Éléments clés pour un blog de traduction à succès

Article original en espagnol Ideas clave para tener éxito con un blog de traducción publié par Olga Jeno sur son blog.

Traduction française de Romain Woch étudiant en M1 TSM à l’Université de Lille.

 

Le 4 avril 2017, j’ai eu l’opportunité et l’immense joie d’être interviewée par Gabriel Cabrera pour les #HangoutsTrágona. Le sujet principal de cet entretien portait sur les blogs de traduction : l’expérience de 20 000 langues.

ideas-clave-para-tener-ecc81xito-con-un-blog-de-traducciocc81n

Eh bien, aujourd’hui je vais vous présenter un petit résumé comportant plusieurs éléments clés que vous pouvez suivre afin d’apporter les ingrédients nécessaires à votre blog pour qu’il soit réussi. À vos notes !

  • Un traducteur doit savoir s’adapter à toute situation : tirer profit des nouveautés, des nouvelles technologies et des nouveaux réseaux sociaux. Il faut avoir plusieurs cordes à son arc. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 3 : 40 min].
  • Les sujets les plus porteurs pour un blog de traduction : les ressources et les articles récapitulatifs. Pourquoi ? Parce que nous aimons tous suivre un certain ordre et disposer d’outils pour nous aider dans notre travail. Dès lors, quoi de mieux que d’inclure tous ces ingrédients dans un article récapitulatif de qualité ? [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 12 : 40 min].
  • Un blog peut être une source de revenus : à condition qu’il s’agisse de l’approche qui sera adoptée dès le départ, car de nos jours, se faire connaître sur le web est primordial. De plus, il existe un certain nombre d’avantages qui s’obtiennent avec une bonne visibilité en ligne. Votre blog est votre carte de visite personnalisable. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 11 : 44 min].
  • Il faut 3 ingrédients magiques pour réussir un blog de traduction : il s’agit de patience ou encore d’avoir la motivation nécessaire pour gérer un blog. La persévérance est un autre aspect très important puisque faire le premier pas en créant un blog est relativement simple mais le plus compliqué est de rester à la page. Enfin, je voudrais souligner le bon choix du sujet à développer : pour ce faire, nous devons analyser le marché. Aucun blog ne peut fonctionner sans ces piliers. La plus grande récompense pour un blogueur réside dans la volonté des internautes de lire son blog et de l’apprentissage qu’ils tirent de son contenu. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 16 : 25 min et 38 : 48 min].
  • Comment éviter que votre blog n’ait une mauvaise image : mettez un point d’honneur à la rédaction et à l’orthographe. Nous sommes humains et il n’est pas rare de faire des erreurs, mais nous devons être capables de les corriger et d’apprendre de ceux qui en savent davantage que nous (parce que nous trouverons toujours quelqu’un qui en sait plus que nous). Par ailleurs, nous devons éviter de toujours écrire sur le même sujet. S’il existe déjà un article qui traite un certain thème, il n’a pas d’intérêt à le reprendre pour simplement reformuler les mêmes idées. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 18 :06 min].
  • Si nous sommes intéressés par la création d’un blog spécialisé, nous devrions considérer : analyser le marché pour découvrir ce qui n’a pas encore été exploré et cesser de rédiger les mêmes choses, pour cela il y a d’autres blogs qui se sont déjà forgés une position dans le réseau. Vous devez élaborer des stratégies et vous adapter au public que vous souhaitez atteindre. Gardons à l’esprit que nous devrions essayer d’apporter quelque chose de nouveau. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 24 :15 min].
  • Se pourrait-il que le marché des blogs de traduction soit saturé ? Comment reconnaître les blogs de qualité ? Il est conseillé d’analyser les sources consultées et la fréquence des publications. Il y a de nombreux blogs de traduction qui ont été lancés avec les meilleures intentions du monde et qui ont été abandonnés par manque de temps ou pour d’autres raisons. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 28 : 04 min et 30 :40 min].
  • Comment gérer les commentaires des articles : n’oubliez pas de répondre aux commentaires car c’est un moyen de se rapprocher de vos lecteurs et de montrer l’intérêt que vous leur portez. Nous aimons créer ce lien avec nos lecteurs en laissant une conclusion ouverte pour qu’ils puissent profiter de cette ouverture et ainsi donner leur avis. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 35 : 43 min et 45 : 12 min].
  • Comment exploiter les réseaux sociaux pour attirer plus de lecteurs : analysez les statistiques de vos articles pour découvrir quel réseau social vous donne le plus de visibilité. Lorsque vous aurez tout mis au clair, vous devrez adopter une stratégie qui vous apportera davantage de lecteurs et une meilleure visibilité. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 48 : 45 min].
  • Que faire si après quelques mois nous manquions parfois de temps pour écrire de nouveaux articles : dépoussiérer d’anciens articles, préparer une nouvelle introduction, les présenter d’une manière différente pour créer l’intérêt des lecteurs, mettre en place une nouvelle en-tête, etc. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 50 : 07 min].
  • Comment répondre aux commentaires négatifs des lecteurs : pour commencer, il est important de garder à l’esprit que nous sommes tous humains et que nous pouvons nous tromper. Il faut savoir comment corriger l’éventuelle erreur et essayer d’en tirer des leçons pour ne pas retomber dans le piège. Si vous recevez un commentaire négatif, vous devez savoir comment répondre correctement au lecteur afin de ne pas le décourager de continuer à vous lire et d’éviter (au passage) une mauvaise publicité. Gardez la tête haute car les mauvais commentaires apparaissent toujours aux moments les plus inattendus. Il faut savoir comment tirer profit des obstacles qui se trouvent sur votre route et aller de l’avant. Par ailleurs, avoir reçu un mauvais commentaire signifie que votre blog est lu et c’est exactement ce que nous voulons : être lus. [Pour plus de détails vous pouvez vous reporter à la vidéo, 59 : 00 min].

 

La plus grande récompense pour un blogueur réside dans la volonté des internautes de lire son blog et de l’apprentissage qu’ils tirent de son contenu.

Je vous laisse jeter un œil à la vidéo complète pour ne rien manquer et profiter de son contenu :

 

 

 

 

Bon courage à tous ceux qui souhaitent avoir un blog de traduction ! Si vous êtes sur le point d’en commencer un, n’oubliez pas vous devez le chérir et tout en y prenant du plaisir. Allez, lancez-vous !

Utiliser Twitter pour réseauter avant, pendant et après les conférences

464.-Twitter-tips-for-networking-at-conferences

Article original en anglais Using Twitter for networking before, during and after conferences rédigé par Catherine Christaki (@LinguaGreca) et publié sur le blog https://linguagreca.com/blog/.

Traduction en français réalisée par Solenn Georget-Delannée, étudiante en M2, Master TSM à l’Université Lille3

La saison des conférences est de retour ! La période de septembre à novembre est chaque année la plus chargée en conférences et en événements professionnels : de formidables opportunités pour réseauter entre collègues et clients (potentiels).

Afin de tirer le meilleur des évènements auxquels vous avez prévu d’assister, je vous ai préparé quelques conseils pour utiliser Twitter et réseauter ainsi au mieux avant, pendant et après l’événement. J’utiliserai INBOUND 15 comme exemple, un événement qui se tient à Boston du 8 au 11 septembre et auquel je vais assister. Voici mon aide-mémoire :

Avant la conférence

  • Quelques mois avant la date de la conférence, trouvez le hashtag de l’événement. Consultez le compte Twitter de l’organisateur ou de l’événement (parfois le hashtag est indiqué dans la section du profil). Pour notre exemple le compte et le hashtag sont les suivants : @INBOUND et #INBOUND15. Si vous ne trouvez pas le hashtag de l’événement, cherchez sur Google (par exemple : hashtag INBOUND 2015°). Si cela ne fonctionne pas, posez la question à l’organisateur sur Twitter ou à vos abonnés (Quel est le hashtag pour INBOUND 2015 à Boston ?)
  • Utilisez le hashtag et le nom de l’événement sur Twitter et Google pour chercher un code promo si vous ne vous êtes pas encore inscrit à la conférence. Cela fonctionne quelques mois ou même quelques jours avant l’événement si vous avez manqué les tarifs de pré-inscription. En utilisant le mot clé « promo INBOUND15 » sur Twitter, voici l’un des nombreux tweets qui s’affichent :

 

464.-Inbound-discount-code-tweet

Vous allez à Boston pour la conférence #INBOUND15 de @hubspot’s ? Baissez le prix de votre entrée de 25 % avec le code promo CPO2015 » hubs.ly/H0115j10

 

Si vous utilisez un outil de gestion de vos réseaux sociaux comme Hootsuite pour voir vos actualités Twitter (listes des personnes que vous suivez, mots-clés et hashtags), ajoutez un flux avec le hashtag de la conférence afin de rester informé des dernières nouvelles. C’est de cette manière que j’ai découvert qu’il existait un événement spécial pour les Canadiens participant à INBOUND, ainsi que cette superbe initiative d’échange de souvenirs qui va aider les personnes plus réservées – comme moi – à réseauter avec les milliers de professionnels du marketing présents à la conférence de Boston.

Écrivez quelques tweets en rapport à la conférence, comme un billet de blog que vous avez lu ou écrit sur des sujets abordés pendant l’événement. Ou que pensez-vous d’un tweet drôle ? (Je me prépare pour #INBOUND15, tellement hâte d’apprendre et de réseauter avec d’autres experts du secteur marketing !) Écrivez ces tweets juste avant de prendre l’avion ou lorsque vous arrivez.

Écrivez un billet portant sur des conseils pour cette conférence spécifique ou pour la préparation d’événement en général et partagez-le avec vos abonné·e·s accompagné du hashtag de l’événement. Exemple : Ce billet que je vais partager aujourd’hui sur Twitter avec les hashtag #INBOUND15

 

  • Vérifiez les tweets dans le flux du hashtag afin de trouver des personnes que vous pourriez avoir envie de rencontrer à la conférence et entrez en contact avec eux via un tweet aimable. Exemple : @XXX j’ai lu avec plaisir votre dernier article sur LinkedIn à propos de [XYZ], j’apprécierais d’en discuter davantage avec vous à #INBOUND15. À bientôt à Boston ! OU

464.-Example-tweet-before-conference

Mon objectif à #Inbound15 est de rencontrer @Ikolo25 + Carly Sec en PERSONNE – meilleurs auteurs de blog qui me nourrissent intellectuellement et professionnellement twitter.com/Ikolo25/status…

Remarque : Éviter de prendre rendez-vous (heure et lieu) publiquement sur Twitter ; échangez plutôt des e-mails.

Lectures complémentaires : 4 manières simples de réseauter sur Twitter avant une conférence ou un événement (en anglais)

 

Pendant la conférence

  • Suivez le flux du hashtag constamment tout au long de l’événement. C’est ainsi que vous apprendrez les changements de planning (heures, salles, etc.), les événements secondaires passionnants (comme une rencontre Twitter sur place pendant l’événement), les rassemblements et fêtes organisés à l’improviste.
  • Suivez et répondez aux tweets qui mentionnent votre nom. Faites-le aussi rapidement que possible et non pas 24 heures plus tard quand quelqu’un vous pose une question, vous remercie pour un retweet ou essaie de vous trouver parmi la marée de participants.
  • À FAIRE : Live-tweeter ! C’est la meilleure utilisation de Twitter pendant les conférences. Il s’agit de ma méthode préférée pour prendre contact pour la première fois (puis, j’invite la personne à se connecter sur LinkedIn et ensuite, si j’ai une raison des les recontacter, une raison non commerciale, je leur envoie un e-mail). Live-tweeter est la meilleure manière de montrer que vous avez apprécié une présentation. Vous pouvez prendre des notes et les transformer plus tard en billets à propos de la conférence (voir l’exemple d’un billet que j’ai écrit en me basant sur mes tweets pendant #ITIConf13), mettre en ligne des photos (vous avec le badge de la conférence et autres petits gadgets que vous avez récupéré à l’événement, des captures d’écran de présentations avec vos commentaires, des questions que vous pourriez avoir à propos d’une séance ou de l’endroit où se situe la source de café la plus proche, et ainsi de suite).

Lisez cet excellent article avec des conseils pour live-tweeter pendant les événements (en anglais) (Google Doc) ou cet article, 10 conseils faciles pour live-tweeter lors d’événements (en anglais).

L’essentiel pour live-tweeter N’oubliez pas d’ajouter le hashtag de l’événement à chaque tweet. Si vous tweetez à propos d’une séance, ajoutez d’abord le hashtag puis le nom Twitter du présentateur puis votre commentaire et ensuite une photo (facultatif, mais recommandé).
Exemple : #INBOUND15 @présentateur : Twitter est un excellent moyen de réseauter pendant les conférences [lien photo]

Si vous débutez ce tweet avec le nom Twitter du présentateur, il aura le format d’une réponse. Cela signifie que seules les personnes vous suivant tous les deux pourront voir ce tweet. Cependant, si vous ajoutez le hashtag de l’événement, votre tweet sera visible par tous ceux qui cherchent et voient les tweets pour ce hashtag.

Si vous ne connaissez pas le nom Twitter du présentateur ou d’aucun autre participant, vous pouvez utiliser la recherche Twitter sur votre appareil mobile pour le trouver. N’oubliez pas d’apporter votre chargeur à l’événement, live-tweeter consomme beaucoup de batterie.

 

Après la conférence

  • Regardez sur LinkedIn les profils des personnes avec qui vous avez discuté sur Twitter pendant la conférence et ajoutez un tag (exemple facile : le hashtag de l’événement). Puis envoyez-leur des invitations personnalisées à se connecter avec vous (exemple facile : utilisez les tweets que vous avez échangés avec eux pendant l’événement). Cela met fin au stress d’après conférence où il faut trier toutes les cartes de visite amassées !
  • Utilisez votre live-tweet pour créer un album digital de l’événement, par exemple en utilisant un outil comme Storify, ainsi qu’une collection des points forts de la conférence, que vous pouvez partager avec votre communauté en ligne. Ou alors, suivez le flux du hashtag de l’événement, l’un des participants va créer un tel album et il inclura vos tweets, n’est-ce pas agréable ?
  • Utilisez votre live-tweet pour écrire des billets à propos de votre ressenti sur la conférence ou à propos de sujets spécifiques qui ont fait l’objet d’une discussion lors des présentations de la conférence auxquelles vous avez assisté. Après la publication de ces billets, n’oubliez pas de les partager sur les réseaux sociaux avec le hashtag de l’événement.

Ce sont là quelques moyens d’utiliser Twitter en tant qu’outil de réseautage efficace pendant les conférences et les événements. Voulez-vous ajouter d’autres conseils qui vous ont aidés à tirer le meilleur parti d’un événement professionnel ?

Lectures complémentaires
La saison des conférences est de retour. (en anglais) N’ayez pas peur de Twitter. (en anglais)

 

 

À propos de l’auteure

4738669adb43c64d65aa80d50d3f9612 Catherine Christaki est traductrice anglais-grec à temps complet depuis 2001 et co-propriétaire depuis 2012 de Lingua Greca Translations, agence basée à Toronto. Elle est spécialisée dans les textes informatiques, médicaux et de techniques et adore écrire pour le blog Adventures in Technical Translation. Elle partage régulièrement ses acquis et ses connaissances sur les réseaux sociaux et l’utilisation d’un blog pour les traducteurs en donnant des interviews et en proposant des présentations lors de conférences. Contactez-la sur Twitter @LinguaGreca.

LinkedIn et les profils multilingues

Article original en anglais Multilingual profiles on LinkedIn rédigé par Catherine Christaki (@LinguaGreca) et publié le 19 juillet 2016 sur le blog The Savvy Newcomer :

Traduction en français réalisée par Quentin Pacinella, étudiant en M2, Master TSM à l’Université Lille3

 

multilingual-profiles-on-linkedin

Lancé en 2003, LinkedIn est actuellement le troisième réseau social le plus répandu en termes de visiteurs uniques mensuels, juste derrière Facebook et Twitter. En tant que plus grand réseau professionnel en ligne du monde, la plateforme compte plus de 400 millions de membres répartis dans plus de 200 pays et territoires. Plus de la moitié des sociétés B2B trouvent leurs clients via la plateforme.

Une grande partie des membres de LinkedIn (67 % en avril 2014) se trouvent en-dehors des États-Unis et certains, y compris des linguistes et leurs clients (potentiels ou existants) maîtrisent plusieurs langues. LinkedIn offre à ses utilisateurs la possibilité de créer des profils supplémentaires dans d’autres langues.

C’est, selon moi, une bonne idée d’avoir des profils en deux langues (ou plus) quand on est traducteur ou interprète. Un profil multilingue peut mettre en avant vos compétences linguistiques et votre maîtrise de différentes langues. En plus, c’est un super atout pour le SEO. Les mots clés présents aussi bien dans votre profil original que dans votre profil traduit amélioreront votre présence sur l’Internet ainsi que votre classement dans les recherches (sur LinkedIn et dans des moteurs de recherche).

 

Configurer votre profil dans une seconde langue

Il est impossible de changer la langue de votre profil principal une fois que vous l’avez configuré, vous devez donc créer un profil secondaire dans une deuxième langue via le profil existant. Il vaut mieux éviter de créer un tout nouveau profil (avec une adresse e-mail différente). Avoir deux profils séparés ou plus peut semer la confusion chez les personnes qui vous cherchent.

Pour créer votre nouveau profil, connectez-vous à votre compte LinkedIn actuel puis cliquez sur Profil > Voir le profil en tant que > Créer un profil dans une autre langue. Ou, connectez-vous et cliquez ici.

Sélectionnez votre langue dans la liste déroulante. LinkedIn.com publie du contenu et fournit un service client dans les langues suivantes : anglais, allemand, arabe, chinois (simplifié), chinois (traditionnel), coréen, danois, espagnol, français, indonésien, italien, japonais, malais, néerlandais, norvégien, polonais, portugais, roumain, russe, suédois, tagalog, tchèque, thaï, et turc.
D’autres langues sont envisagées pour le futur (le grec n’était pas situé très haut dans la liste des priorités quand j’ai regardé en 2014, au cours d’une présentation de LinkedIn lors du Localization World à Dublin). Vous trouverez ici la liste des langues prises en charge par l’application mobile de LinkedIn.

Localisez votre nom et votre prénom, si nécessaire, puis traduisez votre résumé professionnel (en gardant à l’esprit les conseils habituels : servez-vous de l’espace et ne vous contentez pas d’indiquer « traducteur grec », essayez de mentionner un avantage dont le client pourrait bénéficier en travaillant avec vous).

Éditez votre nouveau profil. Traduisez ou rédigez dans la seconde langue en suivant l’ordre de priorité suivant : Le Résumé, l’énoncé et la description des emplois dans la section Expérience, les Conseils pour contacter. Ensuite, parcourez le reste des sections et traduisez au besoin. Tout ce que vous traduirez en plus dans votre profil secondaire sera du bonus, mais les trois sections que j’ai présentées sont importantes car elles constituent les parties les plus visibles de votre profil, celles que les clients potentiels regardent et utilisent pour décider si vous êtes la personne qu’il faut pour leur projet de traduction/d’interprétation.

 

Fonctionnement d’un profil LinkedIn multilingue

Les visiteurs verront votre profil dans la langue qui correspond à celle qui est utilisée pour naviguer sur le site. Par exemple, si une personne utilise l’interface allemande de la plateforme et si vous avez créé un profil en allemand, alors votre profil en allemand s’affichera par défaut. Si cette personne utilise le site dans une langue pour laquelle vous n’avez pas créé de profil secondaire, c’est votre profil principal qui s’affichera.

Chaque profil est indexé dans les moteurs de recherche et possède sa propre adresse URL, en d’autres termes, si votre profil principal est linkedin.com/in/votrenom, alors votre profil en français sera linkedin.com/in/votrenom/fr. Lorsqu’un utilisateur LinkedIn possède un profil multilingue, un bouton apparaît dans le coin supérieur droit du profil, Voir ce profil dans une autre langue, et lorsque vous cliquez dessus, un menu déroulant apparaît avec les langues disponibles.

 

Cela en vaut-il la peine ?

Selon moi, cela dépend de la localisation et de la langue du client. Je traduis de l’anglais vers le grec et presque tous mes clients parlent anglais. Même ceux qui se trouvent en Grèce ont des profils anglais. J’ai donc décidé qu’avoir un seul profil en anglais était suffisant pour le moment. Si vos clients parlent votre langue source plutôt que votre langue natale, ils auront bien plus de chances de vous trouver sur LinkedIn ou en ligne si vous avez un profil LinkedIn dans cette langue.

Si vous possédez un profil dans plus d’une langue, partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous. La configuration et la localisation ont-elles été faciles ? Votre profil a-t-il reçu de nombreuses vues et a-t-il conduit à des missions de traduction ou d’interprétation ?

Crédit de la photo d’en-tête : Pixabay
Image d’en-tête éditée avec Canva

 

4738669adb43c64d65aa80d50d3f9612À propos de Catherine Christaki (@LinguaGreca)

Catherine Christaki est traductrice anglais-grec en activité principale depuis 2001 et copropriétaire de Lingua Greca Translations (entreprise basée à Toronto) depuis 2012. Elle est spécialisée dans les textes médicaux, techniques et portant sur les technologies de l’information et adore écrire pour le blog « Adventures in Technical Translation ». Elle partage régulièrement son expérience et ses connaissances sur les réseaux sociaux et blogs dédiés aux traducteurs. Elle participe également à des interviews et à des conférences. Contactez-la sur Twitter @LinguaGreca.