Un emprunt peut en cacher un autre

Par Clément Surrans, étudiant M2 TSM

Que vous travailliez dans le domaine de la traduction ou non, vous avez forcément remarqué les nombreux mots que la langue française emprunte à l’anglais. Ils ont envahi notre quotidien, à tel point que certains sont véritablement ancrés dans notre vocabulaire. Je parle bien entendu des anglicismes. Ils semblent même être devenus indispensables. En effet, ces anglicismes viennent souvent définir des concepts nouveaux, nés dans les pays anglophones et diffusés encore plus facilement maintenant grâce aux réseaux sociaux. Ils permettent en général d’être plus concis que nos longues paraphrases. Ainsi, il est plus cout d’utiliser le terme manspreading plutôt que de dire « la tendance des hommes à écarter leurs jambes dans les transports en commun », ou que d’essayer de trouver une traduction littérale qui serait maladroite.

Les nouvelles technologies apportent également leur lot d’anglicismes : les tweet, les likes en sont un bon exemple. On semble aussi beaucoup les aimer dans le milieu professionnel. Lors de mon stage en entreprise, j’entendais régulièrement les expressions « tu peux me le forwarder », « demande de feedback » et j’en passe. Il existe une véritable tendance qui consiste à « américaniser » certains concepts. Dans le domaine de l’audiovisuel par exemple, on préfère parler de prime-time que des « heures de grande écoute ». On parle aussi beaucoup en ce moment de la French Tech pour désigner les start-ups françaises. L’anglais domine dans de nombreux domaines, et influence beaucoup notre langage.

Alors dans une ère où la tendance est aux anglicismes, certains puristes de la langue française et d’autres opposants à cette américanisation de notre langage font la guerre aux termes empruntés de l’anglais. Pourtant beaucoup ignorent que certains mots tirent leur origine… du français ! Eh oui, un terme emprunté peut en cacher un autre…

madeinfrance

 

Voici quelques exemples d’anglicismes bien français :

  • Budget :

Aujourd’hui utilisé dans le domaine financier pour désigner « les recettes et dépenses prévisionnelles pour l’exercice à venir », ce terme provient à l’origine du vieux français « bougette », nom donné à un petit sac servant de bourse, et qui ne cessait de bouger lorsqu’il était suspendu à la selle d’un cheval. Le mot est exporté en Angleterre, où il désigne dans un premier temps le sac du ministre des finances contenant les documents comptables, avant de prendre son sens actuel et de revenir en France.

  • Cash :

Le terme cash vient du mot « caisse », qui est originaire du terme latin capsa. Cela a donné des mots tels que « cassette » ou « capsule » en français, avant de devenir caisse.

  • Fashion :

L’anglais est fort présent dans le domaine de la mode. Qui n’a jamais entendu parler de la « Fashion week » ou des « fashionistas » ? Pourtant ce terme provient lui aussi de la langue française, à l’époque où tous les yeux étaient tournés vers la cour du roi de France, qui brillait par son élégance, la « façon » désignait ainsi le savoir-faire en matière de vêtement de luxe et l’art de se vêtir.

  • Denim

Pour rester dans le domaine de la mode, parlons de l’origine du denim. Il s’agit d’un tissu en coton servant à fabriquer les jeans. Son nom a été donné en référence à un autre tissu fait à base de laine et de soie, appelé « serge de Nîmes », et fabriqué à l’origine dans cette ville.

À noter que le bleu du tissu provenait d’une teinture italienne dite « blu di genova », ce qui a donné « bleu de Gênes » en français. De là est né le terme blue-jean.

  • Flirter :

Le terme flirt fait référence à une relation amoureuse dénuée de sentiments profonds. Il trouve son origine dans le verbe français « fleureter », devenu par la suite « fleurter », et qui provient de l’expression un peu désuète « conter fleurettes », qui signifiait courtiser. « Fleurettes » désigne ici un compliment d’amour, en référence aux petites fleurs.

  • Tennis :

Le tennis est un sport dérivé du fameux Jeu de Paume, né en France au Moyen Âge. Comme son nom l’indique, on y jouait à l’origine à la paume de la main. Le serveur avait l’habitude d’annoncer son service en criant à son adversaire « Tenez ! ». Alors quand le sport a été exporté en Angleterre, l’engagement a fini pas se faire en criant « Tennis ».  Le tennis est né en Angleterre environ quatre cents ans après le Jeu de Paume.

  • Bacon:

Je suppose que je n’ai pas besoin de définir ce qu’est le bacon, vous le connaissez tous. Mais saviez-vous que le bacon à l’origine vient du vieux français « bacon » qui était utilisé pour désigner la chair de porc, en particulier le porc salé ?

  • People :

Eh oui, ce terme est bien dérivé du mot français « peuple », ou en ancien français « pople ». Le sens a dérivé en revenant en France, ou l’anglicisme désigne désormais les personnalités célèbres.  En France on parle ainsi de « presse people ».

  • Marketing :

Ce terme est issu du français « marché », qui a donné market puis marketing. Cependant les puristes de la langue française lui préfèrent le terme de « mercatique ».

  • Toast :

Cette petite tartine de pain grillée doit son nom au verbe en ancien français « toster », ce qui signifiait « rôtir, griller ». La pratique de « porter un toast » est bien originaire de France, où à la base on l’appelait la « tostée ». Cette pratique s’est exportée en Angleterre avant de revenir en France.

  • Challenge :

En France, on utilisait le mot « chalenge » pour parler d’une fausse accusation, puis de litige. C’est en arrivant en Angleterre qu’il a pris le sens de « provocation, défi ».

 

Conclusion

La langue française a beaucoup été influencée au cours de l’histoire par l’anglais. Nous en sommes même aujourd’hui à décrier ce phénomène dû à la mondialisation et à la domination de l’anglais dans beaucoup de domaines professionnels mais aussi dans le domaine du loisir et des technologies. Mais avant de juger tous les anglicismes et de les rejeter catégoriquement, il peut être intéressant de s’intéresser à l’origine et à l’étymologie des mots. On pourrait découvrir qu’ils viennent en réalité d’une autre langue. Certains concepts ont beaucoup voyagé, et les langues ont eu beaucoup d’influence les unes sur les autres. C’est un aspect à prendre en compte lorsque l’on cherche à traduire certains anglicismes. Si vous voulez découvrir d’autres anglicismes originaires du français, je vous invite à regarder les liens ci-dessous qui m’ont aidé dans la rédaction de ce billet.

 

Liens

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s