La Fédération de Russie : richesse linguistique et marché de la traduction

Par Brandon Dauvé, étudiant M1 TSM

Dans un contexte de Coupe du Monde de football en Russie, il est d’actualité de parler du plus vaste pays de la planète. Avec une population estimée à 146,88 millions d’habitants au 1er janvier 2018, la Fédération de Russie a un statut à part en termes de subdivisions et de langues. En effet, cet état regorge d’ethnies et de peuples différents qui, en plus du russe, parlent une autre langue qui descend de leurs origines ou de leur emplacement. Cette diversité est la source de la richesse culturelle et linguistique de la Fédération de Russie, qui doit réussir à gérer les contrastes ainsi que cette forme de multilinguisme. Ces différentes langues ont-elles un impact sur le marché de la traduction en Russie ?

La Fédération de Russie

La Russie est constituée de 85 sujets :
– 22 Républiques autonomes
– 9 kraïs
– 46 oblasts
– 3 villes d’importance fédérale (Moscou, St Pétersbourg et Sébastopol)
– 1 oblast autonome
– 4 districts autonomes

Chacun de ces sujets dispose d’un pouvoir exécutif, législatif et judiciaire avec des degrés d’autonomie variables.

Federal_subjects_of_Russia + légende

[Source]

Lorsque l’on parle de l’état russe et de ses citoyens, il est important de parler de « Fédération de Russie » car cet état regroupe une multitude de peuples différents. En français, nous utilisons le mot « russe » pour désigner les individus qui vivent dans cet État alors qu’en russe, on fait la distinction entre « русский » [russkiy] (russe de langue et d’ethnicité) et « российский » [rossiyskiy] (russe de citoyenneté, en faisant abstraction des ethnies et peuples de Russie).

Ici, les sujets qui nous intéressent sont les Républiques autonomes puisqu’elles possèdent un statut particulier en matière de langues officielles.

Les Républiques autonomes de Russie

Republics_of_Russia_Catalan

1. Adyguée, 2. Altaï, 3. Bachkirie, 4. Bouriatie, 5. Kalmoukie, 6. Carélie, 7 Daghestan, 8. Ingouchie, 9. Kabardino-Balkarie, 10. Karatchaïévo-Tcherkessie, 11. Khakassie, 12. République des Komis, 13. République des Maris, 14. Mordovie, 15. Ossétie-du-Nord-Alanie, 16. République de Sakha, 17. Tatarstan, 18. Touva, 19. Tchétchénie, 20. Tchouvachie, 21. Oudmourtie (+ Crimée absente sur la carte). [Source]

Ces sujets ont obtenu ce statut particulier grâce aux revendications indépendantistes de la plupart des ethnies et peuples de Russie au moment de la dislocation de l’URSS. La Fédération de Russie a préféré leur accorder une plus grande autonomie afin de garder ces peuples au sein de l’État russe.

Les 22 Républiques autonomes de Russie possèdent leur propre Constitution, leur permettant notamment d’établir leurs langues officielles (langue d’État) sous certaines conditions, dont 2 importantes : la langue doit être écrite et utiliser l’alphabet cyrillique.
Par exemple, ces règles empêchent la Carélie (République autonome à la frontière finlandaise) d’attribuer le statut de langue officielle au carélien, car cette langue s’écrit avec l’alphabet latin.

groupesethniques

Graphique réalisé par mes soins en calquant les données de ce graphique

La reconnaissance d’une langue en tant que langue officielle au même niveau que la langue russe est un signe de reconnaissance de la culture d’un peuple et va au-delà de la simple pratique linguistique, c’est un véritable acte de nationalisme ethnique.

Près de 80 % des citoyens de Russie sont des Russes et 98 % s’expriment en russe. Avec plus de 100 langues et dialectes parlés en Russie, la richesse culturelle disparaît petit à petit au profit de la langue russe qui est enseignée uniquement ou principalement à 97 % dans les écoles publiques de Russie. Le statut de langue officielle permet donc aux Républiques autonomes de préserver leur patrimoine culturel et linguistique afin d’éviter une disparition plus ou moins lente.

La population urbaine parle majoritairement le russe en ayant une certaine connaissance plus ou moins développée de la langue du peuple autochtone, tandis que la population rurale parle plus souvent la langue du groupe ethnique avec, parfois, une connaissance du russe limitée. Cette situation devient de plus en plus rare car l’apprentissage du russe est obligatoire dans tout le pays. Malgré certaines lois au Bachkortostan, au Tatarstan et en Yakoutie qui obligent les élèves et étudiants de ces Républiques autonomes à étudier, en plus du russe, respectivement le bachkir, le tatar et le yakut au cours de leur scolarité, les langues et dialectes de Russie sont en danger et certains sont en voie de disparition.

Certaines Républiques autonomes soutiennent davantage la pratique de la langue régionale que certaines autres Républiques. En général, cette implication est corrélée avec les envies d’indépendance d’un peuple ou les données démographiques.

Le cas du tatar

Après les Russes, les Tatars représentent le deuxième groupe ethnique de Russie avec plus de 5,3 millions d’individus (environ 4 % de la population de la Fédération de Russie). Cette ethnie, qui peuple majoritairement le Tatarstan, parle le tatar (langue reconnue comme langue d’État au même titre que le russe au Tatarstan).

Par ailleurs, le tatar est la deuxième langue en matière de tirages de journaux dans la Fédération de Russie : 7,6 millions de tirages en russe par jour contre 65 090 tirages en tatar par jour. En 2010, 99 % des livres et journaux ont été imprimés en langue russe. Le fossé est immense et représente bien l’écart entre la langue officielle de l’État et celle de la République autonome.

Татар
Alphabet tatare cyrillique [Source]

Cette langue appartenant au groupe des langues turques s’écrivait avec un alphabet arabe mais l’URSS avait imposé l’écriture cyrillique en 1939. Cette transformation a nécessité l’ajout de nouvelles lettres dans l’alphabet cyrillique afin de transcrire la prononciation de certains phonèmes employés dans la langue tatare.

Le marché de la traduction en Russie

À l’image de la pratique en baisse des langues et dialectes de Russie, les langues officielles des Républiques autonomes de Russie ne font pas l’objet d’une demande importante. En effet, la quasi-totalité des citoyens de Russie parlent le russe et la traduction dans les langues des groupes ethniques n’est pas si nécessaire. Même si certaines Républiques, comme la Tchouvachie, tiennent à ce que les sites officiels des infrastructures parlementaires et gouvernementales soient disponibles en russe et dans leur langue officielle.

N’ayant pas trouvé de données sur le statut de ces langues sur le marché de la traduction, j’ai décidé de rechercher des traducteurs qui proposaient les langues officielles sur ProZ et TranslatorsCafé. La recherche n’est pas représentative, mais donne déjà un aperçu de la place de ces langues sur le marché mondial de la traduction. Et le résultat est sans appel :
Parmi les 29 langues d’État en Russie, seules 9 langues ont donné des résultats. La langue la plus proposée est le tatar (avec 22 résultats cumulés) et le tchétchène arrive en deuxième place avec seulement 6 résultats cumulés.

En me renseignant un peu plus sur les profils de ces traducteurs, je me suis rendu compte d’un fait : toutes les traductrices et tous les traducteurs proposent les paires de langues suivantes : langue d’État <> russe. Ce constat, bien que peu représentatif, nous permet d’établir une tendance en termes de traduction. En effet, nous pouvons imaginer que le but d’une traduction du russe vers le bashkir sera utile à la Bachkirie, voire à la Russie, mais certainement pas au reste du monde. A contrario, un client qui souhaite faire traduire un texte afin de cibler une certaine tranche de population de Russie ne va pas chercher à payer plus cher pour avoir une traduction dans une langue spécifique à une infime part de la Russie et va donc demander une traduction en russe que la grande majorité des citoyens comprend dans la Fédération de Russie.

800px-Percentage_of_Russians_by_region.svg

Pourcentage de russes par subdivision [Source]

En réalité, ce constat suit la tendance du marché de la traduction en Russie qui n’est pas assez mature à cause du manque de reconnaissance du métier de traducteur dans le domaine professionnel. Depuis peu, les universités russes ouvrent des formations de traducteur avec un diplôme valable et reconnu, alors que quelques années plus tôt, des spécialistes pouvaient recevoir des diplômes de traducteur au titre de « bonus » à leur formation principale.

De plus, l’absence de réglementation des services de traduction a pour conséquence le fait que bon nombre d’agences russes ne porte aucune responsabilité juridique sur la qualité du travail fourni. En alliant mauvaise qualité et manque de connaissance, nous obtenons des prix 3 voire 4 fois moins chers qu’en Europe occidentale.

C’est pourquoi les agences russes cherchent à se rattacher au marché européen en proposant des traductions à partir des langues occidentales ou en ouvrant des agences en Europe ou en Extrême-Orient, au détriment des langues de Russie.

L’intérêt porté au marché de la traduction russe est très limité. Très peu d’agences étrangères viennent s’installer en Russie. La plupart d’entre elles préfèrent sous-traiter les traductions russes à des agences russes ou sollicitent des traducteurs freelances russophones en Europe de l’Est.

En 2016, seuls 7 500 LSPs (Language Service Providers, en français : prestataires de services linguistiques) russes avaient le statut d’auto-entrepreneur pour 140 millions d’habitants. À titre de comparaison, la France compte 18 000 auto-entrepreneurs dans le secteur de la traduction pour 66 millions d’habitants. La plupart des grandes agences de traduction russes comptent beaucoup de traducteurs employés (50 à 100 employés, voire plus), et cela demande un paiement de différentes charges, dont les charges patronales, alors que travailler avec un traducteur qui n’a pas ce statut peut faire monter le coût final de prestation de service à 130 % du prix de base. Les mentalités sont différentes et, par conséquent, la croissance du marché de la traduction russe est ralentie.

Finalement, la Russie est un pays qui regorge de richesses et merveilles culturelles et linguistiques, mais dont le marché de la traduction n’est pas assez développé et cherche à s’orienter vers l’Europe, et qui n’accorde ainsi pas une place importante aux langues et dialectes de cet État.

Flag-maps_of_the_subjects_of_Russia

[Source]

 

Sources :

https://www.memsource.com/blog/2016/07/12/russian-translation-market-2016/

https://www.ideatranslate.ru/en/about/inrussia

http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/russie-2demo.htm

https://ru.wikipedia.org/wiki/Языковая_политика_в_России

https://ru.wikipedia.org/wiki/Государственные_и_официальные_языки_в_субъектах_Российской_Федерации

Publicités

La localisation de jeux vidéo, une traduction technique ou littéraire ?

Par Jonathan Sobalak, étudiant M1 TSM

traduction jeux video

La localisation de jeux vidéo, c’est un domaine qui de premier abord semble peu s’éloigner des domaines de traduction plus courants comme la traduction dans le secteur du marketing et de la promotion. Après tout, il s’agit de traduire les éléments d’un produit, le packaging, la promotion qui l’accompagne, le produit étant dans ce cas un jeu vidéo. Concernant par exemple son manuel d’utilisation (dont la version physique a presque entièrement disparu), il va de soi que la localisation se devra d’être claire et précise puisqu’il contient les conditions générales d’utilisation, sans parler du contenu légal qui se doit d’être mentionné conformément à la loi. Pourtant, lorsqu’on en vient au contenu plus profond du jeu vidéo en lui-même, ce n’est pas toujours une traduction technique ou spécialisée qui sera nécessaire, je fais référence ici aux textes, dialogues et autres éléments qui dans le principe en appellent plus à l’imagination du traducteur. Ainsi, en se basant sur la nature d’un produit de ce type, il est une question que l’on peut bel et bien se poser : la localisation d’un jeu vidéo sera davantage concernée par une traduction technique, relevant d’un domaine spécialisé, ou bien peut-on la considérer comme une traduction littéraire ?

Avec des balises, des pourcentages et des interfaces, on s’éloigne d’une œuvre de Victor Hugo

S’il est un élément que l’on retrouve fréquemment pour la prestation de services de localisation de jeu vidéo, c’est bien la feuille de calcul Excel. En effet, lorsqu’il est question de milliers de lignes de dialogues ou de description d’objets, elle se révèle pratique pour la lisibilité. Mais ce support peu attirant nous catapulte directement dans un aspect plus technique, bien que le contenu puisse demander au traducteur de développer sa plume.

Arrive le problème des balises, ces éléments de textes représentant des variables, dont les références sont présentes ailleurs, et dont l’utilité est d’éviter de créer plusieurs textes différents lorsque seul un élément de texte ou chiffre doit varier (très courantes dans les jeux de type jeu de rôle). Ces balises ont tendance à amener un aspect technique aux traductions à effectuer, car elles appartiennent à un langage de programmation.

Des interfaces qui nous empêchent d’être inventifs

Le cas concerne aussi la traduction des interfaces de jeu, car ces mots ou petits éléments de texte sont des notions qui varient peu entre chaque jeu vidéo : « Menu Principal », « Nouvelle Partie », « Sauvegarder », « Points de vie ».
Ces concepts sont tellement courants dans ce domaine que parfois une traduction différente de celle qui est le plus souvent adoptée pourra paraître étrange au joueur qui sera habitué à des éléments de texte précis depuis des années. Ainsi, on est en droit de se demander s’il reste une place à l’imagination lorsqu’il est question des traductions d’interface de jeu.

Le domaine de la traduction littéraire ne concerne donc pas la localisation de jeu vidéo ?

Et pourtant si, mais c’est dans le reste du contenu qu’il faudra la trouver.

Les dialogues, les noms d’objets et de personnages, les descriptions des quêtes ; c’est pour tous ces éléments que le localisateur va pouvoir faire travailler son imagination.
Prenons l’exemple d’un jeu vidéo de type jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG) : pour un jeu possédant un contenu aussi colossale que ceux-là, il va de soi que ce qui va être le plus important pour un localisateur, ce sera bien son imagination, et sa capacité à traduire des centaines de textes tirés de quêtes prévues pour immerger le joueur dans l’œuvre vidéo ludique et son univers. Son but sera de les rendre convainquant et agréables à lire, car en effet ces textes fictionnels peuvent être tout à fait comparés à ce que l’on trouvera dans un roman fantastique, par exemple.

Inventer des noms pour faire passer des messages

Mais les éléments de textes isolés comme les noms de personnages ou d’objets ne sont pas non plus en reste. Ils vont demander un travail de localisation qui lui aussi nécessitera de la part du localisateur toute son inventivité. En prenant l’exemple d’un des MMORPG les plus connus au monde, World Of Warcraft, les noms de centaines de personnages ont nécessité de trouver des adaptations dans la langue française, car ces noms donnent des informations sur les personnages et le message contenu dans le nom anglais se devait d’être retranscrit (bien que ce choix ne fut pas pris pour son prédécesseur, Warcraft III). Ainsi, pour prendre comme exemple un des personnages principaux du jeu, Jaina Proudmoore (proud = fier, moored = amarré), le choix a été fait de la nommer en français : Jaina Portvaillant, car une traduction sans réécrire le nom n’aura pas été convaincante, ou dans le meilleur des cas, la portée et la signification véhiculées par le nom original n’auraient pas atteint tous les joueurs de l’hexagone.

Difficile de tout dire lorsqu’on n’a pas assez de place

Faire preuve d’imagination pour le localisateur de jeu vidéo peut d’ailleurs s’avérer être un challenge. Lorsqu’un client donne pour ses besoins en traduction des limites de caractère très précises pour des éléments du jeu vidéo (dû à la taille de l’écran, ou à la police de caractères qui est rarement déterminé par le localisateur), c’est réellement de l’adresse et de l’inventivité pour la rédaction qui vont alors être nécessaires. À ce sujet, je vous incite à lire l’excellent billet de blog rédigé par Léa Gonzalvez sur les Grands commandements de la localisation de jeu vidéo.

Vous l’avez compris, la localisation d’un jeu vidéo, ce n’est pas une seule méthode qui s’applique à tout un contenu. L’inventivité est souvent requise pour la rédaction, comme pour la traduction littéraire d’une œuvre de fiction, alors qu’un manuel d’utilisation demandera une certaine austérité. L’essentiel est de faire preuve d’imagination lorsque cela est possible, et de rigueur méthodologique quand il est nécessaire ; et c’est peut-être cette variété dans le travail qui rend la localisation de jeux vidéo si attirante pour certains.

 

Sources :

« Les grands commandements de la localisation de jeu vidéo », MasterTSM@Lille, 10 septembre 2017

Best_Practices_for_Game_Translation_FR_1.1.pdf 

« Jeux vidéo et littérature », [s.l.] : [s.n.], [s.d.]

La localisation des jeux vidéo,Veille CFTTR

« La traduction des jeux vidéo, traduction ou localisation ? », [s.l.] : [s.n.], [s.d.]

 

Les impératifs d’une bonne traduction : Pourquoi les traducteurs posent-ils tant de questions ?

Par Alessandro Circo, étudiant M1 TSM

 

Depuis leurs origines, les traducteurs s’interrogent sur la qualité des traductions. De nombreuses théories ont vu le jour, une bonne traduction doit-elle privilégier la fidélité à la fluidité, doit-elle faire abstraction des éléments propres à la culture de la langue source ou les mettre en avant, les questions posées à ce sujet sont nombreuses. Aujourd’hui, je ne m’intéresserai pas au travail de traduction en lui-même, mais plutôt aux éléments qui le conditionnent, tout ce qui peut contribuer au bon travail du traducteur et que j’ai pu découvrir lors de mon premier stage en tant que traducteur en herbe. Même si le métier de traducteur peut apparaître comme solitaire, nous verrons que le traducteur du XXIe siècle est loin d’être seul face à son écran. Il peut (la plupart du temps) compter sur l’appui de nombreuses ressources, de ses compères et de ses clients.

Un texte source…

La première et la plus importante « ressource » du traducteur est, sans grande surprise, le texte original. À ce sujet il convient de distinguer deux choses, le texte brut et le document formaté. Aujourd’hui, il arrive encore que le traducteur ne reçoive que le texte brut, ce qui peut poser quelques problèmes. Parfois, il ne reçoit qu’un fichier à ouvrir directement avec les divers outils de TAO qu’il utilise. Certains de ces outils peuvent vous indiquer si le segment est un titre, un élément d’une liste ou le corps du texte. Une aide précieuse lorsque le document est formaté de manière classique (Titre, sous titres, corps de texte, etc.) mais si c’est un logiciel que vous traduisez, un Powerpoint ou encore un site Web, un test, un questionnaire, alors ces informations ne vous seront pas d’une grande utilité et vous rencontrerez de nombreux segments sans aucun contexte, parfois même composés d’un seul mot. Il est donc primordial pour le traducteur d’avoir (d’exiger) un accès au document original formaté, au site Web, au logiciel qu’il traduit et ce n’est malheureusement pas toujours possible.

Image 1

Image soumise à des droits d’auteur : http://mox.ingenierotraductor.com/

 

…de qualité

Un autre point important à propos du texte source et qui influe grandement sur la traduction finale : sa qualité. L’utilisation d’une langue pivot est très répandue aujourd’hui dans le milieu de la traduction. Il est plus facile (et moins onéreux) pour une entreprise dont la langue est peu représentée de faire traduire une première fois le texte vers une langue très représentée (à tout hasard, l’anglais) puis d’effectuer le reste des traductions depuis cette langue qui est maîtrisée par de nombreux traducteurs dans tous les pays du monde. Seulement, un problème se pose, si la première traduction est réalisée à la hâte, par exemple via un traducteur automatique sans post-édition, alors le texte cible sera d’une piètre qualité et c’est ce texte qui servira de base à toutes les autres traductions. Le problème reste léger si le texte est plutôt rédactionnel et que le traducteur est en mesure d’en saisir tout le sens en dépit des bizarreries qu’il contient. Cependant, lorsqu’un traducteur se retrouve face à un texte très technique bancal, comment peut-il produire une traduction de qualité, comment peut-il rechercher la terminologie lorsqu’il n’est même pas sûr que le terme source est le terme réellement en usage. La solution ? S’armer de patience et naviguer sur le Web, tenter de trouver des textes similaires en langue cible (traduite ou originale) afin de repérer les termes utilisés et pourquoi pas demander le texte original, même lorsqu’on ne connaît pas la langue, pour se faire une idée de la voie à suivre à l’aide de la traduction automatique (pour les utilisateurs avertis).

 

Les références

N’allez pas croire que les traducteurs sont systématiquement des experts dans le domaine du texte qu’ils traduisent. Vous avez dit tricheurs ? Non, les traducteurs s’inspirent. Cette inspiration provient tantôt de traductions qui ont déjà fait leur preuve (TM), tantôt de glossaires rédigés par les réels experts ou encore de textes de référence, le tout fourni et validé par le client. La traduction est un réel plaisir lorsque ces trois éléments sont rassemblés, le traducteur peut alors piocher dans l’une ou l’autre des ressources, il peut recouper les informations afin de vérifier (encore et encore) que le terme qu’il a choisi est le bon, que la tournure correspond aux standards du domaine, que la typographie est celle qui est attendue, etc. Mais ce genre de scénario relève encore de l’utopie, les traducteurs doivent régulièrement s’attaquer à des textes techniques avec très peu d’appuis. Pas de panique, là encore le Web regorge d’informations qu’il faudra bien évidemment trier, mais le traducteur est un adepte du tri sélectif et certains sites font un travail exceptionnel. Vous n’avez pas de glossaire ? L’Union européenne et l’Office de la langue française au Québec en proposent (pour n’en citer que deux). Vous n’avez pas de texte de référence ? Consultez les corpus en ligne ou compilez-en un par vous-même. Vous n’avez pas de TM ? Vous n’avez pas de TM. Malheureusement, parfois le Web ne suffit pas à fournir toute l’aide dont le traducteur a besoin. Dans ces situations extrêmes, une seule solution se présente à lui : poser des questions.

Image 2

Image soumise à des droits d’auteur : http://mox.ingenierotraductor.com/

La communication

Oui, le traducteur ne travaille pas en autarcie, alors pourquoi se priver ? La communication est une ressource qu’il doit maîtriser. Par exemple, lorsqu’il travaille sur un projet partagé avec plusieurs collègues, la seule façon de garantir la cohérence du texte traduit est de discuter avec eux des différentes options de traduction, en face à face, via une plateforme de collaboration, par mail ou téléphone, tous les moyens sont bons pour éviter de faire fausse route sur un projet commun. De plus, la mise en commun des idées ne peut être que bénéfique à la qualité de la traduction, profiter d’un point de vue extérieur sur une phrase qui nous pose problème peut rapidement débloquer la situation. Bien entendu, parfois, ni les ressources à notre disposition, ni le Web, ni même nos très chers collègues ne peuvent nous venir en aide. À cet instant, il ne reste qu’une personne vers laquelle se tourner, une seule personne dont les réponses pourront nous éclairer : le client. Si le traducteur constate que les ressources qui lui ont été fournies sont incomplètes, il se doit d’en faire la demande au client. Idem s’il a un doute concernant un terme ou sur le ton à employer. Les communications avec le client peuvent parfois se montrer laborieuses, via un fichier Excel, via les gestionnaires de projet, mais lorsque les réponses arrivent, elles sont généralement sans appel et permettent au traducteur de lever bon nombre de doutes. Car si un traducteur pose tant de questions, c’est avant tout pour offrir la meilleure qualité possible à son client.

Image 3

Image soumise à des droits d’auteur : http://mox.ingenierotraductor.com/

 

Les strips sont l’œuvre d’Alejandro Moreno-Ramos, un traducteur/auteur/dessinateur qui raconte avec humour les péripéties de Mox, un jeune traducteur freelance. Ses aventures ont donné naissance à un blog et trois livres de bande-dessinée. Je tiens à remercier l’auteur pour son travail dans lequel j’ai pu trouver une parfaite illustration de mes propos.

La NMT vue par une agence de traduction

Par Jimmy Gabreau, étudiant M1 TSM

 

Translate

 

Ces dernières années, la traduction neuronale (NMT) a peu à peu pris le pas sur la traduction statistique (SMT) grâce à l’obtention de résultats largement considérés comme bien plus convaincants, ayant conduit à sa démocratisation. Il me parait donc intéressant de voir comment cela est pris en compte par les acteurs du secteur. Afin de rassembler quelques éléments de réponse, je vous propose un entretien avec Liesbet Steyaert et Madeleine Barois, de l’agence de traduction Telelingua à Paris, qui œuvrent toutes deux à l’implémentation de cette technologie au sein de l’entreprise.

 

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre parcours ?

LS : Moi c’est Liesbet, je travaille depuis plus de dix ans chez Telelingua en tant que chef de projet, j’ai fait deux ans en ingénierie linguistique, dans les années 2000, l’époque où la traduction automatique s’appuyait encore sur des règles grammaticales (rule-based machine translation). Depuis les choses ont pas mal évolué. Depuis quelques mois, je coordonne la mise en place d’une solution de traduction automatique dans l’entreprise. Pour cela, je suis surtout aidée par Madeleine. Pour l’instant, nous sommes encore en phase de test. L’idée est de ne pas fermer les yeux devant la traduction automatique mais d’examiner comment cette technologie peut nous aider. Cela peut par exemple être utile face à des clients qui ont des budgets très réduits et/ou qui ne cherchent pas une qualité optimale pour certains projets. La MT peut aussi utile pour gérer des traductions très urgentes et volumineuses. Nous voulons donc explorer si cette technologie peut accélérer le processus de traduction et/ou réduire les coûts.

MB : Je m’appelle Madeleine, je suis chez Telelingua depuis septembre 2017, je suis apprentie dans l’équipe process pour assister les gestionnaires de projets dans la préparation de fichiers, la traduction, la localisation en assistant à l’optimisation des outils destinés à l’automatisation des processus. J’ai effectué une formation en linguistique au Canada et je suis actuellement en alternance dans un Master orienté sur le développement de sites internet multilingues. Je suis, en quelque sorte, l’assistante de Liesbet pour tout ce qui relève de l’entrainement de moteurs de traduction et de la rédaction des guides d’utilisation des outils de traduction automatique. Nous mettons en place des tests, bien que nous ne proposions pas encore officiellement de service de traduction automatique, afin de voir comment cela se déroule au sein de vrais projets et ainsi déterminer si cela sera rentable.

 

Jusqu’à présent, quel usage aviez-vous de la traduction statistique ?

LS : Nous ne l’avons utilisée que pendant quelques mois, l’outil MT que nous utilisons ne fournira plus de support SMT à partir de septembre, cela nous donne donc davantage de raisons pour passer à la traduction neuronale, et c’est ce que nous sommes actuellement en train de faire.

 

Dans quels types de projets allez-vous utiliser la traduction neuronale ?

LS : Nous avons créé des moteurs de traduction par domaine ainsi que par client, cela concerne évidemment davantage la traduction technique et s’adresse aux clients les plus sensibles au niveau du prix mais qui nous envoient un volume important à traduire. Pour le moment, nous avons élaboré des moteurs destinés à la traduction de texte dans des domaines tels que l’industrie, les arts graphiques, l’énergie ainsi que le juridique. Cela peut paraître étonnant, mais cela marche plutôt bien vu que le langage est assez standardisé. Évidemment, nous utilisons la NMT pour aider le traducteur en pré-traduisant d’abord le texte à l’aide d’une mémoire de traduction, la NMT intervient uniquement sur les « no matches », les segments qui n’ont pas de remontées de nos mémoires de traduction. C’est une façon hybride de travailler, cela ne change pas les habitudes du traducteur, il aura simplement des suggestions de traduction issues de la NMT sur chaque « no match » à post-éditer. Cela n’empêche pas qu’une révision sera effectuée suite à la traduction afin d’obtenir le même niveau de qualité que celui que nous avons actuellement.

MB : Afin mesurer le gain de productivité des traducteurs apporté par la NMT, nous leur envoyons un formulaire d’évaluation de la NMT pour qu’ils nous rapportent les erreurs qu’ils ont trouvées dans les traductions proposées. C’est assez compliqué de juger et de formaliser, c’est pourquoi nous essayons de mettre en place un système qui le ferait de manière automatique, quantifiable, qui pourrait comparer un segment issu de la MT avec celui issu de la post-édition du traducteur et ainsi voir les changements effectués pour obtenir une traduction de qualité. Nous développons un outil de mesure de « distance de post-édition », qui nous permettra de connaître les efforts fournis par le traducteur, mais aussi de savoir quels moteurs auraient le plus besoin de post-édition et devraient donc être davantage entraînés.
Pour le moment, le feedback se base sur le ressenti du traducteur, nous aimerions avoir quelque chose de plus précis et standardisé, ce qui est, je pense, le défi auquel sont confrontées toutes les entreprises de traduction en ce moment. Il existe déjà des outils, des plug-ins Studio pour cela, mais ils ne sont pas tout à fait adaptés à nos besoins.

 

Voyez-vous des inconvénients à l’utilisation de la NMT ?

LS : La SMT découpe et traite les phrases par petits groupes de mots, c’est un système qui gère difficilement la grammaire d’une phrase entière. Ceci peut mener à des résultats peu convaincants, en fonction de la qualité des corpus utilisés pour entraîner les moteurs, la NMT parvient à remédier à ce problème grâce à l’utilisation d’une intelligence artificielle capable de donner des traductions plus naturelles. Mais une phrase pourrait être mal traduite et ne plus du tout correspondre à la phrase source, tout en étant parfaitement formée au niveau grammatical. C’est donc un problème potentiellement trompeur dont les traducteurs doivent être conscients. C’est une aide, mais ils ne doivent pas considérer leur travail comme étant une simple relecture des résultats du moteur. C’est sur ce point que nous ne sommes pas certains du gain de temps que cela peut nous apporter, d’où l’importance d’un bon entraînement des moteurs.

 

Les traducteurs sont-ils réticents à l’utilisation de la NMT ?

LS : Il faut souligner que, dans l’esprit des traducteurs, cela a pas mal évolué puisqu’on entend beaucoup parler de la traduction automatique, et de ses progrès, grâce à l’introduction de l’intelligence artificielle et donc la solution neuronale. Je pense qu’ils sont donc un peu plus ouverts qu’il y a quelques années. Les universités ou écoles de formation linguistiques forment aujourd’hui leurs étudiants à la gestion ou à l’utilisation de traduction automatique. Les traducteurs doivent surtout comprendre qu’on aura toujours besoin d’eux. Cela fait des décennies que l’on pense être tout proche de la solution pour les remplacer, mais nous en sommes probablement encore loin car la NMT n’est pas encore assez fiable pour obtenir la même qualité qu’une traduction humaine. Par contre, l’introduction de la traduction automatique dans le processus de traduction peut jouer sur la productivité des traducteurs et sur leur valeur ajoutée. Certains contenus ne se prêtent pas à la traduction automatique. Les nuances, figures de style restent l’apanage de l’intelligence humaine, donc des traducteurs. Il risque d’y avoir des agences qui appliqueraient des prix beaucoup plus bas, sans prêter attention aux résultats donnés par les moteurs de traduction automatique et qui paieraient les traducteurs bien en dessous des efforts fournis. C’est un fait, mais le monde de la traduction ne va pas migrer intégralement vers la traduction automatique. Certains types de contenus, oui, d’autres non.

MB : Le système de tarification est une question importante, il faut que les agences prennent en compte que différents projets, différents moteurs, différents types de texte source, engendrerons différents efforts de post-édition, nous estimons donc qu’il serait plus pertinent d’appliquer des tarifs en fonction du travail réellement effectué par le traducteur, c’est pourquoi nous créons cet outil de « mesure de similarité. ».

 

Je tiens à remercier Liesbet et Madeleine d’avoir pris le temps de répondre à ces questions et de m’avoir donné quelques clés pour mieux comprendre les changements en cours dans le secteur de la traduction et mieux les anticiper.

Il est facile d’être objectif en temps de paix, beaucoup, moins lorsque des contraintes apparaissent

Par Oriane Bourdin, étudiante M1 TSM

IMG_54258

 

En temps de guerre, comprendre son ennemi est primordial. Cela permet de le connaître, d’anticiper ses actions. Il est de la mission du traducteur de rendre compréhensible l’information. Plus qu’un intermédiaire, il est une clef de voûte d’un conflit. Il est un pont, un moyen de communication indispensable entre des nations.

L’histoire, récente ou non, nous a prouvé à quel point son exercice est périlleux. Que cela soit volontaire ou involontaire, la neutralité déontologique du traducteur a été ou est remise en question. Revenons ensemble sur quelques conflits l’illustrant.

 

« Le linguiste est victime de sa propre culture. »

L’Etat d’Israël est né en 1948, d’une décision de l’ONU suite aux événements de la seconde guerre mondiale. Dès ses premières années, il rentre en conflit avec ses voisins qui voient d’un mauvais œil l’attribution d’une terre à un nouvel état. Une guerre éclate, et la situation est telle que les combats se déroulent suivant le modèle dit « de guerilla », dont les sabotages sont une composante.

Ainsi, les israéliens utilisent différentes qualifications pour les saboteurs. S’ils sont juifs, et qu’ils sabotent des installations britanniques, ils sont appelés ‘habelim (ceux qui blessent). S’ils sont arabes et qu’ils sabotent des installations juives, ils sont appelés feddayin – dérivé du mot arabe fida’yi (prêt à se sacrifier). Ainsi, les deux terminologies évitent aux traducteurs de confondre les combattants, les distinguant parfaitement selon leur camp. A noter toutefois que depuis la création du Fata’h (1964), la terminologie hébraïque est la même lorsque l’on parle en hébreu d’un acte de sabotage juif ou arabe : Maassé ‘habala (מעשה חבלה).

 

« Le traducteur n’est pas une machine, il est un être humain avec des convictions. »

Plus de 40 ans après l’indépendance d’Israël, une guerre éclate dans les Balkans. La chute du Maréchal Tito, président de Yougoslavie, réveille des passions nationalistes.  Des revendications d’autonomie entraînent un conflit entre voisins de plus de 10 ans.

Dans ces Balkans déchirés, la Communauté européenne tente d’assurer son rôle diplomatique et de calmer les velléités destructrices. Elle met alors en place une mission d’observation (ECMM), qui a notamment eu pour rôle de recueillir des témoignages de serbes ou de croates ayant subi la guerre.

Les traducteurs volontaires de cette ECMM – Mission d’observation de la Communauté européenne – étaient pour une partie des croates. Certains de ces croates, certes missionnés par la communauté européenne et certes tenus par l’obligation déontologique d’objectivité, se sont mis à se comporter davantage en « ambassadeurs » d’une cause – la leur – qu’en intermédiaires techniques. Certains de ces linguistes se permettaient même de répondre à la place des témoins interrogés. Ces déviances comportementales ont d’ailleurs entraîné des sanctions disciplinaires, à l’époque, allant jusqu’à l’expulsion.

 

Bien plus tôt, et dans une autre mesure, dans les années 40, un gros pays de l’est fait parler de lui. Il se fait appeler Union des Républiques socialistes soviétiques.

Parmi les dirigeants de ce pays, un célèbre Staline – « l’homme d’acier». Probablement un peu soupe au lait – on lui attribue entre 4 et 10 millions de victimes – il fut suivi successivement par cinq interprètes. Sur ces cinq, quatre ont péri aux mains de la NKVD, la police politique soviétique. Le dernier dû son salut à l’influent M. Molotov (dont le nom inspira les fameux cocktails).

Les traducteurs étaient ici en première ligne, en proie aux dangers politiques et aux susceptibilités personnelles des dirigeants soviétiques. Interrogés par la police politique, ils n’étaient plus vus comme des « outils » de communication mais comme des relais de propagande ennemie.

 

En 2007, en Afghanistan, une journaliste italienne est enlevée. Il s’agit de Daniele Mastrogiacomo. Avec son interprète, Ajmal Naqshabandi, ils sont détenus pendant deux semaines par les talibans, après être tombé dans un de leurs pièges. Le gouvernement italien finit par céder aux exigences des ravisseurs et organise un échange. Daniele Mastrogiacomo est sauvée, elle peut rentrer chez elle. Son compagnon d’infortune, lui, n’a pas la même « valeur » : il est décapité un mois plus tard.

Enfin, il paraît assez évident que la difficulté que revêt le périlleux métier de traducteur, tant techniquement que physiquement, n’est pas assez récompensée. Tiraillé, entre autre, entre une déformation culturelle, du politiquement correct, et le danger lié aux zones de conflits, le respect de la pure traduction sereine et objective.

 

Relativisons tout de même : le traducteur est moins sollicité dans certains conflits modernes. La rapidité des moyens d’information et de communication, l’émergence des réseaux sociaux qui y sont liés ainsi que l’appauvrissement de la langue permettent parfois d’effacer certaines barrières linguistiques. On pourrait ici mentionner, si nous étions mauvaise langue, certains tweets et discours présidentiels dont la complexité du vocabulaire est similaire à celle d’un jeune écolier…

 

Sources :

KAUFMANN F. « La terminologie idéologique du terrorisme dans le conflit du Proche-Orient sous le regard de l’interprète et du traducteur ». Topique [En ligne]. 2003. n°83, p. 87‑109. Disponible sur : https://doi.org/10.3917/top.083.0087

« Traducteurs dans l’histoire, traducteurs en guerre – Atlantide ». [s.l.] : [s.n.], [s.d.]. Disponible sur : < http://atlantide.univ-nantes.fr/-Traducteurs-dans-l-histoire– > (consulté le 7 juin 2018)

« Pour les traducteurs, Trump est un casse-tête inédit et désolant | Slate.fr ». [s.l.] : [s.n.], [s.d.]. Disponible sur : < http://www.slate.fr/story/131087/traduire-trump-mourir-un-peu > (consulté le 7 juin 2018)

« Les interprètes dans les conflits : les limites de la neutralité ». In : aiic.net [En ligne]. [s.l.] : [s.n.], 2007. Disponible sur https://aiic.net/page/2693 (consulté le 7 juin 2018)

« Israël-Palestine: la guerre des mots ». In : Slate.fr [En ligne]. [s.l.] : [s.n.], 2011. Disponible sur :  http://www.slate.fr/story/46595/israel-palestine-guerre-mots-colonie-implantation (consulté le 7 juin 2018)

« Good, bad, sad… Le langage de Trump est pauvre, mais redoutablement efficace – L’Express ». [s.l.] : [s.n.], [s.d.]. Disponible sur : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/good-bad-sad-le-langage-de-trump-est-pauvre-mais-redoutablement-efficace_1870753.html (consulté le 7 juin 2018)

« Donald Trump, un vocabulaire pauvre et simple compris par le plus grand nombre ». [s.l.] : [s.n.], [s.d.]. Disponible sur : http://geopolis.francetvinfo.fr/donald-trump-un-vocabulaire-pauvre-et-simple-compris-par-le-plus-grand-nombre-124947 (consulté le 7 juin 2018)

https://www.academia.edu/6542292/War_Translation_Transnationalism._Interpreters_In_and_Of_the_War_Croatia_1991-1992_

http://www.paulbogdanor.com/left/soviet/rosefielde.pdf

 

J’ai rencontré Merche García Lledó, traductrice indépendante espagnole et auteure du blog Traducir&Co

Par Anaïs Bourbiaux, étudiante M1 TSM

 

Âgée de 28 ans, Merche García Lledó a créé son blog Traducir&Co [blog rédigé en espagnol] en 2012 et est devenue traductrice indépendante en 2015. J’ai eu l’honneur de pouvoir lui poser quelques questions sur son parcours et sur sa vision du métier :

Merche

 ¡Hola Merche! Peux-tu te présenter en quelques mots, s’il te plaît ?

¡Hola! Eh bien, je m’appelle Merche, je suis née à Madrid mais j’ai vécu à Salamanque jusqu’en 2013, année où je suis retournée à Madrid pour travailler. J’ai ouvert mon blog Traducir&Co en 2012, durant ma troisième année d’études et, depuis, je n’ai pas cessé d’écrire des articles sur le monde de la traduction…

Quel a été ton parcours ?

J’ai d’abord commencé des études de philologie anglaise, que je n’ai pas terminées, avant de me lancer dans des études de traduction et d’interprétation à l’Université de Salamanque. En 2013, lorsque j’ai obtenu mon diplôme, je suis repartie vivre à Madrid pour travailler dans une entreprise spécialisée dans la localisation. J’y suis restée deux ans. Ensuite, je suis devenue traductrice indépendante et… je le suis toujours !

Quel bilan fais–tu de tes études ? Penses-tu que l’Université t’a bien préparée au marché du travail ou trouves-tu, au contraire, qu’il existe un décalage important entre ce qui y est enseigné et la réalité ?

J’ai adoré mes études de traduction. J’étais très heureuse d’être admise dans ce cursus, étant donné que j’avais eu beaucoup de difficultés à réussir l’examen d’entrée, que j’ai passé trois fois au total. Après l’avoir finalement réussi, j’ai voulu profiter de chaque journée dans ce cursus. J’ai suivi beaucoup de matières très différentes (traduction littéraire, juridique, audio-visuelle…), ce qui m’a permis de me rendre compte de ce qui me plaisait ou non. De plus, la dernière année, nous avons suivi une matière appelée « Déontologie », dans laquelle nous avons appris à rédiger des factures, à fixer des tarifs, à préparer des CV etc. L’Université de Salamanque avait par ailleurs organisé une rencontre avec d’anciens étudiants pour qu’ils puissent nous raconter leur entrée sur le marché du travail et les difficultés rencontrées.

Néanmoins, j’ai trouvé que l’Université ne nous avait pas suffisamment préparés à la maîtrise de l’informatique. Si certains aspects enseignés dans cette matière étaient très utiles, je trouve que certaines matières auraient pu être remplacées par des aspects de la profession plus actuels et plus importants.

Comment l’envie de devenir traductrice indépendante t’est-elle venue ? Quels en sont les avantages selon toi ?

J’ai toujours eu envie de devenir traductrice indépendante. Je voulais être mon propre patron, pouvoir gérer mon emploi du temps… Après avoir travaillé dans une entreprise, je sentais que j’avais besoin de pouvoir décider quel type de projets accepter ou non, et de pouvoir gérer moi-même les projets que j’acceptais. Les principaux avantages de ce choix de vie professionnelle sont justement les raisons qui m’ont encouragée à devenir traductrice indépendante.

Tu écris sur ton blog que tu adores voyager ! D’après toi, le statut de traducteur indépendant est-il une bonne alternative pour les traducteurs qui n’aiment pas rester enfermés dans le bureau d’une entreprise et qui souhaitent s’éloigner un peu du contexte professionnel « classique » (horaires de bureau, collègues…) ?

Évidemment, celui qui souhaite devenir traducteur indépendant doit s’attendre à se sentir un peu seul. Toutefois, je me suis rapidement rendu compte à mes débuts que le mythe du traducteur en pyjama, seul chez lui, dépendait uniquement du traducteur lui-même : nous disposons d’une liberté absolue en ce qui concerne les déplacements, ce qui nous permet de travailler où nous voulons, que ce soit chez soi, dans des cafés, ou notamment dans des espaces de coworking, où il est facile de rencontrer des personnes dans la même situation. On se trouve ainsi des « collègues », on sort de chez soi… C’est l’option idéale ! Même si, parfois, disposer de trop de liberté (en ce qui concerne notamment les horaires de travail, le lieu, la façon dont on travaille) peut nous faire perdre un peu le fil, le point positif réside selon moi dans le fait que c’est le traducteur lui-même qui décide de la routine qu’il souhaite s’imposer et de la façon dont il gère ses projets.

Comment gères-tu l’incertitude que connaissent parfois les traducteurs indépendants ?

C’est compliqué… Le plus important est de ne pas perdre confiance en soi, mais je pense personnellement que la peur est toujours plus ou moins présente, que l’on débute ou non… En effet, on ne peut jamais anticiper les périodes durant lesquelles nous ne recevrons pas de travail ou, au contraire, celles durant lesquelles nous recevrons une pile de demandes !

Parle-nous maintenant de ton blog, Traducir&Co! Pourquoi as-tu décidé de te lancer dans l’écriture en 2012 ?

L’écriture a toujours été une façon pour moi de mettre un peu d’ordre dans mes idées et mes pensées, et, à l’époque, j’avais également envie d’aider les futurs étudiants en traduction de l’Université de Salamanque qui recherchaient des informations sur l’examen d’entrée à la faculté de traduction. Lorsque je l’ai passé, j’ai eu du mal à trouver des informations sur le sujet et je souhaitais donc apporter ma pierre à l’édifice en créant mon blog ! Et, en effet, de tous mes articles, celui sur l’épreuve d’admission est le plus lu et le plus commenté.

Et que penses-tu de l’utilisation des réseaux sociaux pour un traducteur indépendant ? Est-ce indispensable ?

Je trouve que le fait d’être visible sur les réseaux sociaux permet d’avoir davantage de contacts, ce qui, plus tard, peut permettre aux traducteurs de se trouver davantage de clients. Néanmoins, je pense que si un traducteur préfère se déplacer, rencontrer d’autres personnes et sait comment s’y prendre, les réseaux sociaux ne sont pas forcément nécessaires.

Reçois-tu beaucoup de messages d’autres traducteurs qui lisent ton blog ?

Je reçois surtout des messages d’étudiants qui me posent des questions concernant leur cursus universitaire ou de jeunes diplômés qui ne savent pas vraiment comment se lancer sur le marché. 😊

Et que penses-tu de la situation des traducteurs indépendants en Espagne ?

En Espagne, la cotisation que doivent payer les traducteurs indépendants est très élevée, mais ces 276 euros (minimum) que nous payons chaque mois comprennent l’accès à un système de sécurité sociale que d’autres pays n’ont pas. Ailleurs, la cotisation est peut-être moins élevée mais le traducteur doit en contrepartie souscrire à une assurance santé très chère.

Tu parles également beaucoup de l’image que les gens ont généralement des traducteurs…

Oui, selon moi, et comme c’est le cas pour de nombreuses autres professions, peu de personnes savent exactement en quoi consiste notre travail. Beaucoup s’imaginent que nous traduisons tous des livres et ne pensent pas forcément que les messages qui sont lus au quotidien (qu’il s’agisse de publicité, de sites internet, de modes d’emploi ou de séries télévisées) peuvent être le fruit de notre travail. Ce n’est pas une critique, je pense que c’est à nous, traducteurs, d’expliquer en quoi notre travail consiste.

Je reviens d’un mois passé à Porto et d’un autre passé à Athènes et, lorsque je rencontrais des locaux et que je leur expliquais que j’étais traductrice et que je restais plusieurs semaines sur place, ils me regardaient, incrédules, se demandant comment je faisais pour vivre de ce « passe-temps » tout en prenant des « vacances » de plusieurs semaines. Je devais donc leur expliquer que, que je sois chez moi à Madrid ou à l’étranger, mon travail était exactement le même et que cette activité était bel et bien mon seul métier. Dès lors, je me réjouissais de les entendre me dire « Quel beau métier vous faites ! ».

Voudrais-tu continuer à travailler plus tard en tant que traductrice indépendante ? Quels sont tes projets ?

Je souhaite surtout faire mon possible pour continuer à m’épanouir dans mon travail. Actuellement je suis traductrice indépendante, c’était mon rêve et mon principal objectif, alors… mission accomplie. Qui sait quel autre objectif m’attend dans le futur ? 😉

 

Je remercie encore une fois Merche pour sa gentillesse et sa disponibilité ! N’hésitez pas à la contacter (en espagnol ou en anglais) si vous souhaitez en savoir plus sur son blog et sa carrière, elle adore les questions ! 😊