• Au cours des dix dernières années, le marché de la traduction a connu une évolution rapide. La prépondérance des petites agences de traduction reposant exclusivement sur des traducteurs et autres ressources internes s’estompe peu à peu pour laisser la place à des sociétés de plus grande envergure. Ces dernières, proposant leurs services de traduction en une seule langue ou en de multiples combinaisons de langues, s’appuient sur une externalisation quasiment totale des tâches de traduction. Les agences recrutent moins de traducteurs pour travailler en interne et font appel à des indépendants, alors qu’un profil relativement nouveau ne cesse de se développer : le chef de projets de traduction. En parallèle, principalement en raison de la généralisation des technologies de l’information, de nombreux outils et logiciels propres à l’industrie de la traduction ont vu le jour. Permettant d’améliorer la qualité et d’augmenter la productivité, les outils d’aide à la traduction (tels que les mémoires de traduction, les logiciels de localisation, mais aussi la traduction automatique et les outils de corpus) font désormais partie intégrante de l’environnement de travail de tout traducteur technique. Une connaissance approfondie de ces outils et technologies constitue donc désormais une nécessité incontournable pour tout intervenant actif sur le marché des métiers de la traduction. Quel que soit le poste occupé, il est en effet nécessaire d’être à même d’appréhender les divers types de projets et les formats sous lesquels les informations, textuelles ou autres, sont présentées. A l’heure actuelle, la traduction automatique est en train de bouleverser le secteur (sans rendre les traducteur sobsolètes comme on l’entend parfois !!) : l’arrivée de la traduction automatique neuronale en 2016 est en train de modifier le modèle économique mais aussi les habitudes de travail. Loin de remplacer les traducteurs, cette nouvelle technologique que l’on peut aisément qualifier de « disruptive » doit être maîtrisée par les professionnels.
  • En termes de formation pour ce marché de plus en plus complexe, il est dès lors impératif non seulement de développer les compétences linguistiques et de traduction – base fondamentale de cet apprentissage – mais également de forger des compétences solides tant en outils informatiques qu’en gestion de projets, sans oublier les compétences interpersonnelles (soft skills). Créé en 2004, le Master en traduction spécialisée multilingue (TSM) a été conçu en tenant compte de l’évolution rapide de ce marché. Notre programme de formation polyvalent aborde dans le détail tous les aspects de la traduction, avec une attention particulière portée aux outils d’aide à la traduction et à la gestion de projets. En fonction des affinités, les étudiants auront donc la possibilité d’aborder le marché de la traduction en s’orientant vers la fonction de leur choix : traducteur technique (à partir de deux langues sources), localiseur ou chef de projets. Notre programme intègre également une formation à la traduction automatique (TA) désormais incontournable. De plus, des cours de révision et de post-édition sont dispensés afin de permettre aux futurs traducteurs de se familiariser avec ces différentes tâches. L’objectif de ce master est de doter les étudiants des compétences nécessaires pour leur permettre de s’adapter à un nouvel environnement de travail, tout en faisant face aux changements permanents avec aisance et professionnalisme. Des dispositifs spécifiques comme les projets de traduction supervisés par des professionnels ou encore le TSM skills lab (agence virtuelle de traduction au sein de la formation) permettent aux étudiants de mobiliser et de perfectionner l’ensemble des compétences acquises au cours de la formation.

Aperçu de la première année (M1)

  • La première année du Master a pour principal objectif de consolider les compétences en traduction de nos étudiants, et ce dans des domaines spécifiques (informatique, économique et financier, juridique et instituionnel, ou encore rédactionnel spécialisé). Renforcé par des enseignements axés sur la terminologie, la compilation et l’exploitation de bases de données linguistiques (corpus), la gestion de projets, et les stratégies de recherche documentaire, cet apprentissage permet aux étudiants d’assimiler les méthodes de travail adéquates. Au cours du M1, les étudiants sont formés aux outils d’aide à la traduction (suite logicielle SDL Studio, outils de traduction automatique, corpus électroniques). Ils améliorent en outre leurs connaissances en informatique afin d’être aptes à suivre les cours de localisation dispensés en M2. Les grandes questions théoriques concernant la traduction ne sont pas laissées de côté et sont abordées dans le cadre d’un cours de traductologie théorique. Dès le second semestre, les étudiants gèrent des projets de traduction individuels pour leurs deux langues de travail, sous la supervision de traducteurs professionnels. En complément, des projets de traduction collectifs sont réalisés en autonomie dans le cadre du Skills Lab.
  • Tout au long de la première année, l’accent est mis sur la maîtrise parfaite de la langue maternelle, y compris en langue de spéciliaté. Par ailleurs, les étudiants ont la possibilité de se spécialiser à travers des enseignements optionnels : introduction aux techniques de traduction audio-visuelle, à la traduction de jeux vidéo, au traitement automatique des langues, à l’interoprétation, à la rédaction technique, ou de perfectionner leur connaissance d’une troisième langue étrangère. Un stage de deux mois minimum clôture cette année et permet aux étudiants de faire leurs premiers pas dans le monde professionnel.

Aperçu de la deuxième année (M2)

  • La seconde année du Master est dans la continuité de la première : au-delà d’une formation complémentaire aux outils d’aide à la traduction (logiciels mais aussi solutions SaaS) et à la gestion de projets, la formation propose des enseignements relatifs à la traduction automatique, à la localisation (de logiciels et de sites web) et à la création de sites web multilingues. Ces cours sont dispensés par des professionnels. Les enseignements de traduction, également pris en charge par des traducteurs professionnels, reproduisent un environnement de travail réel, chaque étudiant devant mener à bien la traduction d’un projet individuel à partir de chacune de ses langues sources. En complément, des projets de traduction collectifs sont réalisés en autonomie dans le cadre du Skills Lab.
  • Ces enseignements pratiques sont complétés par des interventions ou formations laissant la parole à des professionnels actifs dans différents secteurs de la traduction. Un stage de cinq mois (débutant en mars) permet aux étudiants de mettre en pratique les connaissances techniques acquises au cours du premier semestre.

EMT_Logo

Depuis septembre 2009 (période 2009-2014  puis renouvellement en 2014 et en 2019), le Master TSM est membre du réseau EMT (European Master’s in Translation) et est autorisé à ce titre à utiliser le label « membre du réseau EMT » dans toute référence au programme. Ce label est réservé aux programmes de Master en Europe qui remplissent les critères de participation au réseau EMT, association d’universitaires et de professionnels de la traduction coordonnée par la DGT (Direction Générale de la Traduction) et la Commission Européenne à Bruxelles. L’objectif principal du réseau est de définir les compétences que devraient posséder tout bon traducteur professionnel.

Détails du programme : https://ec.europa.eu/info/resources-partners/european-masters-translation-emt_fr

Le Master TSM participe activement au réseau en assistant aux réunions de travail annuelles à la Commission Européenne ou ailleurs, en utilisant l’outil de traduction automatique de la commission européenne (projetTranslation) dans le cadre du cours de M2, en effectuant tous les ans avec les étudiants de M1 une visite à la DGT, ou encore en accueillant un traducteur dans le cadre du programme « Visiting Translator Scheme », comme ce fut le cas en 2014-2015 ou encore en 2018-2019.

Retrouvez toutes les informations sur la formation sur notre site internet.