Le sous-titrage SME à la télévision : un dialogue de sourd ?

Par Pauline Gonnet, étudiante M2 TSM

Pour mon second billet de blog, j’ai décidé de me pencher sur le sujet du sous-titrage pour sourds et malentendants, appelé aussi sous-titrage SME. C’est une thématique que nous avions évoquée brièvement lors du dernier cours de traduction audiovisuelle durant la première année de master, et qui, je l’avoue, a piqué ma curiosité. À l’issue de ce cours, je me suis posée la question suivante : en France, comment les programmes télévisés sont-ils rendus accessibles aux personnes sourdes et malentendantes dont la déficience auditive est trop profonde pour être corrigée par un appareillage et pour lesquelles les sous-titres « classiques » ne sont pas adaptés ? Grâce à ce billet, je vais m’efforcer de répondre à cette question pour toute personne qui, comme moi, s’intéresserait à ce sujet.

Qu’est-ce que le sous-titrage SME ?

Pour bien commencer, il me paraît important de définir ce qu’est le sous-titrage SME. Voici donc la définition proposée par Jorge Diaz Cintas, professeur au Centre for Translation Studies (centre de traductologie) de l’UCL : le sous-titrage SME est un « type de sous-titrage qui pose par écrit, outre les dialogues du programme audiovisuel reformulés, des informations sur des éléments que le public sourd ou malentendant ne peut percevoir ou ne percevoir que partiellement sans aide, par exemple l’information contextuelle qui accompagne les dialogues, les effets sonores ou la musique. » Ce type de sous-titrage va donc plus loin que le sous-titrage d’une langue étrangère vers le français pour lequel il ne s’agit que de traduire ce qui relève du discours (les dialogues, les propos d’un narrateur, etc.) et éventuellement les inscriptions telles que des panneaux, des titres de journaux etc.

De plus, contrairement au sous-titrage d’une langue étrangère vers le français qui est une traduction interlinguistique, le sous-titrage SME est la plupart du temps intralinguistique. Cela signifie qu’un sous-titrage SME en français sera effectué à partir de la version française de l’émission ou de l’œuvre cinématographique et non à partir de la version originale si elle est, à la base, dans une langue étrangère.

Réglementation sur le sous-titrage SME

Depuis 1984, le sous-titrage SME est devenu une obligation pour toutes les chaînes de télévision publiques françaises et figure de fait dans leur cahier des charges respectif. Toutefois, ce n’est qu’en 2000 avec la loi n° 2000-719 que cette obligation a été étendue aux chaînes hertziennes.

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées vient renforcer les dispositions de la loi n° 2000-719 et dispose que « dans un délai maximum de cinq ans, les chaînes dont l’audience moyenne annuelle dépasse 2,5 % de l’audience totale des services de télévision devront rendre la totalité de leurs programmes accessibles aux personnes sourdes et malentendantes à l’exception des messages publicitaires »

Au niveau européen, le sous-titrage SME est encouragé par la directive 2007/65/CE du Parlement européen et du Conseil qui dispose que « les États membres encouragent les fournisseurs de services de médias qui relèvent de leur compétence à veiller à ce que les services qu’ils offrent deviennent progressivement accessibles aux personnes souffrant de déficiences visuelles ou auditives. »

Désormais, la plupart des grandes chaînes ont atteint l’objectif visé par la loi de 2005 et celles qui représentent moins de 2,5 % de l’audience totale moyenne annuelle sous-titrent entre 20 et 60 % de leurs émissions.

Le sous-titrage SME en théorie…

Depuis 2011, bon nombre de chaînes de télévision ont également signé la Charte relative à la qualité du sous-titrage à destination des personnes sourdes ou malentendantes. Cela implique donc qu’elles s’engagent normalement à la respecter. Cette charte contient seize règles dont certaines s’appliquent à tous les programmes, d’autres uniquement aux programmes diffusés en différé et d’autres aux programmes diffusés en direct ou dans les conditions du direct. Voici un résumé de ces différentes règles :

  • Le sens des phrases et la langue française doivent être respectés.
  • Les sous-titres ne doivent pas cacher une trop grande partie de l’image. Les sous-titres sont donc tenus d’être limités à deux lignes pour les programmes en différé et trois lignes pour les programmes en direct. Ceci permet, entre autres, aux personnes sourdes et malentendante de procéder à une lecture labiale si elles le souhaitent sans être gênées par les sous-titres et de voir tous les éléments importants de l’image.
  • Le temps de lecture se doit d’être approprié : comme pour le sous-titrage français depuis une langue étrangère, les sous-titres SME doivent suivre une limite de caractères par seconde pour que la lecture soit confortable et que le téléspectateur puisse suivre le déroulement de l’émission ou du film.
  • Pour les programmes en différé, les sous-titres doivent se situer au plus près de la source sonore et selon le code couleur défini. En effet, la charte a choisi un code couleur selon qu’il s’agit d’une personne visible à l’écran ou d’une personne hors champ, d’indications sonores, de musique, de paroles de chansons, de pensées d’un personnage, de paroles d’un narrateur, de commentaires en voix hors champ ou encore de l’utilisation d’une langue étrangère. De la même manière, des parenthèses indiquent des propos chuchotés ou prononcés en aparté et des sous-titres en majuscules signalent que les paroles retranscrites sont dites par plusieurs personnes en même temps.
  • Les sous-titres sont normalement affichés sur un bandeau noir translucide pour que les couleurs des différents sous-titres soient bien visibles.
  • Les phrases doivent être découpées de façon logique si elles s’étalent sur plusieurs sous-titres afin d’être faciles à suivre et à comprendre.
  • Pour les programmes en direct, les conditions font que le discours et les sous-titres sont décalés. La charte indique toutefois que l’écart entre une phrase et son sous-titre doit être inférieur à dix secondes. De plus, une distinction des différents intervenants doit être faite en indiquant leur nom au début de leur prise de parole, notamment en raison de ce décalage.

… et en pratique

Dans les faits, tout n’est pas aussi rose que le laisseraient supposer les différents textes de lois successifs.

Comme évoqué précédemment, la loi de 2005 n’oblige pas les chaînes dont l’audience moyenne annuelle est inférieure à 2,5 % de l’audience totale à sous-titrer l’ensemble de leurs programmes, ce qui fait dire à la communauté sourde et malentendante que ce texte n’est pas assez contraignant par rapport à leurs besoins.

Pour le direct les sous-titres sont décalés à cause des conditions inhérentes à ce type de sous-titrage, mais cet écart est souvent plus important que les dix secondes préconisées par la charte. De plus, certains programmes en différé sont sous-titrés selon les conditions du direct par manque de temps entre le moment de réception du programme à sous-titrer et sa diffusion. Ces programmes sont donc pratiquement impossibles à suivre

Des témoignages de la communauté sourde et malentendante soulignent également la qualité déplorable des sous-titres malgré les différentes lois et la charte. Ceci s’explique entre autres par la volonté de réduction des coûts menée par les chaînes qui se traduit par une utilisation abusive de la reconnaissance vocale et d’une réduction des effectifs pour la production des sous-titres.

Enfin, les personnes sourdes et malentendantes relèvent une absence de sous-titrage pour les émissions en replay et pour la télévision sur Internet. Elles sont donc contraintes de regarder le direct sous peine de ne pas pouvoir suivre le programme.

Tous ces paramètres génèrent ainsi un sentiment d’exclusion chez les personnes souffrant d’une déficience auditive.

Conclusion 

Le sous-titrage SME est un type de sous-titrage bien spécifique qui permet aux personnes sourdes et malentendantes d’avoir accès à toutes les informations sonores d’une émission ou d’une œuvre cinématographique. Des lois se sont succédé depuis 1984 et une charte a été mise en place pour encadrer le sous-titrage SME mais malgré cela, le sentiment d’exclusion chez les personnes souffrant d’une déficience auditive est encore bien réel à cause d’une loi qui ne leur semble pas assez contraignante et d’un sous-titrage de mauvaise qualité. Il reste donc à espérer que l’on puisse observer une amélioration de la situation et une meilleure inclusion de cette communauté dans les années à venir.

Bibliographie :

CEREZO MERCHÁN, Beatriz, CASCHELIN, Sylvain. Vue d’ensemble et analyse comparative du sous-titrage pour sourds et malentendants en France et en Espagne. Palimpsestes [En ligne], 30 | 2017, mise en ligne le 21 septembre 2017, page consultée le 06 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/2473

CSA. Charte relative à la qualité du sous-titrage à destination des personnes sourdes ou malentendantes [En ligne], page consultée le 06 janvier 2022. URL : https://www.csa.fr/Reguler/Espace-juridique/Les-relations-de-l-Arcom-avec-les-editeurs/Chartes-et-autres-guides/Charte-relative-a-la-qualite-du-sous-titrage-a-destination-des-personnes-sourdes-ou-malentendantes-Decembre-2011

EUR-LEX. Directive 2007/65/CE du Parlement européen et du Conseil. [En ligne], page consultée le 06 janvier 2022. URL : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32007L0065

GIRARDEAU, Alicia. Face aux médias, sourds et malentendants se sentent exclus. Libération [En ligne], mise en ligne le 8 novembre 2021, page consultée le 06 janvier 2022. URL : https://www.liberation.fr/societe/face-aux-medias-sourds-et-malentendants-se-sentent-exclus-20211108_BGAYD7HJERCOTFBMIJIESQ2SEY/

LÉGIFRANCE. Loi n° 2000-719 du 1er août 2000 modifiant la loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication. [En ligne], page consultée le 06 janvier 2022. URL : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000402408/

LÉGIFRANCE. Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. [En ligne], page consultée le 06 janvier 2022. URL : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000809647/

MALZAC, Marie. Les sous-titrages à la télé, un « calvaire » pour les sourds. Informations Handicap [En ligne], mise en ligne le 9 février 2015, page consultée le 06 janvier 2022. URL : https://informations.handicap.fr/a-sous-titrage-television-7491.php

ZAFIMEHY, Marie. Sous-titres pour les sourds à la télé : les dessous d’un massacre. Rue89 [En ligne], mise en ligne le 21 novembre 2016, page consultée le 06 janvier 2022. URL : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20150726.RUE9943/sous-titres-pour-les-sourds-a-la-tele-les-dessous-d-un-massacre.html

WIKIPEDIA. Sous-titrage pour sourds et malentendants. [En ligne], 30 | 2017, mise en ligne le 21 septembre 2017, page consultée le 06 janvier 2022. URL :https://fr.wikipedia.org/wiki/Sous-titrage_pour_sourds_et_malentendants

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s