Parlons du réviseur-relecteur

Par Elena Valevska, étudiante M1 TSM

Valevska

 

De nos jours, cela ne fait plus aucun doute qu’un bon traducteur doit savoir se rendre invisible. Il doit être capable de ne pas faire sentir sa présence et de donner au lecteur l’impression qu’il est en train de lire un texte original et non pas une traduction. C’est là que le réviseur-relecteur entre en jeu : il veille à ce que le produit final soit propre, cohérent et sans oublis, tout en conservant le sens de l’original. Chaque agence de traduction qui respecte ses clients va faire appel à des réviseurs afin de pouvoir assurer la qualité de la traduction. Bien que l’on ne parle pas souvent du réviseur, son rôle n’est pas moins important : en 2006, le Comité européen de normalisation a publié la norme européenne EN-15038 sur les services de traduction, plus tard remplacée par la norme internationale ISO 17100 en 2015, les deux stipulant qu’une traduction doit être révisée afin de garantir sa qualité[i][ii].

Vous aurez remarqué qu’en parlant de « réviseur-relecteur » je regroupe deux concepts sous un même toit : la révision et la relecture. De manière générale, la révision prend pour but l’amélioration du texte dans son entièreté, contrairement à la relecture qui consiste à vérifier l’orthographe, la typographie et la grammaire. Pendant l’étape de révision d’un document, le réviseur va par exemple vérifier et valider la terminologie utilisée par le traducteur, reformuler des phrases longues ou complexes et s’occuper des formulations lourdes. Certaines agences séparent les deux étapes, avec une personne qui se chargera de la révision et, ensuite, une autre de la relecture, mais ce n’est pas toujours le cas. Dans l’agence de traduction qui m’a accueillie, le plus souvent une personne se chargera de la révision et de la relecture à la fois, alors qu’une autre personne fera le dernier contrôle sur papier. Durant cette « deuxième relecture », le relecteur va vérifier si les noms sont épelés correctement, si les dates et les chiffres ne sont pas erronés, si la typographie est en ligne avec les normes de la langue cible (l’utilisation d’un tiret long, les espaces insécables, le point-virgule), pour donner quelques exemples.

Or, qu’est-ce que le métier de reviseur-relecteur, alors ? Pendant mon stage, la révision était l’une de mes missions principales, et j’ai également eu l’occasion d’entretenir avec les autres réviseurs. Voici ce que j’ai appris.

L’humilité. Le but n’est pas d’imposer son propre style ni de démontrer sa virtuosité linguistique, mais d’essayer d’améliorer le résultat final en respectant les choix faits par le traducteur.

La subjectivité. La ligne de démarcation entre une correction de préférence et une amélioration du style est fine. En règle générale, sauf dans le cas d’un contre-sens, la plupart du temps il vaut mieux laisser tel quel. Sinon, on risque de casser le « rythme » de l’original, mais chaque traducteur a des tournures préférées et un style défini, il a fait des choix précis qui ne sont pas toujours évidents.

Les consignes des clients. Certains donnent des consignes très claires, d’autres n’en donnent pas du tout. Parfois ils disent une chose, pour changer d’avis plus tard. Il faut être proactif, soulever des questions en cas de doute et s’attaquer aux problèmes dès qu’ils surviennent si l’on souhaite éviter du travail supplémentaire.

Le temps investi. Certains clients ont tendance à envoyer des documents mal traduits parce que la révision coûte moins cher, et certains traducteurs envoient du travail fait à moitié parce qu’ils enchaînent les délais. Dans les deux cas, cela signifie beaucoup de travail supplémentaire pour le réviseur.

La responsabilité. Comme le réviseur est la dernière personne à juger la qualité d’un texte, il lui incombe beaucoup de responsabilité. Tout comme le traducteur, le réviseur reste invisible sauf s’il y a un problème.

L’interférence linguistique. Trait qu’il a probablement en commun avec le traducteur, le réviseur passe tellement de temps entre plusieurs langues, analysant tous les détails, que des moments brefs de confusion peuvent se produire, où la langue étrangère commence à influencer la langue maternelle.

 

[i] Comité européen de normalisation. 2006. Norme européenne EN 15038:2006. Services de traduction, exigences requises pour la prestation du service. Bruxelles, Institut belge de normalisation.

[ii] ISO 17100:2015 Translation Services-Requirements for Translation Services. Technical Committee ISO/TC37, 2015.

 

Relire un texte sans connaître la langue source : mission impossible ?

Par Célia Jankowski, étudiante M2 TSM

 

Relire un texte, tout bon traducteur le sait, n’est pas une tâche anodine. La relecture est une étape indispensable du processus traductif, et ne doit en aucun cas être prise à la légère. Peu d’agences ou de traducteurs renvoient à leurs clients des textes non relus.

Or, imaginez cette situation : vous êtes traducteur, et on vous demande de relire un texte, afin de corriger les éventuelles erreurs et coquilles oubliées par le traducteur. Pas de problème, vous répondez. Vous recevez le document, l’ouvrez dans votre outil de TAO préféré, et là, horreur : le texte source est dans une langue que vous ne maîtrisez pas du tout ! Vous n’en comprenez pas un mot. Vous demandez confirmation auprès de celui ou celle qui vous a demandé d’effectuer cette tâche : non non, il n’y a pas d’erreur, c’est bien le bon document.

Un traducteur, confronté pour la première fois à ce genre de situation, peut être déconcerté. Est-ce normal de recevoir une telle demande ? Est-ce seulement possible ?

Pas de panique, c’est tout à fait faisable. Mais un peu différemment.

Revision1Ne vous inquiétez pas, ça va aller !

 

Lorsque vous révisez un texte, en général, le but est bien sûr de relever et corriger les fautes d’accord, de frappe, de ponctuation, ainsi qu’améliorer la syntaxe si nécessaire. Mais il faut aussi aller un peu plus loin et comparer la traduction à l’original, vérifiant ainsi que tout les éléments présents dans la source sont bien retranscrits dans la cible, et ce de manière correcte. Bien évidemment, ce dernier point est impossible sans comprendre la langue du texte source ; dans notre cas, il faudra donc faire l’impasse sur ce point. Qu’à cela ne tienne ! L’agence ou la personne qui vous a confié cette tâche fait manifestement confiance à son traducteur, il ne vous reste plus qu’à vous mettre au travail. Commencez par déterminer le skopos du texte : à qui est-il destiné ? Pourquoi a-t-il été rédigé ? N’hésitez pas à poser ces questions à celui qui vous a confié la relecture si vous ne parvenez pas à déterminer cela seul : les réponses à ces questions sont primordiales pour une bonne relecture.

Ensuite, comme dans une relecture traditionnelle, il reste à corriger les fautes de frappe, d’accord, d’orthographe éventuelles, améliorer la syntaxe si vous le jugez nécessaire… Et puis vous tombez sur un mot, une expression qui vous semble étrange et peu adaptée au contexte. Oui, mais voilà : comme expliqué précédemment, pas moyen de vérifier dans le texte source si c’est vraiment le bon terme. Et pas question de passer au traducteur automatique pour tenter de trouver une réponse vous-même ! La seule solution : marquer le mot ou expression posant problème, et le signaler lorsque vous renverrez le texte relu.

Votre relecture est terminée. N’oubliez pas de résumer les problèmes au moment de renvoyer le fruit de votre labeur, et votre rôle s’arrête (normalement) là. Ouf, ce n’était pas si compliqué au final, quoiqu’un peu fastidieux et étrange. Mais n’existe-t-il pas une meilleure façon de réaliser une telle relecture ?

Eh bien, si ! Il est possible d’effectuer ce que l’on appelle une « relecture croisée », qui fait collaborer le relecteur et le traducteur. Le relecteur relit à voix haute la traduction, pendant que le traducteur relit silencieusement l’original, en vérifiant qu’il a bien retranscrit le sens dans sa traduction. Il peut à ce moment-là demander confirmation à son relecteur, lui précisant le sens de l’expression ou du terme dont il n’est pas sûr et lui demandant si l’idée est bien retranscrite. Cela permet un véritable échange entre le traducteur et le relecteur, qui peuvent ainsi se poser des questions et se faire des remarques en direct, et modifier la traduction immédiatement, sans que le relecteur ait besoin d’annoter les termes lui posant problème, problème que parfois le traducteur ne comprend pas forcément.

Du point de vue du traducteur, cela lui permet d’économiser du temps : en effectuant les modifications nécessaires au fur et à mesure de la relecture, pas besoin de rouvrir une nouvelle fois le texte à la fin de celle-ci pour retrouver les anomalies détectées par le relecteur. Du point de vue du relecteur, cela lui permet d’en apprendre plus sur le texte source, de mieux comprendre ce qu’il relit et de poser autant de questions que nécessaire à l’auteur de la traduction, ainsi que d’être plus sûr de lui dans ses suggestions : plus besoin de tergiverser de son côté quant à l’adéquation d’un certain terme, il n’a qu’à faire part de ses doutes au traducteur.

Une telle pratique a de nombreux avantages : plus les deux acteurs travaillent ensemble, plus la relecture sera efficace : le relecteur apprend des habitudes de traductions du traducteur, et le traducteur enregistre les remarques du relecteur. Une véritable collaboration se crée, et une « équipe » naît, qui s’entraide et qui se fait confiance.

La relecture croisée peut très bien se faire avec un relecteur chevronné, mais aussi avec un relecteur novice : le traducteur lui apprend les « ficelles » du métier et lui explique au fur et à mesure les choix à faire selon les problèmes rencontrés. Inversement, un relecteur (ou traducteur, qui ici endossera le rôle de relecteur) peut très bien s’associer à un traducteur novice, pour l’aider à parfaire sa traduction et lui expliquer comment éviter certaines erreurs.

Revision2Il est toujours possible d’appeler du renfort pour des expressions particulièrement coriaces.

 

Mais pourquoi vous confier une telle tâche, me demanderez-vous ? Eh bien, vous étiez peut-être la seule personne pouvant bien relire un document spécifique, que ce soit de par votre expertise en la matière dont le texte traite, ou bien vous étiez tout simplement la seule personne disponible dont la langue maternelle est celle du texte cible ou à même d’effectuer la relecture dans les délais.

Cela a été mon cas lorsque j’ai effectué mon tout premier stage de traduction dans une agence belge. Située dans la partie néerlandophone du pays, je ne m’attendais cependant pas à devoir relire des textes dans une langue source qui m’était totalement inconnue : le néerlandais. En effet, la plupart des commandes reçues consistaient à traduire des textes néerlandais vers le français, ce que j’étais par conséquent incapable de faire. Je me suis donc vu assigner le rôle de relectrice. Cependant, une fois la surprise initiale passée, et à l’aide d’une relecture croisée quasi systématique pratiquée avec mon maître de stage, tout s’est bien déroulé !

Voilà pourquoi il ne faut pas vous laisser impressionner par cette tâche sous le prétexte que la langue source vous est inconnue. Celui qui vous a confié cette tâche avait très certainement de bonnes raisons de vous l’attribuer, et vous êtes très certainement capable de l’effectuer sans problème ! À vos claviers.

Revision3Ça va mieux ?

 

La relecture croisée vous intéresse, et vous souhaitez en savoir plus à ce sujet ? Je vous invite à lire cet article de Jean-François Allain, publié en 2010 dans la revue en ligne Traduire, numéro 223.

QA et LSO : quelle différence ?

Par Elisabeth Jacob, étudiante M2 TSM

Comme nous l’explique cet article du magazine Wired, lorsque l’on écrit, notre cerveau a tendance à se focaliser sur le sens des mots, et non pas sur les mots eux-mêmes. C’est pour cette raison qu’il est très difficile de relire et de corriger son propre travail : notre cerveau connait déjà le message et se contente de reconnaître les mots, sans réellement les lire. On ne voit donc plus ses erreurs !

Les traducteurs n’échappent pas à la règle. Il est donc très important de faire vérifier les traductions par d’autres intervenants afin de garantir la meilleure qualité possible à la livraison d’un projet.

mistake-3085712_640

Pour cette raison, il est nécessaire de faire plusieurs types de vérifications tout au long du projet de traduction.

L’assurance qualité (QA)

Afin de livrer un travail de la meilleure qualité possible, deux étapes d’assurance qualité (ou QA pour Quality Assurance) sont généralement prévues au cours d’un projet de traduction.

Le QA linguistique

Cette première vérification a lieu juste après les étapes de traduction et de révision. Le but est d’éradiquer les erreurs linguistiques qui pourraient subsister dans le texte. Il faut donc faire particulièrement attention :

  • à la grammaire
  • à l’orthographe
  • aux règles de typographie
  • au sens
  • à la terminologie
  • au respect des instructions du client et du guide de style.

Une fois ce travail réalisé, le document doit être mis en page. Cette étape, que l’on appelle PAO (pour Publication Assistée par Ordinateur), se fait généralement sur des logiciels spécialisés comme par exemple Adobe InDesign.

Le QA technique

La deuxième étape d’assurance qualité permet de s’assurer que la mise en page est conforme aux attentes du client. Il ne s’agit plus de s’intéresser à la traduction à proprement parler, mais à tout ce qui l’entoure, comme :

  • les polices
  • les images
  • les liens
  • la mise en page

Ainsi, ces deux étapes de QA, l’une linguistique et l’autre technique, permettent de vérifier que le projet est prêt pour la livraison. C’est en tout cas la théorie ! Cependant, en pratique, c’est une autre histoire.

Dans les agences qui prennent en charge des projets multilingues, il arrive souvent que la personne en charge du QA technique ne comprenne pas la langue dans laquelle le document est rédigé. En principe, elle n’a pas besoin de comprendre le texte, puisqu’elle ne traite que les aspects techniques de mise en page. En revanche, si une partie d’un texte est tronquée à la fin d’une ligne, ou si un mot ne s’affiche pas dans le titre parce que la police est trop grande, cela peut quelques fois passer inaperçu. (Imaginez par exemple devoir travailler sur un texte dont vous ne connaissez même pas l’alphabet !)

Pour pallier ce problème, et quand les délais le permettent, la majorité des agences de traduction mettent en place une troisième et dernière étape d’assurance qualité : le Linguistic Sign-Off (ou LSO).

Le Linguistic Sign-Off (LSO)

Le LSO, c’est donc la toute dernière étape d’un projet avant la livraison. Le texte va être relu une dernière fois (cette fois-ci dans son format final, et non plus dans un outil de TAO comme c’était le cas du QA linguistique) pour s’assurer que tout s’affiche correctement. C’est donc une étape très importante puisqu’elle va permettre de déterminer si oui ou non, un document est prêt à être publié.

S’il vous est un jour confié une tâche de LSO, il vous faudra porter votre attention sur les points suivants :

  • les titres
  • les formats de dates
  • les unités de mesure
  • le texte tronqué ou manquant
  • les majuscules
  • les oublis de traduction
  • les liens
  • la ponctuation
  • les graphiques et les images
  • les listes à puces

La plupart du temps, les LSO se font sur des documents au format PDF. Ainsi, à chaque fois que l’on remarque un problème, il suffit d’ajouter une note à l’endroit correspondant. Une fois la vérification faite sur l’ensemble du document, il faut alors renvoyer le PDF au graphiste afin qu’il puisse effectuer les changements. Ce dernier renvoie ensuite le texte à la personne en charge du LSO qui va pouvoir de nouveau vérifier que tout est correct.

L’année dernière, pendant mon stage dans une agence de traduction, j’ai eu l’occasion de découvrir un outil spécialement conçu pour les QA et les LSO. Il s’agit d’une plateforme en ligne appelée Webproof. Elle est très pratique puisque qu’elle permet à plusieurs personnes de suivre simultanément l’avancée du travail.

Lorsque le réviseur en charge du QA termine de relire une page, le graphiste reçoit automatiquement une notification lui indiquant s’il doit effectuer ou non des changements sur cette page. Lorsqu’il a terminé son travail, le réviseur reçoit à son tour une notification pour aller vérifier que la mise en page a bien été faite, et ainsi de suite jusqu’à ce que le document soit prêt pour la livraison finale.

Ce système limite considérablement les échanges d’e-mails et les envois de documents ! Si vous souhaitez l’essayer, sachez qu’il est gratuit pour les free-lances.

 

Sources :

https://www.wired.com/2014/08/wuwt-typos/

http://novalo.com/lso-como-dar-el-visto-bueno-linguistico-a-un-producto/

http://www.mbonilla.es/services/linguistic-sign-off-lso/?lang=fr

http://www.webproof.com/

Koomeo, le nouveau système de gestion de traduction collaboratif

Par Lucie Lambert, étudiante M2 TSM

Capture1

 

Lancée à l’été 2017, la plate-forme Koomeo est un outil en ligne qui permet de concevoir, de gérer et de mener à bien toutes les étapes de projets de traduction multilingues. Depuis un même espace, les différents intervenants d’un projet collaborent en utilisant les outils de TAO mis à leur disposition.

La création de Koomeo répond à un besoin particulier, à savoir la traduction d’un site Web et d’une interface d’un éditeur de programmes de téléphonie. Après des échanges avec des traducteurs, la plate-forme est née : les développeurs ont ainsi créé un outil capable de répondre à leurs besoins en collaborant avec des traducteurs externes, tout en gérant la qualité du contenu très technique de façon interne.

L’accès à la plate-forme requiert un identifiant et un mot de passe. Pour plus de sécurité, les données importées et crées sont hébergées dans un data center en France : toutes les actions effectuées sont tracées et les projets sont sauvegardés.

Compte tenu de sa récence, l’outil n’a pas encore atteint tous les objectifs de ses développeurs : des fonctionnalités sont ajoutées fréquemment et les bugs sont traités dès leur signalement.

 

Pour qui ?

La plate-forme s’adresse à plusieurs types de personnes :

  • Les professionnels de la traduction pour contrôler l’avancement de leurs projets
  • Les chefs d’entreprises pour développer leurs activités à l’international
  • Les développeurs pour traduire leurs logiciels et interfaces
  • Les étudiants et les professeurs pour réaliser des exercices pratiques. Déjà trois universités françaises ont intégré Koomeo dans le cadre des cours de traduction.

 

Comment cela fonctionne-t-il ?

La collaboration est sans doute le principal atout de cet outil : les collaborateurs peuvent accéder depuis un même espace à tous leurs projets, qu’ils soient gestionnaires, traducteurs ou réviseurs, et surtout, peu importe où ils se trouvent, seule une connexion Internet suffit ! Les développeurs ont voulu créer un espace de travail agréable, grâce à ses couleurs, et propice à l’échange.

 

Capture2

Accueil du Workshop, avec la possibilité de changer de rôle grâce au menu déroulant.

 

Chaque membre de Koomeo a accès à son propre « Workshop », où il pourra prendre le rôle qu’il souhaite à travers les différents modes qui lui sont proposés. Le profil devra alors être agrémenté, entre autres, des langues de travail afin de faire connaître ses compétences linguistiques. Les différents modes ont pour but de faciliter la collaboration et chacun d’entre eux a des tâches et des droits spécifiques.

Depuis l’accueil, les membres ont accès à différents éléments tels qu’un calendrier, une messagerie ou encore un pense-bête. Tout est fait pour accéder à toutes les fonctionnalités en un seul clic.

 

1. Mode « Chef de projet »

Le mode « Chef de projet » donne le droit de créer et de gérer des projets multilingues.

Après avoir donné un nom, indiqué des langues de travail et une date de livraison, il faut rattacher au projet un document à traduire. Celui-ci peut être un fichier Word (.doc) ou un fichier sous-titre (.srt). La prise en charge des fichiers Excel, PowerPoint, PDF et Adobe Illustrator sera bientôt disponible. Grâce à un plug-in spécifique, Koomeo permet l’intégration des projets Visual Studio afin de contrôler plus facilement la gestion des langues des interfaces de logiciel.

Une fois ces informations indiquées, il est possible d’importer ou de créer une mémoire de traduction (au format .tmx) et des lexiques (au format .xls). Des données supplémentaires peuvent être ajoutées comme des commentaires ou des « tags », c’est-à-dire des mots-clés qui permettront de retrouver plus rapidement un projet.

Le document est alors segmenté et prêt à être utilisé. Le chef de projet doit ensuite assigner le projet aux collaborateurs compétents faisant partie de son cercle. Grâce aux langues définies dans le profil de chaque collaborateur, le chef de projet peut visualiser les compétences linguistiques de chacun.

Capture3

Le chef de projet assigne le travail à ses collaborateurs avec un simple glisser/déplacer.

 

Les collaborateurs qui ont été choisis pour effectuer le travail verront le projet apparaître directement dans leur Workshop.

Le chef de projet peut vérifier l’avancement des projets grâce à des conteneurs de progression qui lui indiquent, au moyen de couleurs et de pourcentages, les étapes en cours ou terminées.

 

 2. Mode « Traducteur »

Comme son nom l’indique, le mode « Traducteur » permet d’effectuer la traduction.

L’utilisateur a le choix entre plusieurs options d’affichage des segments, selon ses préférences. Une fois le segment source sélectionné, le segment cible s’affiche : il reste à taper la traduction et à appliquer le formatage voulu à partir de la zone de texte.

Capture4

Il est également possible d’ajouter des commentaires pour communiquer avec les autres intervenants du projet. Une fois la traduction du segment terminée, il faut l’enregistrer et passer au segment suivant.

Si une mémoire de traduction a été ajoutée, les correspondances sont automatiquement copiées dans les segments de la langue cible. De plus, il est possible de configurer le pourcentage de correspondance pour une propagation personnalisée. Depuis peu, la plate-forme alerte le traducteur lorsque celui-ci n’a pas utilisé la terminologie adaptée sur la base du lexique rattaché au projet.

Lors de la traduction, sont notamment accessibles un correcteur orthographique (disponible en 13 langues) et un outil de traduction automatique.

Une fois la traduction terminée, le traducteur peut relire sa traduction sans la segmentation grâce à un mode « lecture ».

 

3. Relecture

Avec le mode « Relecture », si le relecteur veut modifier la traduction initiale, il doit proposer une nouvelle version ; le suivi de modification sera disponible très prochainement, ce qui donnera la possibilité de repérer très facilement les modifications. Il a également accès aux mêmes outils que le traducteur. Il incombera ensuite au chef de projet de valider ou non les segments.

Capture5

Une fois la révision effectuée, le chef de projet peut valider le projet, puis l’exporter à son format source.

 

Conclusion

Compte tenu de sa récente création, il faut garder à l’esprit que l’outil est toujours en développement. Le but principal est, pour le moment, de le mettre au point.

Certains trouveront cet outil trop simpliste, mais c’est justement ce qui m’a plu. En tant qu’étudiante du Master TSM, dans lequel nous manipulons des outils à vocation similaire bien plus complexes, j’ai apprécié trouver un espace de travail plus épuré, sans fonctionnalités superflues qui viennent freiner le processus de travail et l’ergonomie de l’outil.

Je pense que la plate-forme peut être utile aux traducteurs indépendants qui n’ont jamais eu l’occasion de manipuler ce type d’outil et qui ne souhaitent pas se perdre dans des fonctionnalités dont ils n’auront jamais l’utilité. La plate-forme est synonyme de simplicité et de rapidité. De plus, Koomeo facilite la prise en main grâce à des vidéos dans lesquelles certaines étapes sont expliquées.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet outil, sachez que la création d’un Workshop est gratuite pour tout le corps enseignant, ainsi que pour les étudiants.

 

Je tiens à remercier l’équipe de Koomeo pour leur collaboration, en particulier M. Roca pour la présentation de son outil.

Toutes les captures d’écran sont la propriété de Koomeo, utilisées avec accord.