Keep Calm : la santé mentale des traducteurs

Par Sarah Bonningue, étudiante M1 TSM

« À quoi ça sert un traducteur ? », « Tu as pas peur que la traduction automatique te prenne ton travail ? », « Pourquoi tu étudies la traduction si c’est pas pour des livres ? », « Pourquoi payer quand Google Traduction le fait gratuitement ? ».

Toute cette négativité envers le métier m’a donné envie d’en savoir plus sur le bien-être des traducteurs, notamment à quelles sources de stress ils sont confrontés au quotidien. C’est un sujet dont on parle peu à mon goût, bien qu’essentiel puisque nous passons une majeure partie de notre vie à travailler. La santé mentale au travail est prise en considération de plus en plus et est décrite selon l’OMS comme un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et fructueux et contribuer à la vie de sa communauté.

Vous me direz, oui mais enfin, c’est comme ça pour chaque profession, pas juste les traducteurs. Je suis d’avis qu’il faut avoir conscience des éventuels facteurs de stress afin de les éviter ou minimiser : on peut se laisser submerger par ses émotions et en arriver à des pathologies graves comme la dépression ou le burn-out. Certes, dans cet article je vais me focaliser sur les aspects négatifs (qui ne le sont peut-être pas pour certains), mais ne perdons pas de vue pourquoi nous avons choisi cette voie, ce qui nous a motivé, ainsi que tous les avantages que cela procure. Je tiens à préciser que je ne suis en aucun cas experte en psychologie, ni thérapeute, je ne suis pas apte à offrir de solutions médicales. L’objectif de cet article est uniquement d’identifier les problèmes auxquels nous pouvons être confrontés dans notre vie professionnelle afin d’améliorer nos conditions de travail.

Instabilité financière

Rappelons tout d’abord que les traducteurs exercent en majeure partie en tant qu’indépendants, 85 % d’entre eux en 2015 selon la Société Française des Traducteurs. Ce statut, qui permet à la fois de l’autonomie et une liberté d’organisation de son temps, a un certain prix. En effet, comme pour tous les indépendants, l’instabilité financière constitue le principal facteur de stress, notamment lors du démarrage de l’activité où le travail est variable d’un mois à l’autre. Trouver des clients, faire sa propre publicité, se démarquer dans le secteur n’est pas chose facile car ce sont des tâches qui ne seront pas compensées financièrement. Il faut du temps pour se constituer une bonne clientèle, cela peut prendre des mois, certains préfèrent ainsi faire appel à des agences de traduction qui ont l’avantage de s’occuper de ces tâches marketing. Dans tous les cas, il faut savoir choisir des agences ou clients directs fiables sous peine d’être payé plusieurs mois après la fin d’un projet, d’où l’irrégularité de salaire.

Ce manque de travail peut en conséquence nous pousser à accepter toutes sortes de demandes quelles qu’elles soient : un projet trop volumineux, qu’on ne se sent pas capable de faire, un document très pointu ou même un sujet qui ne fait pas partie de nos domaines de spécialité. Pourtant, la peur de ne pas avoir assez de travail nous incite à accepter un projet afin de ne pas perdre un client potentiel (même si le tarif est en dessous de nos attentes ou de celui qu’on exige habituellement).

L’isolement

Les personnes introverties ont peut-être choisi cette profession car rester chez soi, ne voir personne et ne pas sortir semblait judicieux. Néanmoins, comme nous avons pu le voir pendant deux mois de confinement, les gens n’apprécient pas tellement la solitude, qui fait pourtant bien partie du métier de traducteur indépendant.

Beaucoup de personnes habituellement salariées se sont retrouvées dernièrement confrontées au même problème que les libéraux pendant le confinement : l’isolement. Selon notre personnalité, cela peut être perçu comme un point positif ou négatif. Il convient de se poser la question : j’ai besoin de contact social ? Je préfère travailler seul ? Être non salarié signifie ne pas avoir de collègues ou de hiérarchie à qui s’adresser en cas de besoin, que ce soit pour un aménagement des horaires ou un soutien moral.

Cela dit, le traducteur indépendant est-il si solitaire ? Après tout, il existe d’autres modes de communication, il est en contact avec des agences ou des clients mais il peut également élargir son réseau : en communiquant avec d’autres traducteurs via les réseaux sociaux, en participant à des conférences, évènements ou cours en ligne etc. Hors cadre professionnel, le simple fait de voir du monde à l’extérieur est primordial. Pour ceux qui ne pensent pas supporter l’isolement, ou même juste le travail à la maison par manque de discipline, il faudrait prendre en considération les espaces de coworking ou avoir son propre bureau en dehors de chez soi. Cela peut sembler futile mais pendant l’épisode de coronavirus, les articles fusaient sur les difficultés et conseils liés au télétravail. Dans tous les cas, il faut définir un cadre de travail, que ce soit le lieu ou les horaires, afin d’atteindre un équilibre entre la vie personnelle et professionnelle. C’est essentiel pour des conditions de travail optimales et ainsi éviter les constantes interruptions par les autres membres de la famille.

Autonomie oui, mais des responsabilités

Être indépendant signifie devoir gérer toute son activité, que ce soit les aspects du travail (gestion du temps, organisation, horaires) mais aussi tout l’aspect financier avec la comptabilité, les factures, le tarif etc. Il faut être discipliné et rigoureux : on peut être vite tenté de se réveiller un peu plus tard, ou bien de procrastiner à cause des nombreuses distractions chez soi. Le traducteur étant payé normalement au mot, il n’est pas question de tricher sur le nombre d’heures, son activité ne sera rentable que s’il est productif.

Bientôt remplacés ?

Les avancées technologiques ont bouleversé le monde de la traduction, notamment avec l’arrivée de la traduction neuronale. Pour cette raison, on s’imagine que les « biotraducteurs », comme on devrait nous appeler maintenant, sont amenés à disparaître. Toutes ces questions peuvent nous amener à remettre en question notre métier et se dire : je ne vais plus avoir de travail, à quoi bon de toute façon la traduction automatique fait tout mieux que moi… Et même si l’on est positif, il y a toujours quelqu’un dans notre entourage pour le faire remarquer. Alors, petit rappel, renseignons-nous sur l’évolution concrète du marché plutôt que d’écouter des personnes « lambda » qui auraient soi-disant entendu parler d’outils tellement performants que nous serions jetés aux oubliettes. Voilà pour les suppositions, maintenant les faits :

Oui, la traduction automatique a considérablement progressé, c’est indéniable, mais cela ne signifie pas que nous en sommes réduits à l’état de dinosaures, au contraire. En 2019, le marché mondial des services linguistiques (traduction, localisation et interprétariat) représentait 49,6 milliards de dollars, soit une croissance de 6,62 % par rapport à l’année précédente. Les progrès technologiques ne relaient pas les traducteurs au second plan, mais les obligent à changer leur manière de travailler, à s’adapter aux besoins changeants des clients et à se former aux nouveaux outils qui peuvent d’ailleurs améliorer la qualité.

Reconnaissance du traducteur

Il existe d’autres facteurs de pression propres au métier de traducteur. Personnellement, j’estime qu’il existe une pressionde la part du monde extérieur à la profession. De nombreux préjugés font qu’il y a un manque de (re)connaissance du métier. Pour certains clients, cela peut sembler simple : « y’a juste à envoyer le document, le traducteur c’est un dictionnaire bilingue vivant, ça prend juste quelques heures, non ? ».

Je caricature peut-être un peu, mais les clients qui ne connaissent rien au métier peuvent avoir des attentes impossibles, notamment exiger de fournir une traduction d’excellente qualité en un temps record. Ils prennent en compte uniquement l’aspect purement linguistique et négligent tout le travail de recherche terminologique, du domaine de spécialité etc.

Pourquoi s’en étonner ? Après tout, il n’est pas rare sur Internet de voir des offres comme « Vous êtes bilingue : devenez traducteur en ligne, aucune formation requise ! ». Rappelons-le, la profession n’est pas réglementée, ce qui explique la forte concurrence, et ainsi, les délais serrés et à bas prix. Je vous invite à lire ici l’un de nos articles de 2018 qui résume très bien la façon dont le traducteur est perçu.

Un travail de l’ombre

Une traduction doit être la plus fluide et naturelle possible, ce qui oblige le traducteur à être invisible (Venuti, 1995). C’est ce que le marché exige de nos jours, on ne doit pas percevoir le texte comme une traduction mais donner l’illusion que c’est un original retranscrivant la pensée de l’auteur. C’est donc en quelque sorte un travail de l’ombre, car, si l’on lit un texte bien écrit, va-t-on attribuer les mérites à l’auteur ou au traducteur ? Bien souvent personne ne pense ou fait des éloges au traducteur. Quand il y a un problème en revanche, on rejette toujours la faute sur ce dernier. Cela a toujours fait partie du métier depuis l’Antiquité. Quelques exemples : Saint Jérôme, saint patron des traducteurs, a été accusé d’hérésie pour sa traduction de la Bible. Citons également Étienne Dolet, à la Renaissance, pour sa traduction d’une œuvre du philosophe grec Platon.

« Parquoy elle [la mort] ne peut rien sur toy, car tu n’est pas ecnores prest à deceder ; et quand tu seras décédé, elle n’y pourra rien aussi, attendu que tu ne seras plus rien du tout. »

Trois petits mots ajoutés qui remettent en cause la religion, insinuant qu’il n’y avait rien après la mort. De ce fait, il a été accusé d’athéisme et condamné à mourir sur le bûcher en 1546. Fort heureusement, le monde est bien différent aujourd’hui, mais il n’empêche qu’une traduction peut être contestée, critiquée et dans le cas contraire, le mérite revient souvent à l’auteur.

Comme dans tout métier, on attend des traducteurs un certain gage de qualité. Il faut fournir la traduction la plus fidèle mais aussi la plus fluide possible, et dans certains cas, cela peut représenter des risques. Voyez donc le cas de la traduction médicale et juridique : une erreur de traduction peut non seulement coûter cher, mais aussi avoir des conséquences graves ! Même si l’on ne traduit pas ces deux secteurs, on est forcément amené un jour ou l’autre à traduire un sujet pointu que l’on ne maîtrise pas assez. Il est possible à ce moment-là d’être confronté au syndrome de l’imposteur.

Le syndrome de l’imposteur

En avez-vous déjà entendu parler ? Le syndrome de l’imposteur est le sentiment de ne pas être à la hauteur, d’avoir peur que les autres nous considère comme incompétent. Un exemple pour illustrer : il existe une multitude de sous-domaines au sein de la traduction médicale, il est donc compréhensible de ne pas tout connaître. Un traducteur médical peut se retrouver confronté à un sujet très pointu sur une pathologie dont il n’a jamais entendu parler. Va-t-il le traduire quand même ou prendre le risque de faire une erreur de sens ?

La nature perfectionniste du traducteur le conduit à faire attention au moindre détail. Ainsi, il est donc possible que celui-ci refuse un travail qu’il se sent incapable de faire, de peur d’obtenir un résultat de mauvaise qualité. Au sein d’un même domaine, on ne connaît pas forcément tout sur un sujet. Or, le traducteur doit écrire comme un expert quel que soit le type de document. Il faut souligner que, dans ce secteur, les traducteurs reçoivent très peu de retours sur leur travail, ce qui est compliqué pour connaître les éventuels points d’amélioration. Pour un débutant sans expérience, c’est d’autant plus frustrant. Il faut savoir s’adapter, se spécialiser et utiliser les bons outils afin d’éviter ces problèmes. Demander de l’aide à un expert du secteur pour une relecture technique peut aussi être une bonne solution.

Risques psychosociaux (RPS)

Les RPS incluent le stress ou encore le syndrome d’épuisement professionnel (burn-out) et peuvent se traduire par l’expression d’un mal-être ou d’une souffrance au travail, des conduites addictives, une dégradation de la santé physique et mentale.

Les exigences du marché font que nous devons être de plus en plus productifs, tenir des délais serrés ou encore faire du travail de dernière minute tout en conservant une excellente qualité. Et ce, parfois au détriment de sa vie personnelle et familiale.

Ce stress professionnel résulte du sentiment de surcharge de travail et d’incapacité à atteindre la qualité souhaitée en raison des contraintes de temps. Ce sont bien entendu des problèmes que l’on retrouve chez les salariés mais certaines différences avec les indépendants sont notables.

Selon une enquête de l’Insee, les non-salariés déclaraient en 2018 des durées de travail plus élevées que pour les salariés (45,5 heures en moyenne contre 39,1 par semaine). En soi, le rythme ou l’intensité ne sont pas nécessairement différents, mais les plages horaires sont plus étendues et atypiques. Il est fréquent de travailler le soir ou le week-end. En 2018, les non-salariés ont aussi travaillé davantage dans l’année que les salariés (242 jours contre 214). Ces horaires étendus peuvent représenter un facteur de risque psychosocial selon l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. De plus, les freelances n’ont pas une routine fixe établie et sont confrontés à l’isolement social.

Même si le statut d’indépendant apporte de la liberté, comme je l’ai mentionné précédemment, l’entourage peut avoir tendance à négliger les contraintes et sacrifices à faire. Sans compter que certains estiment que travailler à la maison est synonyme de se prélasser. Pourtant, l’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle peut être bancal, car on s’accorde moins de pauses par culpabilité, pensant ne pas en faire assez. Concilier activité professionnelle et vie familiale, surtout quand on a des enfants, peut s’avérer compliqué à gérer.

Il faut faire extrêmement attention aux signes avant-garde du burn-out. C’est concrètement un état d’épuisement à la fois physique, émotionnel et psychique qui découle d’un travail exigeant émotionnellement. Certaines personnes sont peut-être des bourreaux de travail mais tôt ou tard le corps ou le mental peut lâcher si l’on ne s’autorise pas des moments de répit.

Comment reconnaître les signes ? Stress et anxiété sont bien sûr de la partie mais à cela s’ajoutent la fatigue, la difficulté à se concentrer ou bien même un ras-le-bol général. Seuls le repos et l’accompagnement avec un psychothérapeute peuvent traiter le burn-out.

D’ailleurs, les indépendants voient le repos et les vacances d’une manière complètement différente des salariés. Ils peuvent être amenés à culpabiliser car, pendant ce temps, ils ne gagnent pas d’argent. De plus, il leur arrive souvent d’avoir du « temps libre » imposé à cause du manque de travail mais c’est rarement un temps de récupération, plutôt une source de stress en raison de l’attente et de l’instabilité financière.

Voici quelques recommandations de la SFT pour conserver une bonne estime de soi malgré les difficultés rencontrées : 

Quelques parades pour retrouver une estime de soi :

  • manger sainement et prendre une vraie pause déjeuner ;
  • pratiquer une activité sportive régulière ;
  • trouver du temps pour soi ;
  • être sûr de ses compétences, pour savoir faire face aux retours clients ;
  • accepter de rendre parfois un travail un peu moins parfait ;
  • arrêter de se vendre ;
  • diminuer son niveau d’exigence pro ou privée, à voir selon chacun ;
  • à partir d’un certain âge : passer à mi-temps, garder seulement certains clients, ne plus prendre de commandes urgentes, etc.

Pour conclure, la qualité de vie au travail passe par une bonne santé si l’on veut s’épanouir dans son environnement de travail. Cela peut en effet avoir des répercussions sur la santé physique, qui ici, risque d’empêcher d’exercer son métier dans les meilleures conditions. Je le répète, aucun travail n’est idyllique, il faut juste avoir conscience des difficultés auxquelles nous pouvons être confrontés tout en gardant à l’esprit ce qui nous motive au quotidien : l’amour des langues étrangères, de sa langue maternelle, la curiosité, l’attention aux détails… Chacun a ses raisons, trouvez les vôtres. Et enfin, rappelez-vous, nous avons encore besoin de traducteurs.

Si vous souhaitez lire ou écouter plus de contenu sur cette thématique, je recommande le blog et le podcast suivants :
https://blog.zingword.com/ (catégorie Wellness, en anglais)
https://smarthabitsfortranslators.com/ (en anglais)

Bibliographie

Analyse des données sur les pratiques professionnelles des métiers de la traduction en 2015. p. 23.
BUSINESS, BFM. « Les 5 pièges à éviter quand on devient freelance ». BFM BUSINESS, BFM BUSINESS. bfmbusiness.bfmtv.com, https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/les-5-pieges-a-eviter-quand-on-devient-freelance-1070263.html.
CSA Research – Voir. https://insights.csa-research.com/reportaction/48585/Marketing.
Haurant, Sandra. « “I Felt Vulnerable”: Freelancers on the Stress of Self-Employment ». The Guardian, 8 décembre 2016. http://www.theguardian.com, https://www.theguardian.com/money/2016/dec/08/i-felt-vulnerable-freelancers-on-the-stress-of-self-employment.
Inserm_EC_2011_StressTravailSanteSituationIndépendants_Synthese.pdf. https://www.inserm.fr/sites/default/files/media/entity_documents/Inserm_EC_2011_StressTravailSanteSituationInd%C3%A9pendants_Synthese.pdf.
La santé mentale: renforcer notre action. http://www.who.int, https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/mental-health-strengthening-our-response.
Loock, Rudy. « La plus-value de la biotraduction face à la machine. Le nouveau défi des formations aux métiers de la traduction ». Traduire. Revue française de la traduction, no 241, 241, Syndicat national des traducteurs professionnels, décembre 2019, p. 54‑65. journals.openedition.org, doi:10.4000/traduire.1848.
« Mental Health in Freelance Translation: Imposter Syndrome ». The Savvy Newcomer, 2 juillet 2019. atasavvynewcomer.org, https://atasavvynewcomer.org/2019/07/02/mental-health-in-freelance-translation-imposter-syndrome/.
« OMS | La santé mentale au travail ». WHO, World Health Organization. http://www.who.int, http://www.who.int/mental_health/in_the_workplace/fr/.
SanteMentaleEt_Emploi_web.pdf. http://www.eps-erasme.fr/Ressources/FCK/SanteMentaleEt_Emploi_web.pdf.
Types of Work. www.mind.org.uk/information-support/tips-for-everyday-living/workplace-mental-health/types-of-work/.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s