entièrement entre vos mains.

Et pour finir, de nouveaux projets à venir?

J’ai trop voyagé jusqu’ici, jamais plus de six mois au même endroit depuis mes 18 ans. Je souhaite juste me poser. Néanmoins, je veux toujours découvrir de nouveaux endroits, par exemple je suis allé au Japon cette année. Un pays magnifique que je recommande mais pour l’instant, je voudrais des enfants et fonder ma propre entreprise de traduction une fois que j’aurai changé de province.

 

Merci infiniment Damien pour le temps accordé et pour ta patience. Merci pour toutes les réponses que tu as apportées et nous te souhaitons vraiment le meilleur pour la suite. En espérant que cette nouvelle année sera aussi fructueuse pour toi que l’année dernière. Merci encore pour tous tes conseils, et je sais que tes réponses en inspireront et motiveront plus d’un !

Propos recueillis par Amélia Guibbal

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s