CafeTran Espresso – Un outil complet et abordable

Par Gauthier Menin, étudiant M2 TSM

 

CafeTran Espresso est un logiciel de TAO. Traduction assistée par ordinateur.

Les outils de traduction assistée par ordinateur sont indispensables à tout traducteur moderne.

En effet, plus aucune agence n’accepte de collaborer avec un traducteur n’ayant pas d’outils de TAO.

Même les clients directs sont, la plupart du temps, au fait des nouvelles technologies. Or, ce ne sont pas les outils qui manquent. Il en existe pour toutes les bourses, pour toutes les tailles d’entreprise et s’adapte aux différents besoins des traducteurs contemporains.

Qu’il s’agisse de la traduction machine ou des outils de corpus, chaque outil vente ses mérites.

Alors, le traducteur se voit un peu comme un acheteur d’une maison : tous les outils ont la même vocation, aider à la traduction, mais l’agencement ou la manière d’y parvenir est différent.

CafeTran Espresso est probablement l’un de mes outils préférés. La raison principale à cela est évidemment le prix. Il est très loin des prix exorbitants que peuvent appliquer certains de ses concurrents. La petite nuance, c’est qu’il ne s’agit pas ici d’un achat unique, mais bien d’un abonnement annuel. Le prix s’élève à 80 € par an, soit environ 6,60 € par mois. Si vous exercez le métier de traducteur indépendant, je pense que 6,60 € n’est pas un tarif excessif et qu’il ne faudra pas traduire beaucoup pour rentabiliser l’outil.

Outre un tarif plus que raisonnable, CafeTran Espresso propose de nombreux outils qui lui permettent de rivaliser avec les plus grands de ses concurrents.

 

Tour du propriétaire

Image1

La première chose que l’on remarque lorsque l’on ouvre CafeTran Espresso, c’est que l’interface est assez élégante et sombre par rapport aux interfaces habituelles des autres outils de traduction assistée par ordinateur qui sont disponibles sur le marché. C’est un détail, mais un détail qui a son importance surtout lorsque l’on travaille tard comme c’est souvent le cas quand on est étudiant et qu’il faut terminer ses traductions après les cours en rentrant chez soi. Dans la partie supérieure de l’écran, on note l’interface de sélection ou de création du projet.

Un menu déroulant permet de visualiser l’ensemble des projets existants et d’accéder à l’éditeur pour le projet en question.

Le panneau de gauche, appelé Total Recall, permet d’activer l’équivalent d’une mémoire de traduction centrale. À la fin d’un projet de traduction, la mémoire de traduction du projet est exportée dans la mémoire Total Recall. Au cours du projet suivant, la mémoire Total Recall consultera l’ensemble des mémoires qu’elle contient afin d’y chercher des segments utiles.

Au centre, nous avons deux panneaux : le premier concernant les mémoires de traduction projet et le second concernant les glossaires.

Enfin, toute droite, il est possible à l’utilisateur de sélectionner des ressources en ligne qui seront accessibles directement depuis l’éditeur de traduction. Parmi ces services, on trouve Google Translate ou DeepL, Linguee ou Proz Term Search.

Comme nous le verrons dans la partie dédiée à la description de l’éditeur, les services cochés seront accessibles directement depuis l’éditeur et ne nécessiteront pas un navigateur Internet en arrière-plan. Il s’agit selon moi d’un élément important pour l’impact cognitif du traducteur. Nous y reviendrons.

Image2

 

La fenêtre de l’éditeur de traduction est relativement similaire à celle des autres outils de traduction assistée par ordinateur. Elle dispose cependant, à l’image de l’écran d’accueil, du mode nuit comme illustré sur la photo ci-dessus. Il s’agit peut-être pour certains d’un détail, mais je vous assure que les effets sur les yeux se font ressentir très rapidement.

La partie supérieure droite affiche le segment source ainsi que l’espace dédié au segment cible qui, dans cet exemple, est encore vide. À la gauche du segment en cours, un panneau affiche les segments précédents ainsi que les segments à venir.

Dans la partie inférieure gauche sont affichés les services Web, les mémoires de traduction, les glossaires, ainsi que la mémoire Total Recall.

Enfin, en bas à droite sont affichés les résultats des mémoires de traduction. Bien entendu, il est possible de personnaliser l’interface et d’intervertir certaines fenêtres pour que l’espace corresponde davantage à vos besoins.

Une des fonctionnalités les plus pratiques, à mon sens, est l’accès à différents services Web directement depuis l’interface de l’éditeur. Nul n’ignore qu’un traducteur passe de longues heures à naviguer sur Internet à la recherche d’information, de terminologie, de sources.

Image3

Il vous est très certainement déjà arrivé de vous lancer dans des recherches et de vous retrouver avec des dizaines d’onglets ouverts dans votre navigateur favori. Chacun de ces onglets représente une charge cognitive potentiellement indésirable puisque, tout comme moi, vous avez probablement tendance à laisser ouverts des onglets dorénavant inutiles par peur de ne plus les retrouver. Or, chacun de ces onglets, chaque fenêtre ouverte, chaque logiciel en cours de fonctionnement représente une charge cognitive. Notre cerveau, qu’on le veuille ou non, cherche à garder en mémoire toutes les informations potentiellement nécessaires à notre travail.

Ne vous est-il jamais arrivé de vous sentir submergé par votre espace de travail ? Il est probable que ce sentiment soit provenu d’un espace de travail mal organisé ou surchargé. On pense souvent à l’espace physique (le bureau, la pile de papiers, les dossiers éparpillés), mais on ignore souvent l’espace de travail numérique. Pourtant, cet espace numérique n’est-il pas celui dans lequel nous passons le plus de temps ?

Ainsi chaque mesure prise afin de réduire le poids cognitif de nos environnements de travail est importante.

 

Fenêtres statistiques

Un autre des éléments que j’apprécie particulièrement sur CafeTran Espresso est la fenêtre des statistiques. Le logiciel dispose d’une fenêtre de statistiques facilement accessibles depuis l’onglet projet. Elle fournit des informations classiques relatives au Weighted Word Count, mais aussi une estimation de la vitesse de traduction.

Image4

Il me semble qu’il s’agit là d’une fonctionnalité particulièrement pratique notamment lorsque l’on est débutant puisqu’elle permet à un jeune traducteur (voire à un traducteur expérimenté faisant face un nouveau domaine) d’estimer sa vitesse de travail en temps réel. C’est évidemment quelque chose qui peut être fait simplement avec une montre ou un chronomètre, mais cela reste néanmoins une fonction pratique et particulièrement simple d’utilisation alors pourquoi s’en priver ?

En plus d’indiquer au traducteur sa vitesse de travail sur le projet actuel et en temps réel, la fenêtre de statistiques est en mesure de générer un devis à partir du Weighted Word Count et du tarif au mot de votre choix. Il est également possible de définir un prix au caractère.

Ce devis généré par l’application ne nécessite que deux clics et permet de rapidement savoir quelle est la valeur financière d’un projet. Cependant, il est très important d’avoir conscience que ce devis n’est pas exploitable d’un point de vue légal lorsque l’on est autoentrepreneur. En effet, de nombreuses mentions légales ne sont pas présentes. Cela dit, rien ne vous empêche de copier-coller les informations de ce devis dans votre modèle habituel.

 

QA

Les fonctionnalités de contrôle qualité du logiciel sont, à mon sens, particulièrement bonnes. Après avoir expérimenté sur de nombreux outils différents, j’ai souvent été déçu des outils de contrôle intégrés à ces logiciels. CafeTran Espresso est l’un des rares à m’avoir satisfait. Il s’agit peut-être, là encore, d’un détail, mais lorsque vous terminez votre traduction et que vous validez votre dernier segment, une fenêtre s’affiche vous proposant d’exporter votre document ou d’effectuer un QA.

Un traducteur devrait toujours effectuer des contrôles qualité avant export, mais cette fenêtre représente une sécurité de plus pour garantir que ce contrôle ne soit pas oublié.

Image5

Lorsque vous sélectionnez l’option du contrôle qualité, une fenêtre s’affiche pour vous permettre de sélectionner les critères d’évaluation.

Une fois vos critères sélectionnés, le contrôle qualité se déroule de manière similaire à ce que l’on peut voir sur d’autres outils du marché.

Enfin, de manière générale, CafeTran Espresso prend en charge un grand nombre de formats de fichiers de manière efficace. Pour ne citer que ceux-là, il prend en charge les formats XLIFF, TMX, InDesign ou encore FrameMaker.

Le logiciel a recours à la mémoire RAM de votre ordinateur, ce qui lui permet d’être réactif notamment avec les mémoires de traduction.

 

En conclusion, CafeTran Espresso est un outil qu’il ne faut pas sous-estimer en raison de son prix, mais, bien au contraire, qui doit attirer votre attention et qui mérite au moins d’être essayé. J’ajouterai d’ailleurs qu’il existe une version d’essai gratuite et illimitée avec pour seule restriction une mémoire de traduction limitée à 1000 mots. Si cet article n’a pas suffi à vous convaincre, téléchargez donc la version d’essai et voyez par vous-même. M’est avis que vous pourriez être agréablement surpris.

 

Je tiens à remercier l’équipe de CafeTran Espresso qui m’a autorisé à utiliser et publier des images de leur logiciel dans le cadre de cet article.

Bibliographie

https://www.cafetran.com/ – Site web officiel de CafeTran – Consulté le 13 févr. 20

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s