J’ai testé pour vous… être traductrice bénévole pour TED

Par Estelle Peuvion, étudiante M1 TSM

TED_stage_logo_from_Flickr_(cropped)

 

Il y a quelques mois, je me baladais sur le blog du Master TSM à la recherche d’inspiration pour mon billet. C’est alors qu’un article a attiré mon attention : « Comment gagner en expérience lorsque l’on est étudiant(e) en traduction ? », rédigé en 2017 par Élise Guilbert. En lisant cet article, j’ai découvert que les conférences TED faisaient appel à des bénévoles pour la transcription, la traduction et la relecture des vidéos de leurs conférences. Je me suis alors dit : pourquoi pas essayer ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons rapidement ce que sont les conférences TED (Technology, Entertainment and Design). Elles ont été créées en 1984 aux États-Unis par Richard Saul Wurman et Harry Marques et appartiennent à la Fondation Sapling, organisme à but non lucratif.

Le principe ? Un orateur ou une oratrice prend la parole sur un sujet, devant un public, pendant une quinzaine de minutes. Les conférences peuvent concerner n’importe quel domaine : la biologie, la politique, l’économie, les réseaux sociaux, la psychologie…

Le slogan du programme ? « Diffuser des idées qui en valent la peine. »

 

La traduction chez TED

Maintenant, parlons de ce qui nous intéresse le plus : la traduction.

TED fait appel à des bénévoles pour la transcription, la traduction et la relecture de son contenu. Il n’est pas nécessaire d’être traducteur professionnel pour effectuer ces tâches. 116 langues sont traitées, même si la demande (ou la disponibilité de traducteurs ?) est évidemment plus importante pour certaines que pour d’autres : par exemple, seulement trois conférences ont été sous-titrées en lao, contre 3016 en français. 34 061 traducteurs sont recensés et un blog leur est dédié, où vous pourrez retrouver des interviews, des portraits, les comptes-rendus des rencontres entre traducteurs…

Les traducteurs se réunissent également en communauté, notamment à travers un groupe Facebook, où il est possible de demander à nos « collègues » de transcrire une vidéo que l’on aimerait traduire, ou de réviser une de nos traductions, ou même tout simplement de partager ou de demander des conseils.

 

En ce qui concerne les prérequis des traducteurs, ils sont simples à retenir.

Le traducteur doit évidemment maîtriser la langue source et la langue cible du document. Le transcripteur quant à lui ne doit maîtriser que la langue source. Si vous ne vous sentez pas assez à l’aise dans une autre langue que votre langue maternelle, vous pouvez toujours vous rendre utile en transcrivant les vidéos ! C’est une tâche qui peut paraître dérisoire, mais elle est essentielle à tout le processus de traduction : sans transcription, pas de traduction.

Les traducteurs et les transcripteurs doivent connaître les règles de base du sous-titrage. Si vous avez suivi l’option de traduction audiovisuelle du Master TSM, vous savez de quoi je parle ! Sinon, pas d’inquiétude : il existe toute une série de tutoriels dédiés à ce sujet, et la plateforme de traduction, que nous découvrirons un peu plus tard, nous facilite grandement la tâche.

Maintenant, j’imagine que vous vous demandez comment procéder pour devenir traducteur pour TED. Ça tombe bien, c’est ce dont j’allais parler.

Comment devenir traducteur pour TED ?

Le processus de candidature est très simple. Avant toute chose, il vous faut vous créer un compte TED. Ensuite, rendez-vous sur Amara, qui est la plateforme de traduction en ligne que nous allons utiliser. Cette vidéo vous sera utile pour comprendre plus en détail le processus de candidature.

Vous devrez préciser les langues que vous maîtrisez, et répondre à quelques questions sur votre niveau dans ces langues, et évidemment, expliquer pourquoi vous souhaitez être TED Translator.

Après avoir envoyé votre candidature, il ne vous reste qu’à attendre : cinq jours en moyenne d’après le site officiel TED, une dizaine d’heures seulement dans mon cas.

Une fois que vous êtes officiellement TED Translator, les choses sérieuses peuvent commencer.

Le processus de traduction

Première chose à savoir : tout se déroule sur la plateforme Amara.

Pour obtenir une tâche de traduction, rendez-vous sur la page All available tasks, et vous pourrez afficher toutes les tâches disponibles en fonction de la langue que vous recherchez. Lorsque vous avez trouvé un sujet qui vous plait, cliquez sur Perform task, puis sur Start now, et vous serez redirigé vers l’outil de traduction.

Screen 1

Si vous connaissez déjà certains outils de TAO, vous ne serez pas dépaysés : la partie gauche de l’écran contient le texte source, et la partie centrale votre traduction. Sur la droite, vous aurez des indications sur le nombre de caractères par segment et par seconde. Comme vous pouvez le constater, le texte source est divisé en différents segments. Avant de procéder à la fusion ou au découpage de ces segments et de synchroniser les sous-titres avec la vidéo, il vous faut traduire l’intégralité du document.

Screen 2Screen 3

 

En traduisant, vous remarquerez que parfois, un point d’exclamation rouge ainsi qu’un message, rouge également, s’affichent dans le segment et sur la droite : ce sont des messages indiquant que la ligne est trop longue ou que le nombre de caractères par minute est trop élevé. (Une ligne ne doit pas dépasser 42 caractères, et le nombre de caractères par seconde ne doit pas dépasser 21)

Je vous conseille de finir de traduire la transcription avant de vous préoccuper de ces messages. Vous serez plus à même de trouver de bonnes solutions de réduction du texte en ayant l’intégralité de la vidéo en tête.

Pour supprimer un segment, ou en rajouter un, utilisez la petite clé à molette située entre le segment source et le segment cible.

Attention, n’oubliez pas de traduire le titre et la description de la vidéo, tout en haut de la page !

Après l’étape de traduction, c’est au tour de la synchronisation des sous-titres.

Screen 4Screen 5

 

Il vous faut utiliser la barre chronologique qui se trouve entre les segments et la vidéo. Chaque rectangle gris représente un segment. Pour réduire ou augmenter la durée d’apparition d’un segment à l’écran, rien de plus simple : il vous suffit de tirer les barres verte et grise, situées à chaque extrémité du segment. Vous pouvez également déplacer les segments sur la barre elle-même, à l’aide de votre souris. La fine barre verticale rouge indique votre position dans la chronologie de la vidéo.

Une fois que tout ceci est terminé… eh bien, vous pouvez rendre la traduction ! Vous avez un délai de quatre semaines pour chaque vidéo.

Lorsque vous rendrez votre traduction, elle sera relue par un réviseur TED. Pour être réviseur, il faut avoir traduit au moins 90 minutes de contenu. Malheureusement, je n’ai pas encore traduit assez de contenu pour être réviseuse, je ne pourrai donc pas vous parler de cette étape.

Après la révision, votre traduction passera entre les mains d’un coordinateur linguistique (language coordinator) pour la phase d’approbation.

Et enfin, elle sera publiée, et vous serez crédités !

Si vous avez encore des doutes ou qu’un point ne vous semble pas clair, cette page pourra vous aider.

 

Conclusion

Je vais conclure en donnant mon point de vue sur cette expérience.

Tout d’abord, je trouve que la plateforme Amara est vraiment très facile à comprendre et à utiliser. L’interface est claire et précise, et un tutoriel apparaît à chaque ouverture. De plus, les tâches sont simples : traduire et synchroniser. L’étape de synchronisation me faisait un peu peur, mais je n’ai pas eu de mal à la réaliser.

Le plus dur est de respecter la limite de caractères. En tant que future traductrice spécialisée, une de mes plus grandes préoccupations est de conserver le sens du texte, au détail près. Mais dans la traduction audiovisuelle, il faut parfois sacrifier quelques détails pour respecter cette limite de caractères !

Par ailleurs, le fait de m’entraîner à la traduction audiovisuelle (que j’avais déjà étudiée en option du second semestre) me permet d’avoir une vision différente de la traduction, et pourra peut-être même m’aider dans de futurs projets.

Les vidéos traitant de sujets différents et spécialisés, cela permet également d’enrichir son vocabulaire, voire de découvrir de nouveaux intérêts, qui pourraient même devenir des domaines de spécialité.

Je n’ai donc qu’une seule chose à vous dire : si vous voulez vous entraîner à la traduction, tout en apprenant des choses et en découvrant de nouvelles techniques, n’hésitez pas ! Mais attention, n’oubliez pas que c’est un travail bénévole

J’espère que cet article vous a plu et que mes explications étaient claires, à bientôt !

 

Sources :

Guilbert, E. « Comment gagner en expérience lorsque l’on est étudiant(e) en traduction ? ». Juin 2017. Disponible sur : https://mastertsmlille.wordpress.com/2017/06/18/comment-gagner-en-experience-lorsque-lon-est-etudiante-en-traduction/comment-page-1/

Site officiel TED. Disponible sur : https://www.ted.com/

Les captures d’écran proviennent de la plateforme Amara. Disponible sur : https://amara.org/fr/

Publicités

Rendez-vous en terre inconnue : une semaine en immersion en agence de traduction néerlandaise

Par Baptiste Dargelly, étudiant M1 TSM

BDargelly

Euro-com International B.V. est une agence de traduction néerlandaise, basée à Renkum, une commune de la province de Gueldre. Même si la société emploie une quarantaine de personnes sur trois bureaux différents (dont un au Caire), le bureau de Renkum est limité, tant par sa surface que par le nombre d’employés qui y travaillent au quotidien. C’est en son sein, en tant que traducteur et pour une durée de quatre mois, que j’effectue mon stage de première année de master TSM. Voici donc tout ce que vous avez toujours rêvé de découvrir sur le quotidien d’une agence de traduction !

Lundi : out of the way, it’s a busy day

Ici, le lundi, c’est jour de réunion. Tout le monde est présent au bureau, soit une dizaine de personnes, pour la plupart chefs de projet (Grace, Bart-Jan, Santiago, Anna…) mais aussi responsables administratifs (Lotte et Hanz), marketing (Yvonne), le directeur général (Eelco), son adjoint (Remco) et le stagiaire. La journée commence calmement, chacun arrive et s’installe à son poste de travail, les doux ronronnements de la machine à café se font entendre dans les couloirs. L’échelle réduite des locaux permet une très bonne entente entre collègues, qui travaillent souvent à quatre par pièce, et qui par conséquent échangent beaucoup durant la journée.

À dix heures, la réunion commence, animée par Misha, sales manager et happiness provider (en français : il s’occupe des contrats et fait beaucoup de blagues). Un large tableau blanc est accroché dans l’espace central, sur lequel chacun peut inscrire des remarques, questions, félicitations, pensées et autres nouvelles. Aujourd’hui, Misha nous présente deux nouveaux clients potentiels, ainsi que la possibilité d’une future collaboration avec une agence de traduction française. Les actualités de l’agence du Caire sont aussi exposées. Ces réunions durent rarement plus d’une demi-heure, et chacun retourne ensuite à son poste.

Aujourd’hui, je travaille sur la révision d’un projet de traduction pour un éditeur de jeux vidéo bien connu. Environ 10 000 mots ont été traduits par Bridget, traductrice, puis révisés par Stéphanie. Grace, la chef de projet, m’a confié la relecture de la révision : c’est inhabituel, mais c’est essentiellement parce que la suite du projet devrait arriver sous peu, et je pourrais me voir confier sa traduction. Un travail de préparation en quelque sorte. Il s’agit d’un projet SDL Studio, outil pour lequel nous avons été formés par notre professeure Nathalie Moulard en TSM, et avec lequel je suis par conséquent particulièrement à l’aise. La journée se termine à 17 h, mais la plupart des chefs de projet vont rester plus tard que ça.

Mardi : a song of ice and fire

La plupart d’entre nous, au bureau, suivent la célèbre série Game of Thrones, et nous avons décidé d’organiser un tournoi. Chacun pronostique qui, parmi les personnages principaux, va vivre ou mourir à la fin de la saison. Le gagnant se verra offrir un repas dans un restaurant proche de l’agence, j’utilise tous mes talents d’analyste pour remplir mon bulletin (la série est terminée à l’heure où je boucle ces lignes, j’ai gagné). C’est aussi ça, l’un des avantages de travailler dans une agence plutôt que depuis chez soi : les interactions sociales sont omniprésentes, ce qui n’est pas nécessairement le cas quand on travaille de chez soi. Bien sûr, cela va au-delà des discussions sur les séries : je bénéficie depuis le début du stage de l’aide précieuse de Grace notamment, qui ne rechigne jamais à répondre à mes questions (nombreuses au départ, de plus en plus rares maintenant) et à essayer de résoudre les problèmes que je rencontre. C’est l’un des autres avantages de travailler en agence, les personnes expérimentées qui m’entourent m’aident, et c’est réciproque : on m’appelle systématiquement quand il y a une incertitude ou un problème en rapport avec le français, et je suis ravi d’aider.

D’ailleurs, en parlant de « problème », le client du projet mentionné précédemment veut une nouvelle révision, en appliquant de nouvelles directives. Mais celles-ci sont floues, et le fichier à modifier que nous récupérons n’est plus compatible avec SDL. Pendant que Remco essaye d’en savoir plus, j’attaque la nouvelle révision, qui se révèle être assez fastidieuse, particulièrement de par le nouveau format du document, qui doit être modifié à l’aide de… Notepad. Je parviens à la moitié du document à midi, et juste avant de prendre une courte pause déjeuner (les Néerlandais n’accordent presque aucune importance à celle-ci : on travaille, on mange quand on a le temps, on débarrasse son assiette et on se remet au boulot), je reçois un e-mail de Remco. Il y a un problème avec le format du document, il faut recommencer la révision depuis le début. Calme et sérénité… La révision sera finalement bouclée juste avant la fin de la journée.

Mercredi-jeudi : I’m a legal alien

Être traducteur (stagiaire, en plus) chez Euro-Com dans les bureaux de Renkum, c’est un peu être un Englishman in New York (mais qui parlerait moins bien anglais, dans mon cas). Habituellement, aucun traducteur n’est présent dans les locaux, tous travaillent à distance. Cependant, aujourd’hui Brenda nous rend visite : elle est traductrice depuis plus de 20 ans, et travaille pour Euro-Com depuis près de 10 ans. Native des Pays-Bas, elle traduit de l’anglais vers le néerlandais. C’est l’occasion pour moi de récolter un maximum de conseils quant à mon futur métier, et Brenda semble ravie de pouvoir en discuter. Nous parlons notamment des tâches de révision de traduction automatique que nous devons souvent effectuer. Elle me confie que ce sont des projets de plus en plus courants, surtout avec les avancées récentes en matière de traduction automatique. Elle a dû, durant sa carrière, s’adapter aux changements technologiques : elle sourit en repensant à l’époque où elle traduisait avec l’aide d’un dictionnaire, sans aucun outil informatique. Elle s’est formée par elle-même à l’utilisation des CAT Tools (les outils de TAO, pour Traduction assistée par ordinateur). Aujourd’hui, elle aurait bien du mal à s’en passer.

En fin de matinée, je reçois un e-mail de la part de Wael, l’un des chefs de projet des bureaux du Caire. La nouvelle salve de fichiers à traduire pour l’éditeur de jeux vidéo est arrivée, et on m’en attribue la traduction. C’est une petite victoire, car il a été quelque peu difficile, au début, d’obtenir des projets. Il semble qu’après environ 1 mois de stage, je commence à bien être intégré dans la boîte : j’ai du travail au quotidien, alors qu’il y a eu quelques journées entières durant lesquelles j’étais désœuvré au début. La confiance s’installe !

Mais, en tant que traducteur, et français qui plus est, il faut bien râler un peu. Le projet est composé de plus de 30 000 nouveaux mots, et la deadline est prévue pour mercredi prochain. Même avec du café en perfusion, ça me paraît compliqué… Mais je ne veux pas que le projet m’échappe, je parlemente donc via e-mail avec Wael. Voilà autre chose que Grace m’a appris à faire : il faut négocier, ne pas hésiter à soulever les problèmes, avec l’art et la manière. Il revient vers moi peu de temps après avec une bonne nouvelle, la tâche a été partagée entre moi et Stéphanie, une autre traductrice anglais-français. Je m’attelle donc à la tâche avec enthousiasme, j’aurai du travail au moins pour les 5 prochains jours. La terminologie m’est maintenant familière, la traduction sera bouclée à temps. Le reste de la journée et le lendemain sont consacrés à cette tâche.

Un court projet pour une société leader du marché de l’audiovisuel m’est attribué dans la journée du jeudi, sur un outil que je ne connaissais pas encore : il s’agit de XTM, un logiciel de TAO. Le projet était si succinct que j’ai passé plus de temps à assimiler le fonctionnement du logiciel qu’à traduire.

Vendredi : Friday I’m in love

Un parfum de weekend flotte dans l’air. Le regain de motivation amène la plupart d’entre nous à travailler debout. En effet, ici chaque bureau est adaptable, c’est-à-dire que l’on peut y travailler debout ou assis, et Remco m’avait vanté les mérites du travail debout dès mes premiers jours à Euro-Com (j’étais cependant déjà au courant de ses bienfaits, puisque nous avons assisté plus tôt dans l’année à une conférence sur l’ergonomie, résumée ici par Jimmy Gabreau). Alors que je reprends la traduction du projet en cours, Marcia me demande un coup de main en urgence pour une révision d’un projet allemand-français. Mon allemand est aussi bien développé que mon néerlandais (je sais presque dire bonjour), mais Marcia m’explique qu’il s’agit essentiellement d’harmoniser la traduction française et de la modifier selon la base terminologique associée. Un jeu d’enfant, n’est-ce pas ? La progression est assez fastidieuse, mais les erreurs sont peu fréquentes. Certains mots posent problème en allemand, je sollicite alors mon équipe d’experts linguistiques germanistes, mes camarades de classe Julian et Jordan (vous pouvez retrouver le billet de Jordan portant sur le marché de la traduction en Allemagne ici), qui résolvent mes problèmes en un tour de main.

Il s’agit d’un client récent et très exigeant, on vérifie donc plusieurs fois que tout est en ordre. Des e-mails me parviennent une demi-heure plus tard, il faut apporter de nouveaux changements. Au moins 5 personnes travaillent en même temps sur ce même projet. Il sera finalement bouclé et envoyé en fin d’après-midi, après être repassé plusieurs fois entre mes mains. Malgré le nombre de participants, Marcia a réussi à maintenir le cap, à assurer la liaison entre le client et les traducteurs et à répartir les tâches tout au long de la journée sans jamais perdre le fil… Et tout ça en gardant le sourire. Le travail de chef de projet me semble parfois terriblement compliqué. La semaine s’achève avec un sentiment de travail accompli.

C’est la fin de cette semaine en immersion dans une agence de traduction néerlandaise, mais pas la fin de mon stage, qui a été jusqu’ici très riche d’enseignements. Je remercie chaleureusement toute l’équipe d’Euro-Com pour leur pédagogie et leur confiance, et je vous remercie de m’avoir lu ! Prettige dag verder !

Y a-t-il un avenir dans la traduction des langues rares ?

Par Maximilien Dusautois, étudiant M1 TSM

illustration billet de blog Maximilien dusautois

 

 « Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, vous parlez à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, vous parlez à son cœur ».
Nelson Mandela.

 

En tant qu’étudiant en Master 1 avec un couple de langues qui contient une langue rare (le suédois compte environ 10 millions de locuteurs à travers le monde entier), il me semblait intéressant de me pencher sur la question. En effet, de nombreux étudiants peuvent se demander quel est l’intérêt de maîtriser une langue qui ne servira que dans un ou deux pays et avec peu de locuteurs, à l’inverse d’autres langues utilisables avec un grand nombre de locuteurs (chinois, japonais) ou dans de nombreux pays (allemand, espagnol, portugais…). Pour ce billet de blog, j’ai donc décidé de me pencher sur la question, notamment en interrogeant trois traductrices professionnelles.

Tout d’abord, il convient de définir une langue rare. Ici, je l’entends comme une langue qui compte moins de 10 millions de locuteurs dans le monde. Et elles sont légion ! Des langues officielles de pays peu peuplés (j’ai parlé du suédois, mais en Europe on peut aussi parler du serbe, de l’estonien ou encore de l’islandais), des langues minoritaires ou autochtones (en Europe, on pense notamment aux différentes variantes du sami, le yiddish ou encore le breton — eh oui ! — tandis qu’à l’échelle mondiale, on peut penser aux langues autochtones en Amérique du Nord tel que le nahuatl au Mexique ou encore l’algonquin au Canada). Enfin, dans le monde de la traduction, on peut considérer une langue comme rare lorsqu’elle possède très peu de professionnels de la traduction malgré un nombre important de locuteurs. Je pense notamment au pachto, langue officielle de l’Afghanistan qui compte 45 millions de locuteurs, mais qui pour autant se fait « rare » lorsqu’il faut trouver des traducteurs assermentés dans cette langue…

Maintenant que tout cela est un peu plus clair, on peut attaquer le vif du sujet. Alors, ça vaut le coup ou pas ?

La première question que doit se poser un entrepreneur avant de se lancer dans n’importe quel secteur est la question du marché : existe-t-il un marché et si oui, ce marché est-il viable à long terme ?

La réponse semble bien être oui, et on peut avancer plusieurs raisons.

Tout d’abord, on peut parler de la vague de fond qui concerne l’institutionnalisation des langues rares. Certaines langues auparavant ignorées trouvent leur place dans les institutions et dans l’administration, ce qui leur donne un nouveau souffle et donne du travail aux traducteurs. En Suède ou au Canada par exemple, les gouvernements s’efforcent de fournir un accès au service public dans les langues nationales et minoritaires, comme les langues autochtones par exemple. Il s’agit donc d’une véritable opportunité pour le marché de la traduction, et les entreprises ne manquent pas de s’emparer de ces marchés.

Au niveau européen, même si la majorité des textes sont produits en anglais, il existe bel et bien 24 langues officielles, et chaque citoyen a également le droit d’obtenir des informations sur l’institution et son fonctionnement dans sa langue. Ainsi, le gaélique irlandais est devenu une langue officielle de l’UE, malgré son nombre peu élevé de locuteurs (environ 600 000 locuteurs au quotidien). La quantité de documents à traduire est telle que pour l’instant, il leur est impossible de tout traduire. L’irlandais bénéficie donc d’une dérogation au sein de l’Union européenne pour limiter les traductions, mais celle-ci devrait disparaître en 2022. Amis traducteurs, à vos méthodes de gaélique irlandais !

Et puis il ne faut pas oublier qu’avec le Brexit, l’anglais n’a plus la cote… Depuis 2016, plusieurs discours marquants au sein de l’Union européenne ont été prononcés dans des langues autres que l’anglais, notamment le discours sur l’état de l’Union, prononcé jusqu’en 2016 en anglais avant de passer au français ces deux dernières années (ça se passe ici). Malte et l’Irlande, deux pays où l’anglais est officiellement parlé conjointement aux langues nationales, ont adopté leurs propres langues comme langues officielles au sein des institutions européennes. Alors même si l’anglais restera utilisé comme langue véhiculaire, pour faciliter la compréhension et le travail de l’Union, on peut tout de même s’attendre à une diminution de son utilisation.

Hors des institutions et du domaine de la traduction technique/spécialisée, le marché existe également. Dans le domaine de l’édition par exemple, ces dernières années ont vu paraître un grand nombre de romans scandinaves. Les Français étant peu férus de langues étrangères, il a bien fallu les traduire ! Et comme cela fonctionne par période, par vagues, il n’est pas idiot de penser que certaines langues comme celles des pays de l’Est ou même certaines langues régionales ou minoritaires auront le vent en poupe dans quelques années.

Mais qu’en disent les professionnelles du secteur ?

J’ai interrogé trois traductrices : deux sont indépendantes (Lotte Nør Larsen et Spasa Ratkovic), et la troisième travaille à la Direction générale de la traduction (Caroline Soteras-Scuflaire). Si cette dernière doute d’avoir un carnet de commandes suffisamment rempli pour en vivre si elle devenait traductrice indépendante, ce n’est pas le cas des deux traductrices indépendantes. Spasa Ratkovic, traductrice du suédois, de l’anglais et du français vers le serbe, interprète et professeure des universités, est un peu moins active dans la traduction, mais estime de concert avec ses collègues qu’il existe de la demande, tout en soulignant l’importance de pouvoir traduire depuis une langue plus répandue. Lotte Nør Larsen, traductrice du français vers le danois et également professeure, souligne que l’obligation pour l’administration de traduire tout acte juridique étranger et pour les entreprises de traduire tout document relatif à un produit ou un service, ainsi que le peu d’appétence des Français pour les langues étrangères crée un marché viable. Et tant que l’Union européenne gardera le principe du multilinguisme gravé dans le marbre, elle produira de la demande dans de nombreuses combinaisons de langues, pour le plus grand plaisir des traducteurs.

Il existe cependant un petit bémol avec les langues rares : en tant qu’indépendants, la demande fluctue. Elle n’est pas permanente et à ce titre, il peut être risqué de se lancer sur le marché en ne parlant qu’une langue rare. Dans la littérature par exemple, certaines maisons d’édition n’ont pas publié de roman d’origine grecque depuis 2006, et ne publient que rarement des romans dont la langue source n’est pas l’anglais ou l’espagnol ! Ce phénomène de langues « à la mode » se ressent d’autant plus dans l’édition, mais peut concerner tous les domaines. Certains pays, comme les pays scandinaves, exportent de nombreux biens et services, mais communiquent directement en anglais, ce qui produit mathématiquement un manque à gagner. À vos risques et périls, donc.

Pour contrer cela, les traductrices que j’ai interrogées ont trouvé des parades. Travailler à la DGT permet par exemple à Caroline Soteras-Scuflaire de traduire à partir de l’anglais, certes, mais également du danois, du suédois, du néerlandais, de l’espagnol, du bulgare et du slovène tout en ne redoutant pas le chômage technique. Quant à Spasa Ratkovic et Lotte Nør Larsen, elles ont toutes les deux fait le choix, très tôt, de ne pas se consacrer qu’à la traduction et ont une activité professionnelle annexe qui leur permet de s’assurer des revenus stables (et d’après Lotte Nør Larsen, de sortir de chez soi également, ce qui est aussi appréciable pour un traducteur). Une piste à explorer pour ceux que la traduction à 100 % effraie ? Caroline Soteras-Scuflaire souligne d’ailleurs l’importance pour les traducteurs en formation de se montrer polyvalent et de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Elle conseille aux futurs traducteurs d’être « capable[s] de jongler, de s’adapter, de comprendre l’évolution du monde pour trouver sa place et en changer au besoin ».

 

Maintenant que nous avons parlé du marché, il est temps de parler des prix. Eh oui, traduire des langues rares peut se révéler plus intéressant que de traduire des langues plus courantes !

« Tout ce qui est rare est cher » est un adage qui se vérifie bien sur le marché de la traduction. Le prix des langues peut aller du quitte au double en fonction de la rareté. Les langues scandinaves, par exemple, sont réputées plus chères que les autres langues européennes comme l’allemand ou l’espagnol. Dans les locaux de l’entreprise où j’effectue mon stage, une private joke sur les langues scandinaves revient souvent lorsqu’il en est question : un traducteur a un jour demandé 65 € pour traduire 100 mots en islandais, traumatisant par là même les gestionnaires de projet dans leur ensemble. À 65 centimes le mot, on peut les comprendre… mais c’est pourtant ce qu’il se passe sur un marché lorsqu’on se trouve en situation de quasi-monopole. On peut se permettre de fixer des prix supérieurs à la moyenne du marché ! Tout dépend après également du niveau de spécialisation du traducteur. Plus le domaine est spécialisé, plus les tarifs pratiqués seront élevés. Pour ce qui est de la traduction littéraire, réputée comme moins rémunératrice, il faut miser sur le bon cheval et espérer que le livre se vende bien pour toucher davantage de droits d’auteurs. Tout en sachant que les principes cités ci-dessus s’appliquent : si la langue est rare, si la difficulté du texte est élevée, la traduction est plus chère.

C’est d’ailleurs l’avis de Spasa Ratkovic, pour qui il ne faut pas brader ses prix afin de ne pas pénaliser l’ensemble de la profession. Une baisse des prix qu’a remarqué Lotte Nør Larsen depuis les années 90, mais qui pour l’instant, ne semble pas trop pénalisante pour les traducteurs de langues rares.

En conclusion, que vous parliez une langue rare par votre naissance, que vous ayez choisi d’en apprendre une lors de vos études ou que vous en maîtrisiez une par quelque hasard de la vie, n’hésitez pas. Le monde a besoin de traducteurs comme vous, et le marché est assez grand pour que tous y trouvent leur place, à condition d’y mettre du sien. Si vous êtes concerné et tenté par l’aventure, n’hésitez pas à lire le billet de William Brouilly pour vous renseigner sur la nécessité ou non d’un diplôme pour devenir traducteur.

 

Un grand merci à Spasa Ratkovic, Lotte Nør Larsen et Caroline Soteras-Scuflaire d’avoir pris le temps de répondre à mes questions pour l’écriture de ce billet.

 

Bibliographie :

  1. C. Simon, « Assises du roman. Dans le miroir de la traduction », Le Monde des Livres, 14 mai-2014.
  2. J. Ferney, « Des traducteurs à bout de souffle. Les langues rares, un filon ? », La Croix, 04 juin-2015.
  3. C. Harper-Séguy, « Nouveau marché au Nord », Winnipeg Free Press, 01 déc-2012.
  4. E. Le Poole, « Zoom sur les sociétés de traduction juridique et financière », Les échos Capital Finance, 28 mai-2018.

J’ai testé pour vous eTranslation !

Par Céline Gherbi, étudiante M2 TSM

 

Si j’ai choisi d’intégrer le master TSM pour me former aux métiers de la traduction, c’est en grande partie parce qu’il me permet non seulement de me perfectionner dans mes langues de travail que sont le français, l’anglais et l’espagnol, mais également parce qu’il est au fait des nouveaux outils qui affluent sur le marché et offre donc une formation en phase avec son temps. Et bien entendu, aujourd’hui, la révolution ne se situe plus dans la traduction assistée par ordinateur, mais bien dans la traduction automatique et plus précisément, la traduction automatique de type neuronale. Nous avons donc testé pour vous l’outil de la Commission européenne : eTranslation !

 

etranslation1

Qu’est-ce que c’est ?

eTranslation est la plateforme de traduction automatique neuronale de la commission européenne créée à partir de la mémoire de traduction Euramis qui contient le travail des traducteurs des institutions européennes, c’est-à-dire une base de données d’environ 1 milliard de phrases dans les 24 langues de l’Union. Comprenez donc que si vous devez traduire un catalogue de décorations de Noël en japonais, cet outil ne pourra rien pour vous, en revanche, si vous êtes traducteur juridique et que vous traduisez vers une langue européenne, c’est sans doute l’outil à vous procurer absolument. Pour cela vous devrez vous créer un compte sur le site EU Login et faire une demande officielle par courrier électronique auprès de la commission dans lequel vous devrez indiquer pour quel organisme vous travaillez, votre poste ainsi que votre signature électronique complète. En effet, seuls les fonctionnaires travaillant pour l’Union européenne ou dans un organisme national ont accès à cet outil en ligne. En revanche, si vous êtes simple citoyen, cela risque d’être plus compliqué. Toutefois, cette démarche d’enregistrement permet une plus grande sécurité pour vos fichiers dont la confidentialité est assurée puisqu’ils ne viennent pas nourrir la mémoire de traduction.

Comment ça marche ?

Son interface, accessible dans toutes les langues de l’UE, est simple, ergonomique et sobre. Elle est donc facile d’utilisation : il vous suffit de cocher les options qui vous sont proposées. Avant toute chose, vous pouvez paramétrer vos préférences par défaut, choisir par exemple la langue de l’interface ainsi que la page d’accueil ou encore vos langues de travail habituelles.

etranslation2

Pour commencer, le logiciel vous propose de traduire soit des documents, soit un texte que vous devrez taper ou copier/coller.

etranslation3

Voyons d’abord comment l’outil se comporte avec des documents.

etranslation4

Vous pouvez lui faire traduire jusqu’à 10 documents en même temps, simplement en les sélectionnant puis en les glissant sur la page. Un des gros points forts du logiciel est qu’il prend en charge de nombreux formats : Word, Excel, PowerPoint, PDF, OpenOffice, html, mais également des formats liés aux outils de traduction tels que des .xliff, .sdlxliff, .tmx et bien d’autres encore. La taille des fichiers quant à elle ne doit pas dépasser les 10 Mo.

Vous devez ensuite choisir votre langue source, qui doit être la même pour tous les documents, puis la ou les langues cibles.

Par ailleurs, il vous faut spécifier le domaine, ou plus précisément, le corpus avec lequel la machine travaillera. C’est de cela que dépendra la qualité de la traduction. Pour un texte plutôt général, préférez « cutting edge », qui est le moteur neuronal qui rassemble toutes les données de la commission, en revanche si vous avez un texte économique à traduire du français vers l’anglais, vous pouvez plutôt vous tourner vers un moteur plus spécialisé comme celui du Ministère des Finances. Ces derniers sont au nombre de 9, toutefois, ils ne prennent pas en charge toutes les paires de langues contrairement au cutting edge ou au Legacy MT@ec, qui n’est autre que l’ancien outil de traduction automatique de la commission.

La prochaine option à choisir concerne le format de sortie et là encore une belle surprise nous attend… En effet, vous pouvez récupérer votre document dans un format identique ou similaire en cochant la case « Identique à la source ». Notez que si vous demandez à traduire un PDF vous obtiendrez un .docx que vous pourrez retravailler et convertir en PDF par la suite. Par ailleurs, vous pouvez également récupérer vos données dans un format différent de l’original puisque le site vous propose également de vous les transmettre sous forme de fichiers .xliff ou même de mémoire de traduction compatible avec les outils de TAO, ce qui peut être très utile pour un traducteur professionnel.

Enfin, il ne vous reste plus qu’à indiquer si vous désirez recevoir vos documents par mail ou si vous préférez les télécharger sur la page « Mes demandes de traduction ». Si vous avez demandé plusieurs langues de traductions en même temps, sachez que vous recevrez un mail par langue, la machine n’est pas en mesure de gérer un projet multilingue dans son ensemble. Cela dit, la plateforme propose de télécharger vos documents via un troisième onglet qui rassemble l’historique de vos demandes. Si vous ne voulez pas laisser vos documents sur cet historique, vous pouvez cocher l’option « supprimer après téléchargement » sans quoi ils seront accessibles pendant 24 heures.

etranslation5

À présent, traduisons un texte.

etranslation6

Sur cet onglet vous pouvez traduire un texte de 2 500 mots maximum par un copier-coller ou en le tapant.

Comme vous pouvez le constater, on retrouve nos options de langues et de domaines, et il est également possible de recevoir la traduction par courrier électronique, mais dans ce cas le texte se trouve dans le corps du mail et non en pièce jointe. Il n’est pas possible non plus de récupérer le texte autrement qu’en passant par un copier-coller ou en l’imprimant. De plus, rien n’est conservé dans votre historique.

etranslation7

Pourquoi le logiciel gère-t-il autant de formats ?

Parce qu’il s’adresse à différents types de public. Cet outil fait partie d’un projet plus vaste, qui a pour but de faciliter les échanges entre les différents pays européens afin de promouvoir la croissance, l’emploi et la compétitivité, et pour cela il est nécessaire que les différents acteurs de cette communauté se comprennent. Ainsi les fonctionnaires qui travaillent dans les institutions de l’UE ou dans les organismes nationaux et qui ont besoin d’avoir accès immédiatement à certaines informations dans leur langue, sans nécessité d’une traduction de haute qualité, peuvent avoir recours à ce service de traduction automatique. Mais ce dernier peut également venir en aide aux traducteurs professionnels de l’UE qui ont la charge de traduire les volumes importants des différents organismes. Il n’est pas question ici de remplacer les biotraducteurs, mais de leur faire gagner du temps au travers d’un processus hybride alliant les résultats fournis par la plateforme et ceux des mémoires de traduction. Le biotraducteur pourra ainsi effectuer un travail de post-édition de qualité grâce au corpus compilé à partir de documents officiels traduits. Nous pourrions d’ailleurs imaginer la création d’un corpus parallèle bilingue de référence, dans un domaine particulier, accessible directement dans SDL Studio ou memoQ. Pour cela, il serait simplement nécessaire de se procurer des textes officiels de la commission dans la langue cible et de les faire traduire par eTranslation pour obtenir un corpus dont la langue cible, qui est celle qui nous intéresse, est parfaite, et la langue source de moins bonne qualité car générée par la machine, mais qui nous apporterait tout de même le contexte dont nous avons besoin. Il faudrait toutefois tester plus en avant ce processus pour en connaître la réelle portée.

Et au niveau de la qualité de la traduction et de la mise en page ?

La qualité de la traduction dépend bien évidemment de la qualité du document source ainsi que de la paire de langues choisie. Certaines paires de langues sont plus proches et/ou ont une mémoire de traduction plus fournie, elles seront donc de meilleure qualité que des paires de langues éloignées et sur lesquelles il existe encore peu de documentation traduite. De plus, comme je l’ai déjà mentionné, cet outil contient de la documentation à caractère juridique, institutionnel ou encore économique, n’essayez pas de lui faire traduire Harry Potter, le résultat serait vraiment de piètre qualité. À chacun son domaine de spécialisation, c’est aussi vrai pour les machines. De plus, bien que la traduction neuronale fasse des merveilles au niveau de la fluidité des textes traduits, elle n’est pas à l’abri de contresens ou de faux-sens, il est important de réaliser, au minimum une post-édition par un traducteur connaissant les deux langues de travail et non pas une simple révision du texte traduit.

En ce qui concerne la traduction de l’anglais vers le français nous avons examiné quelques phénomènes linguistiques et, comme attendu, eTranslation, à l’instar d’autres moteurs de traduction automatique, a tendance à traduire de façon littérale might/may, les voix passives, there is/there are. En revanche, elle fait preuve de plus « d’imagination », si je puis dire, en ce qui concerne les adverbes en –ly anglais qu’elle ne traduit pas systématiquement par un adverbe en –ment, mais elle opère parfois une recatégorisation : « only » a été traduit par « ne… que… » dans un de nos segments, par exemple.

Par ailleurs, si on retrouve les apostrophes courbes, certaines spécificités de la langue française ne sont pas prises en compte, comme les guillemets ou les espaces insécables (sauf pour les pourcentages).

Enfin, dans le but d’estimer la qualité de la traduction de la machine et de savoir si en effet elle permet un gain de temps au traducteur, nous avons fait un test de production en post-édition. Suite à cet exercice nous pensons qu’avec un document source de bonne qualité, et un post éditeur/traducteur expérimenté, il serait possible d’atteindre une productivité de 1 500 mots/heure pour une post-édition légère et 750  mots/heure pour une post-édition complète.

La qualité de la mise en page quant à elle, dépend également du format source. Le logiciel ne fera pas de miracle sur un PDF de mauvaise qualité, mais il possède de bonnes bases, il reconnait par exemple les notes de bas de page. Il se maintient donc en bonne position par rapport à certains logiciels de traduction assistée par ordinateur.

En résumé : les plus et les contres !

Les points forts :

  • C’est un logiciel très intuitif, facile d’utilisation.
  • La qualité de la traduction est bonne dans les domaines spécifiques à la commission européenne et la productivité peut être accrue grâce à la MT.
  • La mise en page est également de bonne qualité.
  • Il reconnait énormément de formats.
  • Il prend en charge plusieurs documents et plusieurs langues à la fois.
  • Il est possible de récupérer la traduction dans des formats reconnus par les outils de traduction (.tmx, .xliff).
  • La sécurité est optimale et les données restent confidentielles.

Les points faibles :

  • L’outil est difficile à trouver et il n’est pas accessible au citoyen lambda.
  • Il n’est pas directement accessible dans les outils de TAO sous forme de plug-in, par exemple.
  • La traduction est bonne, mais cela reste une traduction machine dans laquelle se glissent des faux-sens ou des contresens, les espaces insécables ne sont pas insérées sauf pour les pourcentages, les guillemets ne sont pas localisés. De plus, la qualité reste tributaire des corpus qui pour certaines paires de langues sont moins fournis que pour d’autres.
  • La machine ne traite pas les sites web.
  • Le temps d’arrivée des fichiers n’est pas immédiat même s’il reste raisonnable.

Enfin, pour conclure…

Vous l’aurez compris, il n’est pas question de remplacer le biotraducteur par une machine, pas encore tout du moins, mais bien de lui fournir un nouvel outil, efficace, tant au niveau de la qualité que du rendement, pour lui permettre de ne plus rester figé sur sa page blanche et surtout de gagner en productivité. Comme pour l’utilisation de n’importe quel autre outil, il est nécessaire de posséder certaines compétences particulières, un savoir-faire, afin de ne pas tomber dans ses pièges et faire en sorte qu’une fois le travail terminé, c’est avant tout les exigences du client qui soient satisfaites. Nous avons donc réellement apprécié eTranslation et ses résultats et espérons qu’il sera bientôt mis à la disposition d’un plus large public, d’autant que nous ne sommes qu’aux balbutiements de la traduction automatique neuronale et qu’il est fort probable qu’un jour, il soit impossible de s’en passer…

 

Un grand merci à la Direction générale de la traduction de nous avoir donné l’autorisation d’illustrer le billet par des captures d’écran.

Stage en traduction : petite ou grande agence ?

Par Alvina Veillon, étudiante M2 TSM

choix-grande-petite-agence-traduction

 

Le choix d’une agence pour y faire son futur stage peut s’avérer très difficile, surtout pour un tout premier stage dans le secteur de la traduction, qui est encore inconnu un étudiant.

Faire son stage dans une très petite agence ou dans une multinationale est sensiblement différent. Les deux tailles d’entreprise comportent des avantages et des inconvénients qu’il faut bien garder à l’esprit en postulant. Voici les points positifs de chacune pour vous aider dans votre choix.

 

Avantages d’une petite agence

 

La place du stagiaire au sein de l’entreprise

C’est l’une des différences majeures entre une petite entreprise et une multinationale. Pour un premier stage, une grande agence internationale peut faire peur, tandis qu’une petite agence à taille humaine peut être plus rassurante pour faire ses premières armes dans le monde de la prestation de services linguistiques. Ainsi, il y a moins cette impression de n’être qu’un « maillon de la chaîne », la pièce d’un immense puzzle. Dans le cas d’une agence internationale, des employés de bureaux nationaux différents travaillent dans la même agence, sans jamais se connaître.

Le processus de recrutement plus rapide

Trouver un stage dans une petite structure est souvent plus simple et plus rapide. La principale raison à cela est sa hiérarchie réduite, et donc plus souple qu’une grande agence. Pour cette dernière, il faut d’abord trouver LE bon interlocuteur à qui envoyer votre candidature. Ensuite, votre CV et votre lettre de motivation passeront sans doute entre les mains de plusieurs personnes dans la hiérarchie avant d’aboutir à une éventuelle réponse, ce qui ralentit fortement le processus de recrutement.

La situation géographique des clients

Une petite agence de traduction située dans une petite ville est plus à même d’attirer des clients proches, voire très proches géographiquement. C’est notamment intéressant pour le domaine du tourisme, par exemple. En faisant traduire des brochures touristiques de la ville pour de futurs visiteurs étrangers, l’agence participe, à sa manière, à la promotion du territoire local. Cette notion de proximité, perdue en traduisant pour de gros clients au sein d’une agence multinationale, peut être assez séduisante pour un stagiaire.

Un seul chef de projets dédié à un projet

Dans une petite agence, chaque projet n’est géré que par un seul chef de projets. Il y a donc un interlocuteur unique qui suit le projet de A à Z ; le suivi est ainsi plus personnalisé. Dans une grande agence, à l’inverse, la gestion des nombreux projets simultanés a plus tendance à se faire « à la chaîne », les différentes étapes du projet étant traitées par le chef de projets qui est disponible sur le moment. Dans ce cas de figure, il arrive souvent au traducteur d’interagir avec plusieurs chefs de projets différents (certains chefs de projets n’ayant pas les mêmes horaires de travail, pour des raisons de fuseaux horaires, par exemple).

 

Avantages d’une grande agence

 

Plus d’outils et de ressources

Pour des raisons de coûts, une grande agence est plus susceptible d’avoir plus de ressources : outils de TAO, plateforme de gestion de projets, logiciels de PAO… C’est bien sûr un énorme avantage pour un stagiaire. En testant plusieurs logiciels de TAO, il peut avoir une meilleure idée de ce qui est proposé sur le marché, et de ce qui est le plus utilisé par les agences et les clients. Si le stagiaire souhaite ensuite devenir traducteur indépendant, il pourra mieux choisir l’outil de TAO avec lequel il comptera travailler.

Plus de domaines couverts, et des domaines plus spécialisés

En général, un étudiant en traduction n’est pas sûr à 100 % de ses futurs domaines de spécialité, et c’est justement le stage qui va s’avérer déterminant pour ce choix. Dans une grande agence, le stagiaire pourra découvrir des secteurs beaucoup plus variés ; automobile, mode, luxe, environnement, immobilier, aéronautique… il y a l’embarras du choix !

Travailler sur de (très) gros projets, pour de (très) gros clients

Une grande agence a plus de chances de compter parmi ses clients des leaders de leur secteur, notamment parce que ces clients ont souvent des projets avec des volumes importants et/ou réguliers qu’une petite agence ne pourrait pas absorber.

Pour un traducteur en herbe qui est encore sur les bancs de la fac, travailler pour de tels clients peut faire peur, mais c’est en réalité très formateur. Être traducteur, c’est aussi savoir gérer et respecter les instructions du client, et les « gros » clients sont typiquement ceux qui ont le plus d’exigences (outil de TAO imposé, guides de style de centaines de pages, accords de non-divulgation…).

Volumes suffisants pour occuper un stagiaire à temps plein

Les volumes de traduction plus importants d’une grande agence permettent d’occuper un stagiaire à temps plein, et surtout sur de vrais projets ; les traductions du stagiaire (après relecture, bien entendu !) seront utilisées par les clients. C’est beaucoup plus gratifiant que de traduire des documents d’anciens projets juste pour s’entraîner. Et puis… quelle fierté de retrouver ses traductions sur le site d’une grande marque !

stage-agence-experience

Voilà quelques pistes pour les futurs stagiaires qui sont un peu perdus. Une dernière petite astuce, pour ceux qui hésitent encore entre petite et grande agence : il est parfois possible de trouver un stage dans le bureau local d’une très grande agence internationale. En effet, les stages ne se réalisent pas toujours au siège de l’entreprise ; travailler dans l’un des autres bureaux de taille plus réduite peut permettre de bénéficier en partie des avantages d’une petite structure (bureau à taille humaine), tout en profitant des avantages d’une multinationale (gros clients, plus d’outils à disposition).

Le stage peut s’avérer très déterminant pour une future carrière dans le domaine de la traduction ; bien le choisir est donc crucial !

Traduire l’intraduisible : euh, what ?

Par Gwenaël Gillis, étudiante M2 TSM

what

Bon, pour être tout à fait honnête avec vous, mon titre ne reflète pas entièrement la réalité. Mais pour attirer du monde, il faut un titre accrocheur. Alors le voilà !

Je ne dis pas non plus que ce titre est totalement faux mais il aurait simplement pu annoncer certaines difficultés que l’on peut rencontrer en traduction, mais ça aurait été moins drôle et je n’aime pas ce qui est moins drôle, alors allons-y.

Dans la vie, il y a plusieurs choses qui m’intéressent. La cuisine et la musique font partie de ces choses. Ce sont deux domaines qui me passionnent et, en tant que future professionnelle de la traduction, leur aspect linguistique m’intéresse tout autant. Et je sais ce que vous allez dire : « Oui mais tu sais Gwenaël, les chansons et les recettes de cuisine se traduisent, sinon comment aurions-nous connu les burritos, le cheesecake et la pizza ? ». J’avoue que ces exemples ne sont pas vraiment révélateurs mais c’est toute l’inspiration que j’avais sur le moment alors veuillez m’en excuser.

Pour en revenir à ce qui nous intéresse, je suis tout à fait d’accord avec vous. Des personnes très courageuses et créatives se sont déjà penchées sur ce sujet et y ont trouvé des solutions plus qu’appropriées. Mais avant de trouver ces solutions, elles ont dû elles aussi se heurter au problème présent qui est le suivant : comment rendre fidèlement ce que cette chanson, cette recette, dégageait à la base ?

C’est pourquoi je vous invite avec moi à vous pencher sur ces 2 domaines en commençant par ne faire qu’une bouchée du domaine culinaire (désolé mais c’était trop facile).

La traduction culinaire : mettons les pieds dans le plat !

Lorsque je parle de difficultés de traduction dans le domaine culinaire, je ne veux pas dire que c’est impossible mais plutôt que cela demande beaucoup d’imagination et un minimum de savoir en matière de cuisine. Je n’essaye pas ramener ma fraise ou de vous raconter des salades, mais si vous ne suivez pas une certaine logique, ce sera la fin des haricots. Vous ne voudriez tout de même pas être le dindon de la farce ? Encore une fois, c’était trop facile (et un peu trop tentant).

Repartons sur quelque chose d’un peu plus sérieux. Je m’explique. Pour traduire une recette de cuisine (ou tout autre document se rapportant à l’univers culinaire), il faut avoir un minimum de savoir faire dans ce domaine, comme pour tout autre domaine de spécialisation (sinon, ce ne serait pas une spécialisation, vous me suivez ?).

Pour commencer, je vais vous donner un exemple concret : il m’est souvent arrivé de me heurter à certaines recettes américaines, la plus basique étant celle des pancakes. Je voulais la plus authentique possible et j’ai fini par trouver la recette parfaite. En voici les ingrédients : sugar (du sucre, ça va c’est facile), egg (œuf, ok), flour (farine), butter (beurre, ça va toujours), buttermilk (buttermi…, euh non. Houston, nous avons un problème). Explication : le buttermilk, ça n’existe pas en France. Heureusement pour moi, internet existe ! J’ai donc découvert que l’équivalent français le plus proche était le babeurre. Mais le but principal était surtout de trouver un lait fermenté. Et celui-ci faisait bien l’affaire. Ce fut un succès.

Heureusement pour moi, cette histoire connaît un dénouement heureux (ben oui, j’ai quand même pu manger mes pancakes). Mais comment fait-on quand il n’existe pas vraiment d’équivalent ? Quand on connaît toute la diversité culinaire que ce monde contient, ça pourrait faire tourner la tête de plus d’une personne. En effet, comment choisir entre caramel, toffee et fudge ou encore où trouver cheddar, cream cheese et Monterey Jack ? Bien que certain de ces ingrédients soient maintenant commercialisés dans de nombreux pays, il en existe tout de même qui ne sont toujours pas disponibles les rayons de nos supermarchés, et on fait alors chou blanc. C’est à ce moment là qu’apparaît toute la subtilité de cette discipline : il faut connaître son sujet ! Il faut savoir que le cream cheese va être utilisé pour son côté un peu épais et son goût assez effacé. Étant donné qu’on ne pourra pas l’utiliser directement dans un cheesecake, il pourra toujours être remplacé par du Philadelphia ou même du mascarpone. En gros, peu importe l’équivalent que vous aurez trouvé pour votre traduction, tant qu’il remplit le rôle pour lequel on l’utilise, c’est gagné.

Je sais ce que vous allez dire : tout ce blabla et aucune solution de traduction concrète. Mais non, je ne vous ai pas roulés dans la farine. En matière de cuisine, il n’existe pas de bonne ou de mauvaise solution, seul le résultat compte. Tant que le goût, la texture et l’aspect restent les mêmes, il n’existe pas vraiment de règle stricte. Une erreur monumentale serait de suivre la recette d’une lasagne et d’obtenir une tarte aux pommes. Je serai tout de même très intéressée de voir ça !

tarte aux pommes

La traduction de chansons : en avant la musique !

Je trouve la traduction de chansons très intéressante du point de vue du résultat mais aussi de la « procédure » à suivre. En fait, c’est hyper facile. Il suffit de faire une belle traduction tout en ajoutant des rimes à la fin. C’est FAUX ! Vous n’avez pas suivi ce que j’ai dit depuis le début ou quoi ? On ferait mieux d’accorder nos violons tout de suite : la facilité dans ce genre de traduction, c’est comme pisser dans un violon, ça ne sert à rien ! C’est vrai qu’on pourrait chercher à retranscrire les mots de l’artiste tels quels, tout en y apportant quelques modifications afin qu’ils sonnent plus naturels aux oreilles des citoyens de ce monde, mais on perdrait alors toute l’âme de la chanson. Aller plus vite que la musique est inutile, il faut d’abord considérer chaque mot, chaque phrase comme une idée en soit afin d’offrir le meilleur rendu possible.

La plus grande difficulté dans la traduction de chansons réside dans le fait qu’il faut suivre un rythme, une mélodie définie mais dans une autre langue. C’est ce qu’on appelle la métrique, c’est un certain nombre de syllabes utilisées pour suivre le rythme de la chanson. Si vous traduisez une chanson du russe vers l’italien par exemple, le nombre de syllabes devra rester le même sinon vous aurez un « manque » dans la chanson, qui sonnera faux aux oreilles de ceux qui l’écoutent. Et ça, ce n’est pas ce qu’on veut ! Dans le même ordre d’idées, vous devrez faire attention à l’accentuation de certains mots, certaines syllabes, mais aussi à la longueur de vos voyelles. Même si certaines langues peuvent se permettre d’ajouter des u et des i à rallonge, en français, cette stratégie sonnerait vraiment bizarre. Sauf si, bien entendu, vous connaissez des personnes qui parlent comme ça tous les jours, mais je permettrais quand même de mettre un bémol là-dessus.

Après avoir pris en compte tous ces aspects, il vous reste bien entendu à traduire la chanson de la manière la plus fidèle possible sans pour autant faire du mot à mot. Le but principal d’une chanson est de raconter une histoire, un sentiment, une émotion. Traduire littéralement ferait perdre tous ces éléments à la chanson. C’est pourquoi il faut tradapter, c’est-à-dire traduire le sens caché sans pour autant réécrire la chanson. Mais je ne suis pas la mieux placée pour vous parler de ça. C’est pourquoi, je vous laisse vous rendre sur le site suivant : http://website.letradapteur.fr/

Ils sauront mieux vous expliquer que moi. Mais en attendant, étant donné que nos oreilles ne l’ont pas encore assez entendu, ou pas encore assez saignées, à vous de voir (je peux me permettre, je suis une fan inconditionnelle de Disney), je vous invite à un petit cours de tradaptation sur la merveilleuse chanson de La Reine des Neiges : Libérée, délivrée :

 

Bon, je sais que tout ce blabla ne vous aura pas totalement aidé, que ça reste un peu abstrait mais voilà le point général où je souhaitais vous emmener : il n’y a pas de bonne ou de mauvaise traduction dans ces domaines (sauf si vous vous éloignez vraiment du but principal, comme avec la tarte aux pommes. Là je ne peux plus rien pour vous). Le but principal est de rendre une idée en adaptant à la culture, le groupe, la personne visée. Si vous arrivez à retrouver le goût de départ, pour une recette par exemple, ou à raconter la même histoire que celle de la chanson d’origine mais dans votre langue, alors vous aurez (presque) tout gagné. De toute façon, la traduction parfaite n’existe pas. Personne ne pourra vous blâmer, sauf si encore une fois, vous utilisez des pommes pour une lasagne. À ce moment-là, vous êtes impardonnable. Et leur sentence est irrévocable !

 

Relire un texte sans connaître la langue source : mission impossible ?

Par Célia Jankowski, étudiante M2 TSM

 

Relire un texte, tout bon traducteur le sait, n’est pas une tâche anodine. La relecture est une étape indispensable du processus traductif, et ne doit en aucun cas être prise à la légère. Peu d’agences ou de traducteurs renvoient à leurs clients des textes non relus.

Or, imaginez cette situation : vous êtes traducteur, et on vous demande de relire un texte, afin de corriger les éventuelles erreurs et coquilles oubliées par le traducteur. Pas de problème, vous répondez. Vous recevez le document, l’ouvrez dans votre outil de TAO préféré, et là, horreur : le texte source est dans une langue que vous ne maîtrisez pas du tout ! Vous n’en comprenez pas un mot. Vous demandez confirmation auprès de celui ou celle qui vous a demandé d’effectuer cette tâche : non non, il n’y a pas d’erreur, c’est bien le bon document.

Un traducteur, confronté pour la première fois à ce genre de situation, peut être déconcerté. Est-ce normal de recevoir une telle demande ? Est-ce seulement possible ?

Pas de panique, c’est tout à fait faisable. Mais un peu différemment.

Revision1Ne vous inquiétez pas, ça va aller !

 

Lorsque vous révisez un texte, en général, le but est bien sûr de relever et corriger les fautes d’accord, de frappe, de ponctuation, ainsi qu’améliorer la syntaxe si nécessaire. Mais il faut aussi aller un peu plus loin et comparer la traduction à l’original, vérifiant ainsi que tout les éléments présents dans la source sont bien retranscrits dans la cible, et ce de manière correcte. Bien évidemment, ce dernier point est impossible sans comprendre la langue du texte source ; dans notre cas, il faudra donc faire l’impasse sur ce point. Qu’à cela ne tienne ! L’agence ou la personne qui vous a confié cette tâche fait manifestement confiance à son traducteur, il ne vous reste plus qu’à vous mettre au travail. Commencez par déterminer le skopos du texte : à qui est-il destiné ? Pourquoi a-t-il été rédigé ? N’hésitez pas à poser ces questions à celui qui vous a confié la relecture si vous ne parvenez pas à déterminer cela seul : les réponses à ces questions sont primordiales pour une bonne relecture.

Ensuite, comme dans une relecture traditionnelle, il reste à corriger les fautes de frappe, d’accord, d’orthographe éventuelles, améliorer la syntaxe si vous le jugez nécessaire… Et puis vous tombez sur un mot, une expression qui vous semble étrange et peu adaptée au contexte. Oui, mais voilà : comme expliqué précédemment, pas moyen de vérifier dans le texte source si c’est vraiment le bon terme. Et pas question de passer au traducteur automatique pour tenter de trouver une réponse vous-même ! La seule solution : marquer le mot ou expression posant problème, et le signaler lorsque vous renverrez le texte relu.

Votre relecture est terminée. N’oubliez pas de résumer les problèmes au moment de renvoyer le fruit de votre labeur, et votre rôle s’arrête (normalement) là. Ouf, ce n’était pas si compliqué au final, quoiqu’un peu fastidieux et étrange. Mais n’existe-t-il pas une meilleure façon de réaliser une telle relecture ?

Eh bien, si ! Il est possible d’effectuer ce que l’on appelle une « relecture croisée », qui fait collaborer le relecteur et le traducteur. Le relecteur relit à voix haute la traduction, pendant que le traducteur relit silencieusement l’original, en vérifiant qu’il a bien retranscrit le sens dans sa traduction. Il peut à ce moment-là demander confirmation à son relecteur, lui précisant le sens de l’expression ou du terme dont il n’est pas sûr et lui demandant si l’idée est bien retranscrite. Cela permet un véritable échange entre le traducteur et le relecteur, qui peuvent ainsi se poser des questions et se faire des remarques en direct, et modifier la traduction immédiatement, sans que le relecteur ait besoin d’annoter les termes lui posant problème, problème que parfois le traducteur ne comprend pas forcément.

Du point de vue du traducteur, cela lui permet d’économiser du temps : en effectuant les modifications nécessaires au fur et à mesure de la relecture, pas besoin de rouvrir une nouvelle fois le texte à la fin de celle-ci pour retrouver les anomalies détectées par le relecteur. Du point de vue du relecteur, cela lui permet d’en apprendre plus sur le texte source, de mieux comprendre ce qu’il relit et de poser autant de questions que nécessaire à l’auteur de la traduction, ainsi que d’être plus sûr de lui dans ses suggestions : plus besoin de tergiverser de son côté quant à l’adéquation d’un certain terme, il n’a qu’à faire part de ses doutes au traducteur.

Une telle pratique a de nombreux avantages : plus les deux acteurs travaillent ensemble, plus la relecture sera efficace : le relecteur apprend des habitudes de traductions du traducteur, et le traducteur enregistre les remarques du relecteur. Une véritable collaboration se crée, et une « équipe » naît, qui s’entraide et qui se fait confiance.

La relecture croisée peut très bien se faire avec un relecteur chevronné, mais aussi avec un relecteur novice : le traducteur lui apprend les « ficelles » du métier et lui explique au fur et à mesure les choix à faire selon les problèmes rencontrés. Inversement, un relecteur (ou traducteur, qui ici endossera le rôle de relecteur) peut très bien s’associer à un traducteur novice, pour l’aider à parfaire sa traduction et lui expliquer comment éviter certaines erreurs.

Revision2Il est toujours possible d’appeler du renfort pour des expressions particulièrement coriaces.

 

Mais pourquoi vous confier une telle tâche, me demanderez-vous ? Eh bien, vous étiez peut-être la seule personne pouvant bien relire un document spécifique, que ce soit de par votre expertise en la matière dont le texte traite, ou bien vous étiez tout simplement la seule personne disponible dont la langue maternelle est celle du texte cible ou à même d’effectuer la relecture dans les délais.

Cela a été mon cas lorsque j’ai effectué mon tout premier stage de traduction dans une agence belge. Située dans la partie néerlandophone du pays, je ne m’attendais cependant pas à devoir relire des textes dans une langue source qui m’était totalement inconnue : le néerlandais. En effet, la plupart des commandes reçues consistaient à traduire des textes néerlandais vers le français, ce que j’étais par conséquent incapable de faire. Je me suis donc vu assigner le rôle de relectrice. Cependant, une fois la surprise initiale passée, et à l’aide d’une relecture croisée quasi systématique pratiquée avec mon maître de stage, tout s’est bien déroulé !

Voilà pourquoi il ne faut pas vous laisser impressionner par cette tâche sous le prétexte que la langue source vous est inconnue. Celui qui vous a confié cette tâche avait très certainement de bonnes raisons de vous l’attribuer, et vous êtes très certainement capable de l’effectuer sans problème ! À vos claviers.

Revision3Ça va mieux ?

 

La relecture croisée vous intéresse, et vous souhaitez en savoir plus à ce sujet ? Je vous invite à lire cet article de Jean-François Allain, publié en 2010 dans la revue en ligne Traduire, numéro 223.