Traduire le genre neutre en français

Par Loreen Lesaffre, étudiante M2 TSM

Lors de mon stage de M1, j’ai eu à réviser un texte où étaient utilisés les pronoms « they » en anglais et « ze » en néerlandais, tous deux neutres. La personne qui avait traduit le texte avait beaucoup hésité sur le pronom à utiliser en français, une langue basée sur la binarité du genre. Je me suis donc posé la question suivante : comment traduire le genre neutre en français ?

L’anglais, le français, et le genre

L’anglais, n’ayant pas de pronom singulier neutre, attribue ce rôle au pronom « they ». Il sert à désigner une personne dont on ne connaît pas le genre, ou dont il n’est pas utile de connaître le genre. Désormais, il est aussi utilisé pour désigner une personne non binaire.

Le « they » neutre étant de plus en plus présent dans le langage courant, par exemple sur les réseaux sociaux, des institutions comme Merriam-Webster ou l’Association américaine de psychologie (APA) l’ont adopté et conseillent son utilisation. Abandonné pendant les siècles derniers, on retrouve pourtant le « they » neutre dans la littérature dès le XIVe siècle.

Contrairement à l’anglais, qui est une langue avec laquelle il est facile de s’exprimer de manière neutre puisque le genre se limite aux pronoms personnels (he/she) et possessifs (his/her), le français, comme les autres langues romanes, est une langue basée sur la binarité du genre : chaque nom a un genre grammatical, que ce soit pour désigner un objet ou une personne. Il existe pourtant des noms neutres, que l’on appelle « épicènes ».

En ce qui concerne les pronoms, la langue française n’a pas encore intégré de pronom neutre. Comment peut-on donc désigner une personne non binaire ? Selon un sondage de La vie en queer, en 2017, les personnes non binaires utilisent, en plus des pronoms « il » et « elle », des néo-pronoms, majoritairement « iel », mais aussi « ael », « ol », « ille », « ul » ou encore « al ». Ces pronoms n’étant pas encore entrés dans la langue, il faut les utiliser avec beaucoup de précaution dans les traductions.

Solutions

Plusieurs solutions permettent de traduire le genre neutre vers le français. Bien que l’écriture inclusive ait une image très négative en France de par son aspect militant, certaines techniques peuvent être utilisées. En effet, l’écriture inclusive ne se limite pas qu’à l’utilisation du point médian, et peut passer inaperçue. Les solutions que je vais citer font partie de l’écriture épicène, c’est-à-dire qu’elles permettent d’inclure tout le monde, et qu’elles sont neutres (certaines techniques de l’écriture inclusive ne permettent d’inclure que les femmes).

Les épicènes

Les épicènes sont des noms, des adjectifs et des pronoms désignant une personne et qui ont la même forme au masculin et au féminin : ils sont donc neutres. De nombreux mots de ce type existent dans la langue française, bien qu’il soit parfois difficile de trouver un terme adéquat pour remplacer un mot genré. Le Dictionnaire des synonymes épicènes d’Isabelle Meurville recense ces mots en se basant sur leurs synonymes.

Exemples :

  • noms :

– spécialiste (expert.e.) ;

– adepte (amateur et amatrice, passionné.e, etc.) ;

– adelphe.

  • adjectifs :

– efficace ;

– enthousiaste ;

– athlétique.

  • pronoms :

– quiconque ;

– on.

  • anglicismes :

– designer ;

– coach.

Les collectifs

Les collectifs sont des mots ou groupes nominaux qui permettent de contourner les noms désignant les humains au féminin ou au masculin et d’utiliser leurs formes neutre et/ou globale.

Exemples :

            – le lectorat (plutôt que les « les lecteurs et lectrices ») ;

            – le personnel (plutôt que « les employé.e.s ») ;

            – le corps enseignant (plutôt que « les enseignant.e.s »).

Les collectifs sont à utiliser dans certains contextes où il est acceptable de ne pas désigner les personnes individuellement mais par le groupe auquel elles appartiennent. En effet, ils peuvent créer une distance entre le texte et le lectorat, ce qui est à prendre en compte dans le skopos d’un texte à traduire.

Les néologismes

Les néologismes sont, comme leur nom l’indique, des nouveaux mots dont l’utilisation est très récente. Au vu de leur nouveauté et du fait qu’ils n’aient pas encore été « officialisés », ils sont surtout utilisés dans le langage courant (sur les réseaux sociaux, à l’oral, etc.).

On compte parmi les néologismes les néo-pronoms, qui ont pour but de s’adresser à une personne de manière neutre, sans lui attribuer de genre binaire (c’est-à-dire exclusivement homme ou femme), et qui sont utilisés par certaines personnes non binaires. Bien que ces pronoms aient la même fonction que le « they » singulier en anglais, à savoir celle de pronom neutre, ils ne sont pas autant installés dans la langue française. Lors d’une traduction, il est donc préférable de les contourner. Si le texte concerne l’identité d’une personne, il peut être utile et même demandé d’utiliser un pronom neutre.

Exemples :

  • pronoms personnels et indéfinis :

– iel / ellui ;

– toustes ;

– celleux.

  • noms :

– acteurice ;

– copaine.

  • adjectifs :

– belleau ;

– créatifive.

Lors d’une traduction, il est important de demander l’avis du client sur l’utilisation des néologismes et des néo-pronoms. Si le client n’est pas francophone, c’est à nous de faire ce choix, en prenant en compte le public visé, le domaine dans lequel on traduit, etc.

Les tournures de phrase

Lorsqu’il est difficile d’utiliser les techniques précédentes, par absence d’autorisation d’un client ou parce qu’il n’existe pas de terme épicène adapté, il est possible de reformuler les phrases genrées. Il y a pour cela plusieurs manières de faire :

  • nominaliser : remplacer un adjectif genré par le nom correspondant permet d’effacer la marque du genre. Il faut parfois reformuler la phrase afin de créer une phrase cohérente autour du nom.

Exemples : Nous devons être patient.e.s > Nous devons faire preuve de patience

Ils sont patients > Leur patience est remarquable ;

  • passer de la voix passive à la voix active : il est préférable d’utiliser la voix active pour éviter toute marque du genre. Il faut cependant faire attention au sens de la phrase pour ne pas le modifier avec le changement de voix, car en français, la voix passive et la voix active ont un but différent.

Exemples : Vous êtes prié de… > Veuillez…

Ils sont supervisés par le responsable > La personne responsable les supervisera ;

  • utiliser l’ellipse ou la forme impersonnelle : celles-ci demandent une reformulation complète de la phrase. Comme pour les collectifs, elles mettent de la distance entre le lectorat et le texte.

Exemples : Vous êtes prié de… > Il est demandé de…

Tous les employés doivent être présents > La présence de l’ensemble du personnel est obligatoire

Il existe aussi des formulations épicènes, comme par exemple remplacer la formule de politesse « Cher/Chère [nom] » par « Bonjour [nom] » au début d’un e-mail. Celles-ci permettent de simplifier un texte tout en le rendant neutre.

Ces techniques demandent parfois plus de temps, car c’est un exercice de reformulation qui implique une réflexion. Il n’est donc pas toujours facile de les utiliser dans une traduction avec un court délai, surtout si le texte comporte beaucoup de phrases genrées. Certaines reformulations peuvent être mémorisées au fil du temps, mais il faudra toujours prendre en compte le contexte dans lequel elles se placent, car il peut amener à les modifier.

Conclusion

Le français étant une langue genrée, il peut être difficile de s’imaginer traduire le genre neutre. Pourtant, il existe bien des techniques pour contourner le genre, bien que celles-ci demandent plus de réflexion. Comme toutes les langues, le français évolue et c’est l’usage qui définira les règles de demain, qui seront peut-être plus inclusives, et qui accepteront peut-être un pronom neutre qui facilitera la traduction des langues non genrées.

Pour l’instant, il est important de prendre en compte l’avis de ses clients sur le langage neutre, l’utilisation des néologismes, des néo-pronoms, et des formulations épicènes.

Pour plus d’informations à ce sujet, je vous conseille de lire cet article de blog.

Bibliographie

Oxford English Dictionary, « A brief history of singular ‘they’ » 4 septembre 2018 . Lien (consulté le 06/11/2021) : https://public.oed.com/blog/a-brief-history-of-singular-they/

La vie en queer, Le langage dans la communauté non-binaire 2017, 26 juillet 2018. Lien (consulté le 06/11/2021) :  https://lavieenqueer.wordpress.com/2018/07/26/le-langage-dans-la-communaute-non-binaire-2017/

Radio-télévision belge de la Communauté française, « Iel/ielle/ille » : pourquoi et comment utiliser ces pronoms « neutres » ?, 13 mai 2021. Lien (consulté le 06/11/2021) : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_iel-ielles-illes-pourquoi-et-comment-utiliser-ces-pronoms-neutres?id=10761226

Merriam-Webster, Merriam-Webster’s Words of the Year 2019. Lien (consulté le 06/11/2021) : https://www.merriam-webster.com/words-at-play/word-of-the-year-2019-they/quid-pro-quo

Hugues Peters, « Gender-inclusivity and gender-neutrality in foreign language teaching: The case of French », Australian Journal of Applied Linguistics, vol. 3, no 3,‎ 23 décembre 2020, p. 183–195 (ISSN 2209-0959). Lien (consulté le 06/11/2021) : https://www.castledown.com/journals/ajal/article/?reference=332

American Psychological Association, Singular “they”, Septembre 2019. Lien (consulté le 06/11/2021) : https://apastyle.apa.org/style-grammar-guidelines/grammar/singular-they

LESAFFRE, Loreen, 2021. Rapport de stage Master 1 TSM, Université de Lille

Une réflexion sur “Traduire le genre neutre en français

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s