Tradupreneurs : Conseils ciblés pour les entrepreneurs de la traduction

Par Alexis Oboeuf, étudiant M2 TSM

En scrollant sur LinkedIn, je suis tombé sur un post de la page Tradupreneurs reposté par Orane Desnos. Après avoir lu quelques posts partagés sur le LinkedIn de la page, j’ai décidé de présenter cette plateforme créée par Orane Desnos et Gaële Gagné et dont la plateforme a été lancée en 2021.

J’ai donc contacté ces deux traductrices indépendantes et j’ai eu la chance de m’entretenir avec elles via Zoom afin qu’elles puissent me présenter Tradupreneurs.

Bonjour à toutes les deux et merci de me rejoindre aujourd’hui pour cette interview.

Avant de parler de Tradupreneurs j’aimerais en savoir un peu plus sur vous deux. Étant donné que le portrait d’Orane a déjà été fait l’année dernière sur ce blog, Gaële pourrais-tu nous parler un peu de toi et de ton parcours s’il te plaît ?

Gaële : Donc bonjour, je suis Gaële Gagné, traductrice indépendante depuis les années 2000. J’ai commencé au Canada. J’ai fait des études de commerce international et j’ai immigré au Canada et j’ai travaillé en tant que conseillère pour une agence du gouvernement qui aidait les petites et moyennes entreprises  à démarrer leur activité. Comme c’était financé par le gouvernement fédéral, il fallait que toute l’information soit en français et comme j’étais c’est moi que l’on a sollicité pour tout traduire de l’anglais vers le français et c’est comme cela que j’ai commencé à traduire pour mon employeur. Lorsque j’ai quitté le Canada pour retourner en Europe, mon employeur m’a demandé de continuer à travailler pour eux à distance en me mettant à mon compte ce qui tombait bien pour moi car je venais d’avoir un enfant et d’arriver en Belgique donc cela me permettait d’avoir une activité. J’ai créé mon entreprise en 2005 en Belgique et j’ai cherché à me former, d’abord à distance avec l’Université de Toronto qui offrait un programme de traduction à distance sur 1 an puis finalement j’ai fait une demande de VAE à l’ESIT où j’ai été admise en 2012.

Pendant toutes ces années, de 2005 à maintenant, j’ai travaillé en tant qu’indépendante, même pendant mes études. Je travaille de l’anglais vers le français dans les domaines marketing et commercial principalement pour des entreprises dans le transport et le domaine de l’agro-alimentaire.

Vous pouvez retrouver l’article « Rencontre avec Orane Desnos » de Sarah de Azevedo ici.

Vous pouvez aussi retrouver les portraits complets de Gaële Gagné et d’Orane Desnos  en podcast.

Les biographies d’Orane et de Gaële sont aussi disponibles sur le site de Tradupreneurs dans la rubrique « A propos ».

Comment est arrivée l’idée de créer cette plateforme ?

Gaële : Venant du monde du conseil aux PME, quand je suis arrivé en France en 2012 et que j’ai dû créer une entreprise je me suis dit qu’il n’y avait pas énormément d’informations sur comment créer sa boîte en France et je voyais des traducteurs autour de moi qui pataugeaient complètement dans la création et la gestion d’une entreprise. J’ai donc lancé un blog en 2012 qui tourne autour de mon activité et qui parle de comment gérer et développer son activité dans le domaine de la traduction. Ça a pas mal marché car il n’y avait pas grande chose à ce propos à part le livre de Corinne McKay. C’est donc ça qui est devenu Tradupreneurs. On a donc lancé Tradupreneurs cette année.

Orane : C’est ça, tu m’avais contacté via LinkedIn Gaële parce que j’avais fait des posts sur les réseaux sociaux pour commencer à monter une communauté appelée le coin des Tradupreneurs et tu avais vu une ou deux publications sur LinkedIn. Gaële m’a donc contacté fin janvier/début février pour me dire « mais moi aussi j’ai ce projet je voulais migrer mon blog le désolidariser de mon site vitrine de traductrice pour en faire un projet distinct sous le nom de Tradupreneurs ». On avait donc finalement le même et titre et Gaële m’a donc demandé si je voulais qu’on se mette ensemble, et qu’on mutualise nos compétences communes. Je dis donc qu’à chaque fois on se complète parce que toi Gaële c’est plutôt la partie qu’on n’aime pas quand on est traducteur, c’est la partie administrative, marketing et autres… Moi ça va plus être la partie réseaux sociaux et le podcast qui a été lancé il n’y a pas très longtemps.

Quel est l’objectif derrière Tradupreneurs ?

Gaële : L’idée derrière Tradupreneurs c’est d’avoir une plateforme sur laquelle on peut trouver de l’information pratique sur la création/gestion d’une entreprise de traduction.

Que peut-on trouver sur la plateforme Tradupreneurs ?

Gaële : Sur le site on peut trouver 3 grandes rubriques. D’abord de l’information gratuite avec des liens utiles, le blog avec plein d’articles depuis 2012.

Orane : On peut y trouver le podcast aussi !

Gaële : C’est vrai on y retrouve le podcast mais c’est tellement un truc à part en plus ! Il y a aussi la newsletter dans la partie informations. Il y a aussi une partie conseil, là ce sont des séances directes pour répondre à une question pratique ou pour avoir un accompagnement régulier s’ils le souhaitent, qui là, sont payants. Puis une partie formation car je donne des formations via l’organisation Edvenn qui est un organisme propose des formations certifiantes. Donc je propose des formations en traduction médicale, financière et autres. J’en fais donc la promotion via Tradupreneurs.

Et on a du coup le podcast d’Orane qui est un peu élargi, ça va au-delà de l’entreprenariat. Cela présente tous les métiers des langues.

Orane : Alors principalement la traduction et l’interprétation mais je ne voulais pas me limiter, c’est-à-dire que si un jour j’ai envie de parler avec un correcteur ou un terminologue, je pouvais le faire via le podcast. C’est pour cela que je l’ai appelé « La machine à café des langagières et des langagiers ». Il est donc accessible partout, sur Deezer, Spotify, le site de Tradupreneurs, il est publié une fois par mois et il est sous forme d’interview. 

Gaële tout à l’heure tu as dit qu’on pouvait trouver des exemples de facture sur le site de Tradupreneurs, je pense que c’est quelque chose qui peut vraiment venir en aide à certains, je pense surtout aux étudiants qui souhaitent devenir indépendants après l’obtention de leur diplôme. Que peut-on trouver d’autres qui puisse nous aider à commencer notre carrière d’entrepreneur en traduction ?

Gaële : Alors sur le site on a créé des parcours, on en a un qui s’appelle « Lancement » pour ceux qui démarrent donc on a filtré l’information spécifique pour eux. Je recommande donc d’y faire un tour pour avoir quelques renseignements. Comme je l’ai dit aussi on peut retrouver les articles de mon blog qui sont pour ceux qui démarrent, il y a des livres aussi. En téléchargement direct tu peux aussi retrouver des modèles de facture , de devis, des conditions générales pour en gros préciser les conditions de la collaboration avec le client. Il y a un livre de recettes, la plupart des traducteurs se lancent en tant que microentreprise donc c’est le seul document comptable qu’on a vraiment besoin et qui liste les encaissements de l’entreprise par date. Et il y a aussi un modèle de facture en anglais étant donné que les clients peuvent se trouver à l’étranger donc on doit avoir des factures conformes à la norme française mais on peut potentiellement être amené à les traduire et encaisser des paiements étrangers. Il y a aussi des conseils sur le blog à ce sujet. Je conseillerai donc aux étudiants qui se lancent à aller faire un tour sur le site, dans le parcours lancement, à aller faire des recherches sur le blog et à nous contacter si vous êtes perdus, on répond aussi aux questions. 

Orane : D’ailleurs pour rebondir sur ce point concernant les étudiants, on a créé une page qui s’appelle « Communauté » qui n’est pas forcément connue pour le moment mais où j’ai essayé de répertorier des ressources qui peuvent être utiles, des blogs, des comptes sur les réseaux sociaux ou autres que ce soit en anglais, français ou espagnol et ça parle aussi bien de marketing que d’autres sujets, il y a des ouvrages et les liens des sites de Corinne McKay. Je conseille vivement d’aller y faire un tour, rien que Gaële, quand j’ai compilé tout ça , tu avais été voir et tu m’avais dit « Oh mais je suis en train de découvrir plein de choses »

Gaële : C’est vrai oui ! Ça permet de recenser ce qui se fait, c’est un peu comme la traduction, c’est un peu atomisé, il y a plein d’idées dans tous les sens mais c’est bien d’avoir un endroit précis où tu peux tout retrouver.

Orane : Voilà c’est ça, c’est un peu le but de Tradupreneurs, de centraliser l’information, de la rendre claire et précise et que ce soit plus simple. 

Gaële : Puis nos spécificités sont assez propres au marché français, donc dans les différents parcours on a listé les liens des différents organismes comme la SFT, la BPI, l’URSAFF et tous ceux qui fournissent des informations sur la création entreprise et où l’on peut s’informer sur les aspects pratiques de la comptabilité,l’aspect légal et d’autres sujets. Et ce que j’aimerai dire aux étudiants, c’est que, quand on se lance à son compte, on n’est pas seulement traducteur on est aussi entrepreneur et cette partie il ne faut pas la négliger. Beaucoup d’étudiants me disent qu’ils ne savent pas quels prix demander ou comment cela se passe donc ils sont parfois amenés à accepter un peu de tout au début et certains clients ou agences vont profiter de cela. 
Pour revenir sur la page « Communauté », c’était aussi pour nous, un moyen de mettre en relation les traducteurs, qu’ils se connectent. Là pour vous, vous êtes à la fac c’est le moment de créer des liens entre futurs traducteurs et on essaie vraiment de poursuivre cela, c’est super important pour nous. Que ce soit pour Orane et moi, nous sommes indépendantes on travaille seules mais aussi avec les collègues. Il arrive parfois que l’on ait trop de travail et que donc on cherche quelqu’un pour nous aider, prendre une partie du volume, ou le sous-traiter. Donc ça nous aide pour se connecter entre nous.

Orane : Puis c’est aussi important par exemple quand vous démarchez un client direct, c’est important d’avoir quelqu’un pour vous relire. Quand on ne travaille plus avec une agence il n’y a plus cette partie relecture et correction, il faut parfois travailler à deux voire plus pour répondre à certains besoins. D’où la nécessité de tisser des liens entre traducteurs. C’est aussi une initiative abordée récemment sur le blog avec le Discord des traducteurs francophones. Le Discord de Dorine qui sert à échanger l’information, de se connaître et de tisser des liens entre traducteurs.

Gaële : Tu connaissais ce Discord ? 

Non pas du tout, tu peux m’en dire plus à ce propos ?

Gaële : Alors c’est relativement récemment il a été créé pendant le confinement. Donc c’est un serveur Discord où l’on peut se retrouver pour échanger sur des sujets bien précis comme les outils de TAO, la comptabilité ou autres, il y a des fils de discussion comme cela avec plein de sujets et donc il y a parfois des appels du genre « qui connaît quelqu’un qui bosse en jeux vidéos ? » ou « qui s’y connaitrait avec telle fiche de paie ? »

Orane : En fait tu peux facilement avoir une réponse dessus parce que sur les forums au mieux tu as une réponse mais ça prend plusieurs jours, là il y a toujours un certain nombre de personnes qui sont connectées. Je sais qu’il m’est déjà arrivé de poser des questions sur ce Discord et d’avoir une réponse en une ou deux heures maximum.

Vous pouvez rejoindre le Discord des traducteurs ici .

Au niveau des services que vous proposez, on peut retrouver tout cela directement sur le site ?

Orane : Oui bien sûr, tout est disponible sur le site, il est assez facile d’usage.

Auriez-vous un conseil à donner aux étudiants sur le point de devenir des tradupreneurs ?

Gaële : C’est difficile quand on sort de l’école de savoir comment s’y prendre donc surtout n’hésitez pas à solliciter les traducteurs en exercice, c’est un monde assez collégial, nous deux on est à fond dans la communauté des traducteurs donc voilà n’hésitez pas à toquer aux portes des traducteurs et demander des conseils vous serez toujours bien reçus, ne partez pas à l’aveugle, vous serez toujours bien orientés.

Orane : Surtout oui, c’est un monde très bon enfant. Qu’ils n’hésitent pas à faire un tour sur notre site les informations sont libres d’accès. Ils peuvent s’inscrire à notre newsletter. D’ailleurs ce qui nous tenait à cœur c’est que la newsletter soit envoyée une fois par mois sans pub supplémentaire.

Enfin, pour finir cette interview, comment arrivez-vous à gérer votre activité de traductrice et votre activité avec Tradupreneurs ?

Orane : Ah, c’est une très bonne question ! Vas-y Gaële je te laisse commencer.

Gaële : Alors moi étant donné que j’ai le côté formation, j’ai décidé de faire du 50/50. Donc j’ai mes interactions avec les étudiants le matin et je bosse sur mes projets l’après-midi. J’ai beaucoup de clients réguliers donc je n’ai pas trop besoin de démarcher, je peux garder ce volume de travail qui me convient plutôt bien. Et toi Orane ?

Orane : Alors moi j’ai fait le choix de réserver tout mon vendredi pour le développement de Tradupreneurs. Avant je voulais faire une heure par-ci, une heure par-là mais je me rendais compte que je n’avais jamais le temps de m’y consacrer à cause des projets de traduction donc je me suis dit que ce serait plus simple si je bloquais une journée pour ça. Après je pense que quand on développe des choses plus importantes, je pense notamment au calendrier de l’avent que nous avons mis en place, je prends plus de temps, ça déborde parfois sur le week-end.

Gaële : Après c’est un peu un talent du traducteur, avec l’expérience on commence à raisonner par blocs de temps, on se dit là je peux caser tel projet ou telle activité et du coup là Tradupreneurs c’est un projet à caser aussi.

Cet échange fait le fruit d’une retranscription d’un échange virtuel avec Orane Desnos et Gaële Gagné.

Je tiens à remercier chaleureusement Orane et Gaële pour m’avoir accordé du temps et avoir répondu à mes questions.

Bibliographie

Le site de Tradupreneurs : https://www.tradupreneurs.fr

Orane Desnos sur Linkedin : https://www.linkedin.com/in/oranedesnos/

Gaële Gagné sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/gaelegagne/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s