DeepL Pro, à prendre ou à laisser ?

Par Archibald Marchal, étudiant M2 TSM

Ah notre bel ami DeepL, on le présente plus, l’outil de traduction automatique de Linguee est déjà bien connu. Créé en août 2017 par la filiale Linguee, il tient son nom de « deep learning » signifiant que la machine apprend avec le temps et les informations qu’elle reçoit, à l’image du cerveau humain. Fortiche non ?

DeepL est un outil qui divise les débats. Les pessimistes vous diront que la traduction automatique (TA) n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux et qu’elle n’a aucun intérêt pour la traduction professionnelle, alors que les optimistes eux, vous diront qu’il s’agit là d’un instrument magique bientôt capable de remplacer l’humain. Essayons de nous placer du côté réaliste de ce débat. Les développeurs de DeepL eux-mêmes, ne considèrent pas leur outil comme la fin du traducteur, puisqu’on verra par la suite qu’ils collaborent avec les outils de TAO.

Selon moi, au vu des progrès de la TA depuis ces dernières années, il serait idiot de ne pas profiter de ce bel outil à notre disposition, et gratuit ! Bien évidemment, je suis d’accord pour dire que la TA ne remplacera jamais le traducteur professionnel, mais elle permet d’obtenir des résultats majoritairement cohérents en moins d’une seconde. Le gain de temps pour un traducteur est donc considérable. Sans oublier que la post-édition devient de plus en plus courante et qu’en tant que traducteur, il vaut mieux être compétent dans cette tâche et donc commencer dès maintenant à se former à la TA.

Comme vous le savez peut-être, DeepL se base sur un corpus, et ce corpus, c’est internet. Autant dire un mastodonte, regorgeant de bonnes et de moins bonnes sources. C’est pourquoi DeepL sera plus efficace pour des textes peu ou pas spécialisés. Forcément, plus on se spécialise, moins il y a de source, donc moins DeepL est performant.

Maintenant qu’on a toutes les informations en main, intéressons-nous à la version Pro de notre outil préféré. Combien coûte-t-elle ? Qu’apporte-t-elle de plus ? A qui s’adresse-t-elle ? Regardons tout cela en détail.

Tout d’abord il faut savoir que DeepL propose plusieurs forfaits :

Ce tableau proposé par le site de DeepL indique les différences entre chaque forfait. Premièrement on peut voir qu’il existe deux méthodes d’abonnement : mensuelle ou annuelle. La souscription à l’année permet alors de bénéficier de réduction non négligeable (33 %). Deuxièmement on remarque trois versions Pro différentes.

Les points communs

L’intérêt premier de la version Pro de DeepL est évidemment la protection des données. Vos clients vous ont fait signer un accord de confidentialité ? Alors oubliez n’importe quel outil de TA gratuit. DeepL Pro vous propose de la traduction automatique 100 % sécurisée, et ce, pour n’importe quel forfait.

Ensuite, sur DeepL version gratuite, vous avez un nombre de caractères limité, à savoir 5 000. Cela peut s’avérer très peu dans bon nombre de projets. Même si vous segmentez votre texte, attention aux incohérences, DeepL peut très bien vous proposer des traductions différentes pour le même terme lors de différentes recherches. Si vous mettez tout votre texte d’une traite, ce que permet la version pro, fini les incohérences !

Dernier point commun entre les forfaits : l’option formel/informel. En effet, grâce à DeepL Pro, vous pourrez choisir le ton de votre traduction.

Les différences

Vu les forfaits proposés et les divergences de prix, on s’attend évidemment à des fonctionnalités différentes.

D’abord, on constate que DeepL Pro permet la traduction de fichiers intégraux, ce qui signifie qu’à la manière d’un outil de TAO, il va rendre le fichier dans son format original, avec la mise en page originale. Néanmoins, selon le forfait, vous n’aurez pas droit aux mêmes volumes. En effet, pour la version « Starter » seulement 5 fichiers par mois, 20 pour la version « Advanced » et on monte jusqu’à 100 pour la version « Ultimate ».

La seconde différence réside dans la création de glossaires. Le forfait « Starter » ne propose la création que d’un seul glossaire, avec entrées illimitées certes, tandis que les deux autres forfaits permettent la création de « plusieurs » glossaires. Ces glossaires sont interactifs et peuvent s’avérer vite indispensables dans certains projets.

Dernière différence, et non des moindres, la possibilité d’installer un plugin sur votre logiciel de TAO. Cette option n’est disponible que pour les versions « Advanced » et « Ultimate ». Ce plugin permettra la traduction automatique dans vos segments que vous pourrez par la suite modifier à votre guise bien évidemment. Bien qu’il existe déjà des plugins dans certains logiciels tel que SDL Trados Studio, DeepL reste la référence en terme de TA et sera donc probablement plus efficace.

Les points négatifs

Malgré toutes ses belles fonctions, DeepL Pro contient son lot de points négatifs.

Par exemple, DeepL Pro n’est pas accessible pour le monde entier. En effet DeepL est une entreprise européenne et ne propose l’accès à sa version Pro que dans les pays membres de l’UE et depuis peu, à la Suisse, au Liechtenstein, aux USA et au Canada.

Ensuite, si des fichiers entiers sont traduisibles, seuls les fichiers au format .docx, .pptx et .txt le sont. On peut également ajouter les formats .htm et .html mais pour cela il faut encore payer un abonnement supplémentaire (le forfait DeepL API) à 4,99€ par mois.

De plus, si la TA nous permet de gagner un temps fou, la qualité n’est pas systématiquement au rendez-vous, et le travail de post-édition n’est pas si simple qu’il n’y parait, et peut conduire à de moins bonnes traductions finales qu’à l’accoutumée.

Le prix peut également être rédhibitoire, un abonnement professionnel pourrait s’avérer être un mauvais investissement. Il faut être sûr d’amortir son coût, attention donc à être sûr de pouvoir fréquemment utiliser la traduction automatique pour vos projets.

Bilan

Avec ses versions Pro, DeepL propose un package adapté aux besoins des utilisateurs, avec des prix et fonctions variées. Aujourd’hui, en tant que futur traducteur, je sais déjà que DeepL Pro sera un de mes premiers investissements. Reste à savoir, quelle version choisir ? Personnellement j’opterais pour le forfait « Advanced ». Je m’explique. Selon moi, le forfait « Starter » ne dispose pas de suffisamment d’arguments pour être viable sur le long terme. Sa non-intégration aux outils de TAO le rend pour moi inintéressant. Ensuite le forfait « Ultimate », qui est environ deux fois plus cher que le forfait « Advanced » ne se démarque pas suffisamment de ce dernier. Son seul avantage réside dans le nombre de fichiers entiers traduisibles, je pense qu’il s’adresse plutôt à ceux n’ayant pas d’outil de TAO ou voire même aux entreprises directement… Et comme il est difficile de survivre aujourd’hui en tant que traducteur sans utiliser d’outil de TAO, on oublie ce forfait.

Alors en 2020, avec des tarifs sans cesse revus à la baisse, l’émergence de la post-édition et les soucis de confidentialité qu’il peut y avoir, DeepL Pro apparait comme l’allié numéro 1 du traducteur professionnel, lui permettant un gain de temps considérable, et donc un gain d’argent.

Sources :

https://www.deepl.com/fr/blog/20180305.html

https://www.deepl.com/fr/pro/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s