L’insertion professionnelle dans le monde de la traduction : expectations vs reality

Par Maximilien Dusautois, étudiant M2 TSM

InsertionProfessionnelleTraduction.jpg

Si vous arrivez sur ce billet de blog, les chances sont grandes pour que vous soyez impliqué dans le monde de la traduction, que vous soyez professionnel, étudiant ou simple quidam intéressé par la question. Ce monde merveilleux où il peut parfois sembler compliqué de s’insérer professionnellement (« quoi, t’es étudiant en traduction ? Mais ça sert à rien, y a Google Trad maintenant non ? »). Ce monde merveilleux où, lorsque vous êtes parfaitement bilingue français-suédois, on vous propose un poste où l’allemand est requis (« ben quoi, c’est pas la même chose ? »). En tant qu’étudiant de deuxième année de master, presque diplômé et futur entrant sur le marché du travail, il me semblait utile et nécessaire de poser la question qui fâche : comment se passe réellement l’insertion professionnelle sur le marché après des études de traduction?

Si l’on regarde les chiffres et uniquement les chiffres, le monde de la traduction est un monde merveilleux où l’on s’insère sans souci et où l’argent coule à flots. Des milliards et des milliards de dollars sont brassés chaque année et le marché est en croissance exponentielle[i]. Les différentes formations de traduction offrent des chiffres d’insertion professionnelle mirobolants qui feraient baisser la courbe du chômage à eux tout seul. Par exemple, l’ISIT parle de 93% des diplômés qui trouvent un emploi 3 mois après le diplôme, dont 62% avant d’être sortis de l’ISIT[ii] ; les chiffres d’insertion professionnelle du master TSM sont également très prometteurs (94% en 2011, 98% en 2012, 95% en 2013, 93% en 2014, 100% en 2015…)[iii], tout comme ceux de l’ESIT à Paris (87% d’insertion professionnelle)[iv].

Mais les chiffres restent des chiffres. Il convient d’exercer son esprit critique : on peut leur faire dire ce que l’on veut, surtout lorsque ceux-ci deviennent des arguments de vente pour une formation. On ne peut également, en 2019, se baser uniquement sur une analyse quantitative : la qualité du travail et le bien-être dans l’exercice de son activité professionnelle sont des valeurs importantes à prendre en compte.

J’ai donc décidé de mener ma propre enquête*, et j’ai recueilli pour cela les avis de 23 étudiants en traduction spécialisée et de 30 professionnels. Cela m’a permis de comparer les attentes des étudiants à quelques mois de leur diplôme avec la réalité du marché. Les attentes des étudiants sont-elles en adéquation avec ce que le marché a à leur offrir ?

Les rémunérations : ce qui est attendu vs les réalités du terrain

Commençons par le nerf de la guerre et le grand tabou français : les rémunérations ! Je me suis intéressé à la rémunération que souhaiteraient avoir les étudiants après leur diplôme. Après tout, on nous promet monts et merveilles et l’industrie n’est pas en difficulté. Qu’en est-il dès lors des prétentions salariales ?

Sur 23 étudiants, 65% ont répondu espérer toucher entre 25 000 et 31 999€ nets par an, soit une rémunération mensuelle comprise entre 2000€ et 2600€ par mois. Moins nombreux (39%) étaient ceux qui répondaient espérer toucher une rémunération légèrement inférieure, entre 18 000 et 24 999€ par an (soit entre 1500 et 1999€ par mois). 13% ont répondu vouloir ou espérer toucher au-delà de 32 000€ nets par an. (Merci de noter que plusieurs réponses étaient possibles pour cette question. Certains étudiants ont choisi une fourchette plus large en cochant plusieurs réponses, notamment dans les catégories les plus fréquemment choisies. Cela explique le chiffre total supérieur à 100%).

Maintenant, qu’en est-il des réalités du marché ? Sur les 30 répondants, 56,7% ont indiqué toucher une rémunération comprise entre 18 000 et 32 000€ (dans le détail, 36,7% entre 18 000 et 24 999€ et 20% entre 25 000 et 31 999€), ce qui correspond assez bien à ce que souhaitent les étudiants. Une seule personne (3,3% des sondés) a répondu toucher une rémunération supérieure à 38 000€ annuels. Les réponses tendent donc à prouver que les attentes salariales et les rémunérations effectives se situent bel et bien dans la même fourchette, ce qui ne manquera pas de rassurer les étudiants. Ce qui pourrait en revanche inquiéter à la fois étudiants et professionnels, c’est que le salaire moyen des diplômés bac +5 en France s’établit en moyenne à 46 050€[v] par an… Le delta est important, mais il est raisonnable de penser que le grand nombre de jeunes diplômés ayant répondu au sondage (la majorité des répondants ayant entre 25 et 27 ans) fausse le résultat à la baisse. En tout cas, le marché semble répondre aux attentes des futurs professionnels du point de vue salarial.

L’adéquation entre aspirations professionnelles et opportunités offertes par le marché

Un autre aspect intéressant à prendre en compte dans l’insertion professionnelle était pour moi le métier souhaité à la fin des études, et la façon de trouver un emploi.

Sur la première question, une majorité écrasante d’étudiants (82,6%) déclarent déjà savoir le métier qu’ils souhaitent exercer à l’issue de leurs études : traducteur indépendant, gestionnaire de projet, vendor manager… Et la deuxième bonne nouvelle de ce billet, c’est que 96,7% des professionnels sondés ont déclaré avoir exercé, dès la fin de leurs études, le métier qu’ils souhaitaient. Il semble donc possible, voire aisé, de trouver chaussure à son pied sur ce vaste marché.

Ensuite, en ce qui concerne la manière de trouver un emploi, les étudiants semblent assez bien informés de la meilleure manière de procéder. Environ la moitié d’entre eux estiment que le meilleur moyen de trouver un emploi reste le stage ; et un peu moins d’un sur cinq estime que le meilleur moyen est de créer sa propre activité. Des chiffres confirmés par les jeunes professionnels, qui sont 56% à déclarer avoir trouvé leur emploi grâce à leur stage, et 25% en créant leur activité. Les étudiants semblent cependant surestimer la capacité des canaux « classiques » tels que Pôle emploi ou des réseaux sociaux professionnels : s’ils sont 26% à estimer que ceux-ci peuvent leur permettre de trouver un emploi, dans les faits, seuls 10% des professionnels déclarent avoir trouvé un emploi de cette manière. Certains professionnels sont même plutôt critiques des institutions publiques, déclarant que le travail de traducteur est peu ou pas reconnu par les autorités et que les conseillers ne connaissent pas vraiment les spécificités de la branche.

Il m’a également semblé intéressant de demander l’avis des étudiants et des professionnels sur l’auto-entrepreneuriat. Malgré tout le bien qui en est dit lors des études, 71% (hors abstention) des étudiants se sentent freinés dans leur volonté de se lancer par la lourdeur administrative que ce statut implique. Cette proportion s’inverse totalement pour les professionnels de la traduction qui envisagent une reconversion (9 sondés), qui semblent peu effrayés par l’auto-entrepreneuriat (22% se sentent freinés contre 78% non).

Le bien-être au travail

Maintenant, intéressons-nous au bien-être au travail, grand débat du 21e siècle et qui se hisse en tête des priorités des étudiants en traduction dans la recherche d’un emploi (65,2%, contre 26,1% pour la sécurité financière et 8,7% pour l’absence de hiérarchie). Encore une fois, les étudiants peuvent se rassurer grâce aux réponses fournies par leurs aînés diplômés : 63,3% déclarent que leur bien-être au travail est élevé ou très élevé. 33,3% déclarent leur bien-être « moyen » (3 sur une échelle de 5), et seule une personne sondée se déclare peu heureuse au travail. À l’heure de l’explosion des burn-out et de la prise de conscience de la nécessité du soft-management[vi], ces chiffres sont de bon augure.

Le type de contrat signé est également une mesure intéressante du bien-être au travail. Plusieurs études tendent à montrer que l’emploi en CDI reste un marqueur important du bien-être au travail[vii] (pour plusieurs raisons : stabilité, reconnaissance sur le long terme, management inscrit dans la durée, peu de turn-over…). Et là encore, les étudiants peuvent se rassurer : 36,6% des primo-entrants sur le marché du travail ont trouvé tout de suite un emploi en CDI, contre seulement 16,7% en CDD. 46,7% ont créé leur propre activité, ce qui semble confirmer le peu d’aversion pour les jeunes professionnels pour cette forme d’emploi.

Peurs et difficultés d’insertion

Enfin, j’ai interrogé les étudiants sur leurs peurs et leurs doutes quant à leur insertion professionnelle. Ce qui revient le plus fréquemment (13 mentions parmi les 23 réponses), c’est la peur de la concurrence, que d’aucuns qualifieraient de déloyale, des autres traducteurs pratiquant des tarifs très bas, et des salaires qui en découlent et qui peuvent paraître bas pour un niveau bac +5. Vient ensuite la peur d’un démarrage difficile pour ceux qui souhaiteraient s’établir comme indépendants (5 mentions), puis des doutes sur les capacités à l’issue du master (4 mentions). Quelques autres peurs sont mentionnées une fois seulement : l’avenir du métier avec la traduction automatique, l’absence d’emploi à l’issue du stage, l’épanouissement personnel ou entre le statut à adopter. Une seule réponse ne mentionne aucune peur.

Les réponses des professionnels se montrent en partie rassurantes puisque 23 sur 30 ont répondu n’avoir éprouvé aucune difficulté à s’insérer sur le marché du travail. Pour les 7 professionnels ayant éprouvé des difficultés, 6 ont admis avoir eu des difficultés à se constituer un portefeuille client suffisant pour en vivre. Un autre problème rencontré par 2 professionnels a été l’impossibilité de trouver un emploi dans leur branche et dans leur région. Un seul répondant a déclaré que sa formation ne lui avait pas permis de prétendre à l’emploi qu’il souhaitait obtenir.

Au regard de ces résultats, la peur des étudiants concernant le portefeuille client semble être une réalité dans le métier ; cependant, il convient de rappeler que tous les professionnels interrogés semblent avoir surmonté cette difficulté puisqu’ils continuent d’exercer et de percevoir des salaires. La peur concernant les capacités à l’issue du master ne semble pas contre pas confirmée, puisqu’une seule personne n’a pu décrocher d’emploi à cause de cela.

Enfin, achevons de rassurer les étudiants sur leur employabilité : 63,3% des répondants ont déclaré avoir trouvé un emploi dans le mois suivant l’obtention de leur diplôme, 16,7% dans les 3 mois et 16,7% dans les 6 mois. Seuls 3,3% (un répondant !) ont déclaré avoir attendu plus d’un an avant d’obtenir un emploi.

 

Je dois moi-même avouer que les résultats de cette enquête m’ont surpris. Dans le contexte économique actuel, des résultats contraires ne m’auraient pas étonné plus que cela, mais le marché de la traduction semble bel et bien être un marché robuste qui permet à chacun de s’y insérer à l’issue de ses études. Les chiffres communiqués par les différentes formations semblent être conformes à la réalité, et la quantité de travail semble rejoindre dans la majorité de cas une certaine qualité du travail.  J’espère que ce billet de blog rassurera les étudiants bientôt diplômés et convaincra les indécis de se lancer dans le monde de la traduction professionnelle !

 

Un grand merci aux étudiants du master TSM de Lille et à tous les professionnels de la traduction qui ont pris le temps de répondre à mon enquête.

 

*Enquête composée de deux questionnaires anonymisés, un destiné aux étudiants du master TSM de Lille (23 répondants) et un autre aux professionnels de la traduction, tous métiers confondus (30 répondants). Vous pouvez demander un accès aux résultats complets de l’enquête en me contactant par mail (maximilien.dusautois.etu@univ-lille.fr).

 

[i] Source : https://www.tradutec.com/a-propos-de-tradutec/actualites/311-les-chiffres-de-la-traduction-professionnelle-en-2017.html

[ii] Source : https://www.isit-paris.fr/carriere-entreprises/insertion-professionnelle/

[iii] Chiffres communiqués par Rudy Loock, responsable du Master TSM au sein de l’Université de Lille, et issus des enquêtes de l’Observatoire de la Direction des Formations, qui sonde les diplômés 30 mois après l’obtention de leur diplôme, conformément aux demandes du ministère.

[iv] Source : http://www.univ-paris3.fr/medias/fichier/m2p-traduction-editoriale-economique-technique_1546955232570.pdf

[v] Source : https://start.lesechos.fr/emploi-stages/reseau-carriere/bac-2-vs-bac-5-le-match-des-salaires-11581.php

[vi] Définition et explication : https://www.expert-activ.com/soft-management-indispensable-entreprise/

[vii] Pour en savoir plus : https://start.lesechos.fr/emploi-stages/vie-en-entreprise/pour-ou-contre-etre-en-cdi-8904.php

Art : traduire les expositions

Par Angel Bouzeret, étudiante M2 TSM

statue-4255695_1920

Well well, le titre en dit long, alors je ne vais pas laisser plus de suspens : cette année, j’ai décidé de vous parler d’art et même d’Art avec un grand A. L’Art étant un sujet plus qu’étendu, je vais me pencher sur les expositions d’art. Mon but n’est bien évidemment pas de réduire cette vaste discipline, mais justement de vous en détailler une infime partie.

L’art n’a pas de frontière ni de langage, il se vit et se ressent mais sa traduction n’est pas nécessaire dans l’appréhension d’une œuvre. En ce qui concerne sa compréhension, c’est une toute autre histoire. Je ne vais pas m’épancher sur des sujets philosophiques comme « qu’est-ce que l’Art ? » ou « comment comprendre l’Art ? », mais il est évident que le contexte modifie la perception des choses. Par exemple, la très célèbre œuvre Guernica de Pablo Picasso ne sera pas du tout comprise de la même manière, si le contexte de l’œuvre est exposé ou non, ou bien plus ou moins connu du « regardeur » en amont. C’est à ce moment que l’importance du travail du traducteur entre en ligne de compte. Faire en sorte que toute personne, qu’importe sa nationalité et ses connaissances antérieures, soit en mesure de comprendre.

Laissez-moi vous dresser le tableau : dimanche après-midi, jour d’automne, temps pluvieux et froid, vous vous baladez au musée, tout en faisant de votre mieux pour ne pas penser – plus facile à dire qu’à faire – à tous les projets de traduction qui vous attendent. Au cœur du musée, vous vous arrêtez pour lire un panneau explicatif sur les œuvres de Gustave Caillebotte. En vous prenant au jeu, vous continuez de lire et puis déformation professionnelle oblige, votre regard se perd sur les paragraphes en anglais, en italien, en espagnol et en allemand. Essayer de ne pas penser à la traduction ? Raté. Vous commencez à analyser le paragraphe anglais, puis ensuite ceux de vos autres langues de travail. Le résultat vous plaît, oui, non ? Je laisse votre imagination faire le reste, mais vous êtes arrivés à destination.

Au sein des expositions temporaires ou bien permanentes se cachent aussi des traductions qui attirent moins le regard. Il y existe une multitude de supports autres que les panneaux explicatifs à l’entrée des salles comme par exemple les cartels, mais si vous savez ce que c’est : les petites notices autour des œuvres permettant de connaître le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, les matériaux la composant, parfois ses dimensions, ainsi que sa provenance – à savoir le prêteur ; ces éléments composent le « cartel simple ». Ces fameux cartels détaillent aussi l’œuvre en elle-même parfois, par exemple comment le sculpteur a façonné sa statue en décrivant les techniques utilisées, la provenance historique de l’œuvre, le courant artistique ou des éléments descriptifs ; on nomme ce type d’informations le « cartel développé ». C’est pour cela que la traduction d’art se trouve à mi-chemin entre la traduction technique et la traduction créative. Bien sûr selon le cas, il peut s’agir d’une traduction entièrement technique ou que de transcréation, le mélange des deux domaines n’est certainement pas une obligation.

museum-398761_1920

Eve Bouzeret, cheffe de projets expositions temporaires au Centre des monuments nationaux à Paris depuis 4 ans, a accepté de bien vouloir nous en dire plus sur la création des expositions temporaires.

Dans le processus de création d’une exposition, quand la traduction des supports entre-t-elle en ligne de compte ?

« Nous avons une méthodologie de production pour les expositions temporaires, qui jalonne notre travail, que nous travaillions sur une exposition comme Godard-Picasso : collage(s) à l’abbaye de Montmajour (Arles) ou Victor Hugo, la Liberté au Panthéon, au Panthéon (Paris).

Dès le début de la phase de production du projet, avec le commissaire d’exposition et l’administrateur (directeur) du lieu accueillant l’exposition, nous décidons globalement des éléments de médiation que nous souhaitons mettre en œuvre. Pour faire simple, le texte est l’élément principal de médiation dans une exposition. En fonction du site et donc du type de visiteurs qui y viennent, ainsi que des visiteurs potentiels de l’exposition, nous choisissons le nombre de langues présentes dans le circuit de visite. Contrairement aux expositions permanentes, ou au circuit de visite dans l’ensemble du monument historique, qui sont pérennes, et peuvent bénéficier d’une traduction en une dizaine de langues, les expositions temporaires ne durent souvent que 3 mois en raison des normes internationales de conservation préventive des objets de collection et ont des surfaces restreintes. Ainsi, nous devons souvent nous limiter à des textes en 2, 3 ou 4 langues, sachant que les textes sur les cimaises (murs temporaires) ne seront qu’en français, parfois en anglais, mais très rarement traduits dans une troisième langue. De manière générale, les troisième et quatrième langue se trouvent sur des fiches de salle (document imprimé en petit format, avec lequel le visiteur peut se mouvoir dans l’exposition). L’audioguide multilingue existe pour les expositions temporaires au sein de très grands lieux parisiens mais nous avons rarement les moyens financiers d’en créer.

Enfin, dès que les textes sont rédigés et validés en français, nous pouvons les faire traduire. Cela prend du temps et est assez coûteux, il nous faut donc avoir la version définitive des textes avant de les transmettre aux traducteurs, surtout quand nous ne sommes pas capables de relire ensuite pour vérifier la traduction (il faut avoir un bon niveau pour relire 15 000 signes en langue étrangère et voir où se trouve les erreurs d’un traducteur professionnel, mis à part en anglais aucun d’entre nous ne maîtrise suffisamment d’autres langues). Cela peut d’ailleurs causer problèmes si le traducteur s’estime mal rémunéré, il effectuera son travail au plus vite et ne nous posera pas de questions, alors même que certaines notions sont très spécifiques, impliquant parfois des contre-sens. Avec le coordinateur de traduction, nous essayons donc d’anticiper quelques écueils, comme un lexique de certains termes ou des visuels des œuvres exposées, accompagnant ici les textes à traduire. »

Comment le CMN – Centre des monuments nationaux – choisit-il ses traducteurs ?

« Malheureusement, et contrairement à d’autres prestataires, notre service – le département des manifestations culturelles – n’est pas associé au choix des traducteurs. La traduction étant un domaine très vaste et qui sert pour l’ensemble des services du CMN ou presque, nous avons ce que l’on appelle un accord-cadre, puisque notre établissement public est soumis aux règles des marchés publics. Cet accord-cadre permet de sélectionner une entreprise (parfois il peut être multi-attributaire) de traduction avec laquelle nous aurons des prix fixes au mot selon la langue et les délais grâce à un BPU (bordereau de prix unitaire) à respecter pour la période donnée (généralement 3 à 4 ans). L’entreprise, après mise en concurrence ouverte à tous et sélection suivant des critères techniques et de prix, est notre seul interlocuteur. Nous communiquons par e-mail pour les demandes de devis respectant les prix du BPU pour chaque besoin de traduction. Nous demandons tout de même le CV du traducteur travaillant sur le projet mais nous n’échangeons qu’avec une unique personne, le coordinateur, qui est toujours le même. C’est très pratique, mais cela a aussi des limites. »

Que penses-tu de la traduction dans le domaine de l’art ?

« C’est essentiel car nous avons des visiteurs du monde entier, une partie des visiteurs parle anglais mais pas tous. Si nous proposons le français, l’anglais et l’espagnol (parfois avec des abstracts par manque de place) nous pouvons déjà transmettre des informations et du savoir, à une large part de la population mondiale, et donc de nos visiteurs. Les visiteurs étrangers, doivent aussi se sentir à l’aise dans nos monuments, afin de pouvoir se délecter des œuvres qui sont autour d’eux. Acquérir des informations au cours d’une exposition, et se sentir bien, car ces informations sont données dans une langue maîtrisée, sont des raisons qui peuvent pousser le visiteur à avoir envie de revenir ou bien l’inciter à visiter d’autres lieux du réseau CMN – composé de 100 sites sur toute la France. Néanmoins, la traduction dans le domaine de l’art est difficile car elle fait appel à de nombreuses disciplines : l’histoire de l’art en premier lieu mais renvoie aussi au domaine de la création, de la technique de fabrication, de l’histoire, de la géographie, des échanges géopolitiques, de la philosophie, de la philosophie de l’art, du sensible et des idées des artistes, qui sont parfois saugrenues. Le traducteur doit donc d’abord comprendre les nuances du texte en français, sinon il en découle une perte des niveaux de lecture et de sensibilité liés à la traduction. En général, nous trouvons que les traductions – en anglais tout du moins car nous les comprenons – sont trop littérales et simplistes, mais cela doit aussi venir de la commande initiale à travers l’accord-cadre et des faibles prix négociés. »

Quelles sont les difficultés des traducteurs qui ressortent sur les supports ?

« Si le traducteur n’a jamais fait d’histoire de l’art et ne fréquente pas les musées, c’est un problème majeur. Mais même avec cela, il y a aussi une question de recherches en amont de la traduction et aussi les échanges avec nous. Quand je relis les textes du commissaire d’exposition, j’ai souvent des remarques, quelques suggestions à apporter dans la forme et aussi des questions de fond car certaines idées me paraissent trop complexes pour les visiteurs, certaines phrases sont trop longues, des mots sont à définir, parfois je ne comprends pas moi-même la notion mentionnée. Dès lors, quand je n’ai aucune question du traducteur, je me dis soit qu’il est très très fort, soit qu’il y a un problème. Je trouve donc qu’il faudrait plus échanger, faire des lexiques des mots techniques pour chaque projet, faire des résumés de nos idées générales, outre les textes, afin que le traducteur puisse comprendre les idées principales à transmettre. Dans une exposition, 15 à 25 000 signes par langue sont présents, nous pouvons résumer les idées principales que nous voulons véritablement transmettre aux visiteurs en 1 500 signes, il s’agit du synopsis du projet en réalité. Il nous faudrait peut-être donner ce synopsis et la façon dont nous le matérialisons dans l’espace afin d’immerger le traducteur. En effet, une exposition temporaire n’est pas un livre, ce n’est pas un texte illustré de visuel mais un média à part entière composée d’œuvres d’art et/ou d’objets ethnographiques s’inscrivant dans un espace donné, magnifié par la scénographie et entouré d’expôts – œuvres et tout autre élément de médiation, jeux à manipuler, vidéos, textes, maquettes, etc. »

En effet, la traduction que ce soit pour les expositions temporaires ou pour tout autre domaine reprend les mêmes codes : traduire par rapport au public visé mais aussi adapter la traduction à l’usage prévu. Et comme toujours, un écart se creuse entre la théorie et la pratique. Le traducteur ne pourra pas visiter l’exposition puisque cette dernière est en cours de création, la clef de voûte est donc la communication entre les différentes parties afin de pouvoir saisir au mieux les enjeux et les utilisations de chacun des supports mais aussi appréhender les détails techniques. Néanmoins, des réunions générales entre le coordonnateur et les clients – chefs de projets expositions ici – pourraient permettre de mieux cerner les contraintes et attentes des deux parties. Mais la réalité c’est que le temps et l’argent définissent beaucoup de paramètres dans le secteur de la traduction, si ce n’est tous les paramètres, et que cela laisse peu de place pour modifier les procédures.

Pour ne pas vous donner le cafard, je vais conclure en vous disant que même si nous traducteurs ne pouvons pas modifier les façons de faire sur le marché, nous pouvons toujours essayer de les améliorer et que la traduction dans le secteur de l’art a encore de beaux de jours devant elle, tant le domaine est international, créatif et technique.

Sources :

Images :

La traduction, proie facile de l’ubérisation ?

Par Guillaume Deneufbourg (traducteur, intervenant au sein de la formation)

uberisationtraduction

 

Popularisé en 2014, le terme est aujourd’hui bien ancré dans notre vocabulaire. Désignant une forme d’optimisation des relations entre l’offre et la demande sous l’influence des nouvelles technologies, l’« ubérisation » recouvre plusieurs réalités et connotations, tantôt positives, tantôt négatives, et déchaîne les passions.

Les chantres de l’économie 2.0 saluent l’apparition de ce qu’ils voient comme un changement paradigmatique de nos sociétés, un renouveau économique pour le meilleur, une transformation dans l’intérêt des usagers. Une rupture, en somme.

À ce titre, l’ubérisation est souvent associée à un autre néologisme : le fameux « disruption » et ses savoureux dérivés disruptif, disrupter, disrupteur. Joli, non ? Pour des cruciverbistes, peut-être, mais sans doute moins pour les professionnels de la langue, qui auront noté avec consternation l’emprunt éhonté du français à l’anglais. La langue de Molière échouerait-elle à produire un équivalent à la connotation aussi positive ? Je le crains. Car en anglais, le mot disruption n’a rien de dérangeant ni de perturbateur : il désigne tout simplement une invention créative, innovante, positive, révolutionnaire[i].

Ainsi assiste-t-on depuis des années à l’apparition de jeunes entreprises (les fameuses start-up) qui, grâce aux outils numériques qu’elles mettent au point, transforment certains marchés et proposent des services innovants, cassant des systèmes qui paraissaient jusque-là immuables. Depuis, tout entrepreneur qui se respecte cherche l’idée « disruptive » qui, faisant table rase du passé, transformera tel ou tel marché à son profit.

Bien évidemment, tout le monde n’apprécie pas les prétendus bienfaits de ce changement de modèle économique, à commencer par les acteurs du modèle classique. Demandez donc à votre chauffeur de taxi ce qu’il en pense ! Concurrence déloyale, opérateurs sous-qualifiés et non déclarés, précarisation des métiers, sans parler du manque à gagner pour les finances de l’État et toutes les répercussions sur le « système ».

Cela étant, nul besoin de vous exposer au courroux d’un chauffeur de taxi. Interrogez simplement vos collègues. Car, en effet, l’ubérisation n’épargne pas le secteur de la traduction.

Rappelons tout d’abord que la profession de traducteur n’est pas protégée. Chacun peut s’autoproclamer traducteur ou interprète du jour au lendemain. Cette situation favorise l’arrivée sur le marché de prestataires insuffisamment qualifiés, avec toutes les conséquences qui en découlent pour la qualité des textes traduits, l’image de la profession, et les prix[ii]. Ajoutez-y ensuite la pression, pour ne pas dire la menace, de l’évolution technologique, que j’ai déjà tant de fois évoquée et sur laquelle je ne reviendrai pas ici. Enfin, la multiplication de ces plateformes « ubérisantes », qui entendent mettre en contact les clients finaux avec de petits opérateurs indépendants désireux de mettre du beurre dans les épinards (Les exemples sont légion : Zingword, upwork et même Proz.com).

D’autres adeptes de l’ubérisation ont cru trouver dans ce concept un moyen ingénieux de réduire leurs coûts de production, par le biais du crowdsourcing, également appelé production participative[iii]. Cible privilégiée : la traduction audiovisuelle. L’exemple le plus connu en est sans nul doute celui de Netflix, que dénoncent notamment nos confrères de l’Association française des traducteurs et adaptateurs de l’audiovisuel (ATAA), à propos du sous-titrage catastrophique du film Roma. Mais le cas est loin d’être isolé, comme le démontre l’article publié par une étudiante en traduction sur ce même blog. Avec un enthousiasme ingénu, elle vante les mérites du travail bénévole (si, si) pour TED Conferences LLC, une structure dont le chiffre d’affaires 2015 dépasse quand même les 66 millions de dollars[iv]. Vous avez dit « se tirer une balle dans le pied » ? Mais passons. Parmi les autres exemples connus, notons Facebook, Twitter et autres Coursera.

Alors, que faire face à cette déferlante ? Faut-il lutter contre l’ubérisation ? Je n’en suis pas convaincu. N’y voyez aucun fatalisme, même si le phénomène peut paraître inéluctable, voire angoissant. L’approche que je préconiserais aux (futurs) traducteurs est double.

Premièrement, intéressez-vous à ces phénomènes pour pouvoir ensuite mieux informer vos clients et vos partenaires commerciaux. Tâchez de mieux comprendre les rouages de la netflixisation pour mieux défendre votre propre valeur ajoutée. Je ne suis pas amateur des théories de l’art de la guerre, mais il reste utile de connaître l’ennemi pour mieux le vaincre.

Deuxièmement, adoptez en toutes circonstances une approche qualitative. Affinez votre qualité d’écriture. Travaillez votre style. Participez à des ateliers de traduction. N’hésitez pas à travailler en binôme avec un collègue. Faites-vous relire. Trouvez-vous un mentor. C’est en pratiquant une certaine forme d’humilité sur son propre travail que l’on peut progresser. Affûtez votre pratique comme un faucheur affûterait sa faux : systématiquement, patiemment, longuement.

Troisièmement, ne restez pas cloitrés dans votre bureau. Pourquoi ne pas aller chercher ces clients – oui, ça existe – qui désespèrent de trouver de bons traducteurs et de bonnes traductrices ? Prouvez-leur que vous valez mieux que cet agglutinat invisible de dilettantes. Continuez à vous former, à défendre les vertus du travail bien fait.

En quatre mots : faites valoir votre professionnalisme.

 

 

 

[i] Et force est de reconnaître que la tentative de l’Académie française d’imposer le complément du nom « de rupture » (innovation de rupture, p.e.) n’est pas très… heureuse !

[ii] Voir à ce sujet ma carte blanche publiée en 2017 dans le journal Le Soir à l’occasion de la Saint-Jérôme.

[iii] À lire à ce sujet, cet article publié sur termcoord.eu.

[iv] https://fortune.com/2017/04/24/ted-talks-conference-corporate-sponsorship/

Petit plaidoyer pour l’allemand

Par Julian Turnheim, étudiant M1 TSM

reichstag

 

Voilà un sujet qui me tient à cœur !

Étant franco-autrichien, j’ai eu la chance de grandir dans un milieu bilingue, un milieu dans lequel j’ai pu apprendre les deux plus belles langues du monde. Oui, je suis très objectif ! J’ai été imprégné des deux cultures.

Vous êtes donc très certainement en train de vous dire : « Un franco-autrichien ? Mais c’est un homme parfait ! » Eh bien, j’ai envie de vous répondre oui. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde. Bien qu’une très grande majorité des personnes voie dans la maîtrise de l’allemand un avantage évident, cette majorité semble avoir également un petit « problème » avec la langue allemande en elle-même. Ce billet de blog est pour moi l’occasion de démontrer que cette langue représente plus qu’un petit avantage. Je voudrais ainsi prouver aux Français qu’il s’agit de LA langue qu’il faut apprendre et cela aussi quand on veut devenir traducteur !

 

L’allemand, c’est quoi ?

Pour débuter, je me suis dit que ce ne serait pas une mauvaise idée de commencer par définir ce qu’est l’allemand.

Je ne vous apprends rien en disant que c’est une langue, une des langues indo-européennes appartenant à la branche des langues germaniques. Elle est la langue officielle en Allemagne, en Autriche, au Liechtenstein, en Suisse, au Luxembourg, en Belgique mais également dans la région italienne du Tyrol du Sud. On retrouve aussi des communautés allemandes dans les pays frontaliers, dans les pays de l’Est de l’Europe mais également dans les anciennes colonies allemandes datant d’avant 14-18. Il existe même une communauté assez connue aux États-Unis dont le dialecte vient du bas allemand (Spoiler : ce sont les Amish). Vous voyez, ils sont vraiment partout ces Allemands !

Elle se compose d’un très très grand nombre de dialectes. Le Schwitzerdütsch par exemple, qui est parlé en Suisse. Bien que, pour être tout à fait franc, on ne dirait même plus de l’allemand.

Guten Tag, Moin, Hallo, Servus, Griaß di, Grüss Gott, Grüezi, Grüessech, Hoi, Moien, … Voilà quelques façons de dire bonjour dans les pays germanophones. C’est beaucoup, n’est-ce pas ? Pour que tous ces germanophones se comprennent, ils utilisent le Hochdeustch, aussi appelé le Standarddeutsch (allemand standard en français). Lorsque je ferai référence à la langue allemande dans ce billet de blog, je ferai bien évidemment référence au Hochdeutsch.

Traduire la langue maternelle la plus parlée d’Europe

L’allemand est l’une des langues les plus influentes dans le monde. Étant la langue officielle de 6 pays, une des 24 langues officielles de l’Union européenne et comptant près de 100 millions de locuteurs, elle a tous les prérequis pour occuper une grande place dans le monde de la traduction. C’est particulièrement vrai pour la France. L’Allemagne est le premier partenaire commercial de la France. Les sociétés allemandes sont, au coude à coude avec les sociétés nous venant des États-Unis, celles qui emploient le plus en France. Par conséquent, on retrouve beaucoup d’entreprises françaises et allemandes qui échangent entre elles, qui communiquent, qui vendent dans le pays de l’autre. Ces entreprises auront besoin de traductions pour leurs sites, pour les textes sur les emballages de leurs produits, pour la notice de ces mêmes produits ou encore pour des documents officiels. Pour ces traductions on aura bel et bien besoin de traducteurs.

Pour analyser la situation de l’allemand sur le marché de la traduction en France, je vais me permettre de comparer l’allemand à l’espagnol. Ce sont les deux grands géants après l’anglais même si le terme « géant » définit finalement assez mal l’allemand. Surtout au regard de son enseignement en France mais nous en parlerons plus loin. Dans cette partie je vais me concentrer exclusivement sur les tarifs pratiqués sur le marché de la traduction.

Avant de commencer cette partie, je me suis posé ces questions : pour devenir traducteur, quelle est la langue la plus adaptée ? Quelle est la langue qui permet le meilleur équilibre entre la difficulté de l’apprentissage, la demande en termes de traduction et le revenu ? Est-ce l’allemand ? Pour la France, c’est très certainement une réponse possible.

Analysons l’enquête de 2015 sur les pratiques professionnelles des métiers de la traduction menée par la SFT (Syndicat national des traducteurs professionnels). Ce qui nous intéresse tout particulièrement est la partie concernant les statistiques sur les prix par langue. Nous pourrons comparer les tarifs appliqués en 2008 et en 2015.

Tout d’abord, intéressons-nous aux tarifs des traducteurs pour leurs clients directs. En 2015, le prix moyen au mot pour la paire de langue DE>FR était de 0,17 € et en 2008 de 0,16 €. Ce qui représente donc une évolution de 6,25 %. Pour la paire de langues ES>FR, le prix moyen au mot était de 0,13 € en 2015 comme en 2008.

En ce qui concerne les prix appliqués par les agences, la situation reste similaire. Pour la paire de langue DE>FR, le prix moyen par mot était de 0,12 € en 2015 comme 2008. Pour ES>FR, ce prix était de 0,09 € en 2015 et de 0,10 € en 2008. On observe donc également une baisse pour l’espagnol.

On remarque globalement un écart de 0,02 € à 0,03 € entre l’allemand et l’espagnol. Par ailleurs, on retrouve ce même écart dans la traduction d’édition. La dynamique actuelle est donc simple : les tarifs de l’espagnol sont en baisse et ceux de l’allemand en hausse avec un écart qui se creuse petit à petit. Le traducteur germaniste est mieux payé que le traducteur hispaniste. Il faudra néanmoins attendre la prochaine étude de la SFT pour confirmer cette tendance. Je serais pourtant prêt à parier qu’elle va belle et bien se confirmer. Puisque c’est la loi de l’offre et de la demande qui est déterminante, il suffit de regarder l’enseignement de l’allemand en France.

Crise de l’enseignement de l’allemand

Un traducteur ça ne pousse pas comme ça au milieu des champs. Ce n’est pas une graine que l’on plante et qu’il suffit d’arroser pour en faire une fleur. Quoique … Un traducteur il faut bien le former. Cet apprentissage commence dès la jeunesse, au collège. C’est là que commence l’apprentissage des langues pour la très grande majorité des petits Français. C’est aussi à ce moment-là que beaucoup, à mon avis, font le mauvais choix : ils choisissent l’espagnol.

Seulement 15,4 % des élèves de l’école secondaire font le choix d’apprendre l’allemand contre 39,7 % pour l’espagnol.

Ils font ce choix parce que l’espagnol est plus attractif, plus facile, plus « caliente ». À côté de ça, la langue de Goethe est réputée difficile et souffre d’une très mauvaise image. Thérèse Ouchet, professeure d’allemand le résume bien dans le Figaro, le 21 janvier 2013 : « L’espagnol est réputé facile, l’allemand difficile. Les nombreux films sur la Seconde Guerre mondiale ont un impact. On entend beaucoup de bêtises sur le temps toujours gris en Allemagne versus le soleil espagnol !»

Ce qui en résulte : une crise. Les enquêtes de l’ADEAF, l’Association pour le Développement de l’Enseignement de l’Allemand en France, démontrent bien qu’il y a une véritable crise de l’allemand en France : baisse des heures d’allemand au collège, situation catastrophique des enseignants d’allemand, mauvaise qualité de l’enseignement, manque de professeurs compétents (en 2017, au CAPES d’allemand, seulement 125 candidats ont été admis pour 345 postes), … Les inquiétudes concernant la rentrée 2019 persistent.

 

L’allemand est bel et bien en crise. C’est ce que nous confirme Iris Böhle, traductrice assermentée au Tribunal de Grande Instance de Douai et directrice de sa propre école de langue. Ce sujet est donc sa tasse de thé. Interview ! (Traduit de l’allemand) 

Bonjour Iris, peux-tu te présenter, nous parler de ta carrière ?

Je m’appelle Iris Böhle, j’ai étudié en Allemagne, à Sarrebruck. En Allemagne, nous faisions déjà la distinction entre la traduction et l’interprétariat. Mon choix était clair : j’ai choisi la traduction. À cette époque, il n’y avait pas encore de Master, on parlait encore d’études « Magistra », études dont la durée était de quatre ans. Après avoir complété ce cursus, j’ai dû choisir une spécialisation. En Allemagne, on avait le choix entre l’économie, le droit ou les technologies. À l’époque, j’ai choisi les technologies avec une expertise dans l’industrie automobile.

Et ensuite ? Tu es venue en France ?

Exactement ! Je suis venue en France pour des raisons personnelles. J’ai d’abord postulé à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Valenciennes pour commencer à travailler. Au départ, je voulais juste obtenir une liste de toutes les entreprises exportatrices de Valenciennes, Douai et Lille. On m’a finalement proposé un poste pour devenir professeure d’allemand, ce que j’ai accepté. Je jongle depuis juillet 1984 entre l’enseignement, la traduction et l’interprétariat. Ce qui m’a surprise au début, c’est que je travaillais davantage comme interprète que comme traductrice. Je n’avais pas la formation requise mais ce n’était pas un problème, ça m’amusait. Néanmoins, je ne le fais plus autant qu’avant, parce que ça demande énormément de concentration. Je gère ma propre entreprise depuis 2002, je n’ai donc plus le temps pour ce genre de requêtes. Parfois, il m’arrive de travailler comme interprète lors de visites d’entreprises. Cela permet d’entretenir le contact avec les gens. Tu n’as pas ça avec la traduction « écrite » : tu es chez toi, ce qui peut sembler tentant, mais parfois tu es seul, tu dois être très rigoureux, respecter les délais et j’en passe. Ce n’est pas toujours simple.

Comment en es-tu arrivée à la traduction assermentée ?

Je suis traductrice et interprète assermentée depuis décembre 1999. L’idée m’est venue lorsque j’ai commencé à obtenir de plus en plus de contrats à traduire, ce que tu ne peux faire, que si tu es assermenté, naturellement. J’ai donc déposé ma demande auprès du Tribunal de Grande Instance de Dunkerque. Aujourd’hui, 90% des demandes que je reçois sont des traductions assermentées.

Par curiosité, quel type de documents traduis-tu ?

En ce qui concerne la traduction assermentée, je traduis, entre autres, des contrats de location, des contrats de travail, des documents bancaires et des documents sur des affaires pénales, toutes sortes de choses.

Passons maintenant au sujet central : que penses-tu de l’allemand ? Comment trouves-tu cette langue qui est ta langue maternelle ?

 Ce n’est certainement pas une langue mélodique. L’italien c’est mélodique, c’est de la musique.

On dit souvent que l’allemand est une langue militaire, que c’est une langue parfaite pour donner des ordres, mais cela dépend aussi de la voix de la personne. On dit aussi que les langues slaves sont dures, mais ce n’est pas vrai. Quand j’entends de temps à autre des Français parler allemand, il m’arrive de me dire que ce n’est finalement pas une belle langue.

Comment perçois-tu la situation de la langue allemande en France ?

Pour moi, la situation est plutôt critique. Au collège, je dirais que le rapport national entre l’allemand et l’espagnol en France est probablement d’environ 85% d’hispanistes pour 15% de germanistes, ce qui est totalement absurde. Beaucoup de Français négligent l’allemand. Un collégien n’est souvent pas conscient de l’importance que peut avoir l’allemand. J’en veux aux enseignants d’espagnol pour cela. Ils se battent tous pour leur matière au lieu de penser à l’avenir des enfants. Pendant trois mois, j’ai comparé les offres d’emploi dans le secteur de l’industrie et du commerce en France et environ 90% des emplois avaient l’allemand comme deuxième langue étrangère recherchée. Mes enfants ont toujours trouvé un job d’été grâce à l’allemand.

Comment vois-tu l’avenir de l’allemand ? Penses-tu que la situation va s’améliorer ?

Je ne pense pas que les choses s’amélioreront dans les écoles. En revanche, pour ceux qui ont appris l’allemand et qui le maîtrisent bien, l’avenir est assuré, parce que les relations économiques entre la France et l’Allemagne existeront toujours. D’ailleurs, là où il y a beaucoup d’entreprises, il y a aussi beaucoup à traduire (à bon entendeur).

Que dirais-tu à un collégien qui doit choisir entre les deux langues ?

Je lui dirais que la meilleure garantie pour trouver un emploi est de savoir parler et écrire en allemand. Je peux le dire d’après ma propre expérience. On disait autrefois que l’allemand n’était réservé qu’à une élite. C’est évidemment la plus grande des absurdités. Aujourd’hui, tout le monde a la chance de pouvoir apprendre l’allemand.

J’ai déjà tenu des conférences sur le sujet dans les écoles ici. J’ai toujours insisté auprès des parents pour qu’ils incitent leurs enfants à choisir l’allemand au lieu de l’espagnol en deuxième langue étrangère. L’espagnol et l’italien sont des langues pour les vacances. Les Chinois l’ont compris, ils apprennent tous l’allemand depuis une dizaine d’années. Alors choisissez l’allemand !

Conclusion

Il est vrai que comparé à l’espagnol, l’allemand est plus difficile à apprendre pour un francophone. Cette difficulté persiste également lors de la traduction. L’allemand est une langue beaucoup plus directe, moins abstraite qui n’aime pas laisser place à l’interprétation. Sa structure syntaxique est bien évidemment très différente du français et, lors de la traduction, la reformulation est presque incontournable. Ce ne sont pour autant pas des raisons pour ne pas apprendre l’allemand. N’oubliez pas, toute crise est porteuse d’opportunité !

Il y a énormément de raison d’aimer l’allemand, des raisons qui ne sont pas que financières ou professionnelles. Derrière cette langue se cache une grande histoire, une culture riche.

Certes, je n’y suis pas allé de main morte avec l’espagnol. Une langue aussi magnifique qui mérite totalement son succès. C’est plutôt la souffrance de l’allemand que je voulais mettre en exergue.

Je vous remercie d’avoir lu mon billet de blog und wünsche Ihnen einen schönen Tag !

 

SOURCES :

Riegler-Poyet, M. (22/10/2018). L’allemand, un atout pour l’insertion professionnelle – ADEAF.

Clerc T., Goldmann K., Hombach-Bouchet B., Bouchet J.-A., Bey C. (30/10/2017). ADEAF Enquête Nationale rentrée 2017.

Dalmas M. (09/10/2017). Intervention dans le cadre du « Notre rapport à la langue – Cultures linguistiques en France et en Allemagne : Différences, contacts, passages ». Sptg.de.

Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse (2019). Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009. Statistiques des langues enseignées dans le système éducatif français.

SFT, la Société française des traducteurs (2016). Enquête 2015 sur les pratiques professionnelles des métiers de la traduction

Marie-Estelle Pech, Patrick Saint-Paul, Mathieu de Taillac (21/01/2013) L’allemand ne séduit guère les élèves français… et vice-versa. Le Figaro

Les erreurs de traduction : ce n’est pas qu’une histoire de mots !

Par Jeanne Delaunay, étudiante M1 TSM

error

Les erreurs de traduction donnent du fil à retordre aux traducteurs. Lorsque l’on pense à celles-ci, on pense spontanément aux erreurs purement linguistiques, mais on a tendance à ignorer celles qui proviennent d’une méconnaissance de la culture source ou de la culture cible.

Si certaines erreurs sautent aux yeux à la lecture des documents, d’autres ne sont évidentes que par comparaison avec la langue source. Le traducteur ne se contente pas de traduire littéralement, il lit entre les lignes, décèle l’implicite et les sens cachés… Dans le domaine de la traduction juridique par exemple, le traducteur doit être spécialisé tant en langues qu’en droit et ne fait pas bon ménage avec l’approximation.

De nos jours, faire traduire un document constitue une véritable problématique pour les entreprises… C’est pourquoi certaines, dans un souci économique, préfèrent recourir à la traduction automatique. Et parfois, ça fait chou blanc… ce qui impacte l’image de la marque. Il est donc très difficile pour une entreprise de vérifier la qualité d’une traduction et, bien souvent, la confiance envers son traducteur ou son agence est en jeu. Voici quelques-unes des erreurs de traduction qui ont suscité la controverse :

  • En Chine, Mercedes-Benz a mal négocié son virage… Le constructeur est entré sur le marché chinois sous le nom de « Bensi » (« Pressé de mourir » en français). Vraiment pas une bonne appellation pour une entreprise automobile ! Heureusement, cette dernière a mis le pied au plancher et s’est fait rebaptiser « Benchi » (« La voiture qui vous donne des ailes » en français). Ça donne quand même plus envie d’acheter…
  • Un autre exemple concerne la brasserie américaine Coors. Ses dirigeants ont appris à leurs dépens que l’argot ne se traduit pas bien. Lorsque Coors a lancé sa campagne « Turn It Loose » sur le marché espagnol, eh bien… l’entreprise a quelque peu sous-estimé l’importance d’une traduction correcte. La version traduite du slogan n’était pas sans rappeler une expression communément interprétée comme « souffrir de diarrhée »… au lieu de « relâcher », « libérer ». Pas étonnant que cette bière n’ait pas rencontré le succès escompté !
  • Le slogan de la société Parker Pen a également fait couler beaucoup d’encre, bien que pour une raison différente. Celui-ci se voulait rassurant : « Il ne fuira pas dans votre poche et ne vous embarrassera pas ». Pourtant, lors de l’introduction de ces stylos bille haut de gamme sur le marché mexicain, la devise était la suivante : « Il ne fuira pas dans votre poche et ne vous mettra pas enceinte ». Explication : il s’agit d’un faux ami. Le terme espagnol embarazar ressemble à s’y méprendre à « embarrassant », mais signifie vraiment « attendre un enfant ». Toute personne apprenant la langue de Cervantes est vite mise au parfum des erreurs courantes telles que la confusion entre embarazada (« enceinte ») et « embarrassée »… L’habit ne fait pas le moine, donc !
  • Voici une erreur de traduction qui aurait pu mener bon nombre d’utilisateurs à se blesser. Le nom d’un produit d’entretien ménager vendu dans les quincailleries Home Hardware a été traduit par un autre corps chimique, lequel peut être dangereux lorsqu’il est en contact avec de l’eau : des éclaboussures peuvent gravement brûler la peau. Cet exemple montre que les erreurs de traduction nuisent non seulement à la réputation de l’entreprise, mais mettent aussi la vie de certains consommateurs en danger.
  • L’entreprise iranienne Paxam commercialise des biens de consommation divers et variés. Mais lorsqu’elle a souhaité rejoindre le marché anglophone, une erreur de traduction concernant leur lessive n’est pas passée inaperçue. En persan, elle s’appelle « Barf » (« Neige ») dans leurs campagnes marketing et a été traduite sur les étiquettes par « Vomi » en anglais. J’en connais qui ont dû se faire passer un savon…
  • Une erreur de traduction a suscité la polémique en 2013, avec l’un des bijoux de la marque de prêt-à-porter Mango. Des internautes ont dénoncé la présence sur le site français d’une collection de bijoux appelée « Esclave », mais la marque a plaidé pour l’erreur de traduction. En effet, en espagnol le mot esclava peut se traduire par « esclave » en français, mais également par « gourmette ». Cette erreur a déclenché un véritable tollé… Une pétition a même été lancée sur le site Change.org, sous l’impulsion de l’ancienne Miss France Sonia Rolland, entre autres. Heureusement, la correction a été effectuée rapidement.

Pour conclure, faire appel aux services d’une agence de traduction ou d’un(e) traducteur(trice) indépendant(e) éviterait donc une perte de temps et d’argent à ces entreprises. Comme nous l’avons vu, la traduction peut ainsi avoir de graves conséquences lorsqu’elle est bancale… Si vous souhaitez voir plus d’exemples d’erreurs de traduction qui ont traversé l’histoire, je vous invite à lire le billet d’Audrey Duchesne.

 

Sources :

Karen Renel-King, portrait d’une traductrice assermentée

Par Aurélien Vache, étudiant M1 TSM

Karen Renel King

 

Karen Renel-King, que nous appellerons simplement Karen, nous vient tout droit du pays de l’oncle Sam. Actuellement établie dans cette magnifique ville d’Amiens, elle peut vous traduire un contrat de droit commercial les yeux fermés (enfin, pas complètement).

La traduction assermentée, kézako ?

« Il s’agit de traduire de manière certifiée un certain nombre de documents, comme des actes de procédure, des actes d’huissier, des actes notariés, des pièces administratives, des actes de mariage ou de divorce, etc. Le traducteur assermenté est reconnu comme étant un officier ministériel qui certifie qu’un texte traduit (vers le français ou vers une autre langue) est une traduction fidèle et exacte d’un document original qui peut être rédigé en français ou en une autre langue. »

Se connaître, c’est quand même mieux !

Née dans le Midwest, Karen quitte sa mère patrie pour sa patrie d’adoption, la France, à l’âge de six ans. À l’instar de sa famille, elle ne parle pas un traître mot de français à son arrivée mais fait pourtant partie de la « tête de classe », laissant présager un avenir prometteur. Après avoir décroché son bac à Paris, Karen étudie à la Sorbonne et y obtient un DEA (le diplôme d’études approfondies est équivalent aujourd’hui à un Master 2) en traduction en 1982. Et depuis 1985, elle exerce notamment en qualité d’experte auprès de la Cour d’Appel d’Amiens, où elle traduit et interprète. Membre de la Guilde Européenne des Traducteurs, de la Société française des traducteurs (SFT pour les intimes) ainsi que de l’UNETICA (Union Nationale des Experts Traducteurs Interprètes près les Cours d’Appel), Karen a montré un intérêt croissant pour la traduction.

Karen, une traductrice chevronnée

Forte de presque trente années d’expérience dans le domaine de la traduction, Karen a notamment traduit pour de grandes marques et institutions telles que BNP Paribas, LCL ou encore Bonduelle. Elle est par conséquent très sollicitée, et réceptionne des demandes provenant des quatre coins du globe, mais surtout de l’Hexagone. Son expertise repose sur un large éventail de documents : des actes de mariage, des attestations de stage, des bulletins de salaire, des casiers judiciaires, des documents de fusion-acquisition, mais aussi des actes de naissance et des relevés de notes (liste non exhaustive, loin s’en faut). Karen peut rester une semaine sans sortir, ce qui contraste avec son âme de globe-trotteuse. Effectivement, lorsqu’elle est prise d’une envie d’évasion loin de la grisaille picarde, elle laisse son bureau à la disposition de son employée et saute dans le premier avion à destination d’un pays exotique (photo à l’appui). L’efficacité et la qualité de ses services ne sont plus à prouver, et elle reçoit beaucoup de demandes de stages. On lui a d’ailleurs déjà proposé de dispenser des cours de traduction à l’Université de Cergy-Pontoise, offre qu’elle a déclinée, car il est difficile de courir deux lièvres à la fois.

Être un bon traducteur, ça veut dire quoi grosso modo ?

Selon Karen, tout traducteur qui se respecte doit être rapide, organisé, doué d’une justesse des mots irréprochable et ne former plus qu’un avec l’orthographe. Exercer en tant qu’indépendant requiert en outre une concentration sans faille. C’est une compétence qui s’apprend et se développe, entre autres, par le yoga ou la méditation, et Karen en sait quelque chose puisqu’elle fait trente minutes de méditation par jour. La motivation du traducteur qui travaille à son compte est également mise à rude épreuve, et à juste titre : il s’avère qu’il est assez isolé, sauf s’il appartient à des réseaux. Karen, par exemple, connaît très peu de traducteurs, bien qu’elle soit en contact avec des agences parisiennes, lyonnaises et marseillaises. Par ailleurs, il est communément admis qu’un traducteur traduit vers sa langue maternelle. Toutefois, comme le rappelle judicieusement Lucie Lhuillier, « ce n’est pas toujours le cas dans la réalité ». En effet, il peut arriver qu’un traducteur traduise vers plusieurs langues. Karen en est la preuve, elle qui préconise de connaître chaque mot sur le bout des doigts et de ne pas trop recourir aux dictionnaires. Ce n’est pas une sinécure, j’en conviens, mais Karen souligne, d’une part, que les stages constituent pour le traducteur novice une étape très importante pour consolider ses connaissances théoriques et pratiques. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, pas vrai ? D’autre part, elle confie qu’il faut être bien dans sa peau et surtout aimer ce que l’on fait.

Traducteur, une profession aux multiples facettes

Nous sommes nombreux, Karen y compris, à affirmer que la traduction littéraire constitue une niche étroite, et qu’il faut donc savoir faire son trou ! Le traducteur littéraire est certes plus libre, mais il exerce une activité très spécialisée sans pour autant bien gagner son pain. Ça, ce n’est pas un scoop. Karen remarque que, d’une manière générale, le métier de traducteur est assez méconnu du grand public. Effectivement, force est de constater que, d’un point de vue extérieur, nous sommes loin de nous imaginer qu’un traducteur peut devoir comparaître au tribunal pour un mot mal utilisé ou omis, en particulier, cela va sans dire, dans les sphères technique et juridique. Puisqu’on parle de justice, il est également à noter qu’en matière de traduction assermentée, les règles varient d’une nation à l’autre. Ainsi, alors qu’en France « le traducteur assermenté est homologué par les juridictions de premier ou second degré » ou « par le ministère de la Justice », le système pratiqué en Angleterre ou aux États-Unis est assez différent : dans ces pays, il suffit de jurer de bien connaître la langue. En France (métropolitaine et d’outre-mer) en revanche, c’est sur dossier que les choses se jouent. Par ailleurs, Karen conseille d’exercer en libéral et d’adopter au départ le statut de micro-entrepreneur, car cela représente jusqu’à 32 000 euros de gains annuels. D’un autre côté, Karen signale que la traduction financière est très complexe : le vocabulaire diffère entre anglais britannique et anglais américain, c’est pourquoi il faut être extrêmement spécialisé. Le fait est qu’un spécialiste sera tout à fait à même de traduire rapports financiers et autres réjouissances de la sorte en deux coups de cuillère à pot, à condition toutefois de disposer de ses propres modèles. Gardons aussi à l’esprit que les traducteurs peuvent être amenés à traduire des guides divers et variés tels que ceux de la collection « Pour les Nuls » (For Dummies en anglais). Alors, lorsque vous vous délecterez à la lecture du bouquin qui vous fera passer de Padawan à Maître Jedi en crochet ou en dessin, vous aurez une petite pensée pour la personne qui l’a traduit en français.

Profession traducteur freelance : le bon grain et l’ivraie

Comme tous les métiers, celui de traducteur freelance présente ses avantages et ses inconvénients. Comme son nom l’indique, le traducteur freelance dispose de plus de liberté. Cependant, Karen rappelle qu’il s’agit d’un métier difficile qui, répétons-le, nécessite d’être très concentré, dans sa bulle, et qui peut entraîner des soucis de santé dus à un trop-plein de stress. De plus, Karen regrette que les clients se permettent parfois d’appeler tard dans la soirée et le week-end, au grand dam de sa famille. Notons que ces derniers ne comprennent pas forcément la traduction ni le fait qu’on ne traduise que vers une seule langue. À ce propos, certains professionnels de la traduction se plaignent de ne traduire que vers la langue de Molière. Karen constate de surcroît que le traducteur néophyte tend à accepter trop de demandes. Néanmoins, elle souligne enfin qu’un traducteur assermenté gagne mieux sa vie qu’un traducteur généraliste.

Les agences de traduction, une fausse bonne idée ?

C’est en tout cas ce que pense Karen, qui estime qu’à l’heure actuelle les agences n’embauchent pratiquement plus de traducteurs et que la tendance est à la gestion de projets de traduction. On pourrait aisément penser que les personnes recrutées par les agences de traduction passeront le plus clair de leur temps à traduire des textes en tous genres. Or, il semblerait que la réalité soit tout autre : à défaut de traduire, on s’occuperait d’établir les devis et de répondre aux clients. Karen considère que les agences sous-traitent parce que les charges deviennent chères, ce qui, d’après elle, serait de plus en plus le cas de nos jours. L’avantage qu’elle leur reconnaît, c’est qu’elles s’occupent de la prospection auprès des clients. Elle recommande tout de même de travailler pour les agences de traduction lorsque l’on débute, même si elle note que certaines d’entre elles ne paient pas, ou paient très mal.

En conclusion, j’espère que ce billet vous aura permis d’en apprendre un peu plus sur la traduction assermentée et, plus largement, sur le métier de traducteur. Ce portrait, dont la structure est assez singulière, je l’admets, a en effet pour vocation de sensibiliser le plus grand nombre aux différents aspects de cette profession qui, comme le raconte Margaux Bochent dans son article « Le traducteur vu par le monde extérieur », fait l’objet de nombreux préjugés et stéréotypes. Pour finir, j’adresse un grand merci à Karen pour ses précieux conseils et sa disponibilité.

 

Sources annexes

https://www.traductionassermentee.net/

https://unetica.fr/

https://www.village-justice.com/articles/traducteurs-assermentEs-accrEditEs,12910.html

Être traducteur en Allemagne : et pourquoi pas ?

Par Jordan Raoul, étudiant M1 TSM

20190428_173209

 

Fer de lance de l’Union européenne et industrie de pointe, l’Allemagne est le premier partenaire économique de la France. C’est donc une destination privilégiée pour les courageux, entre autres, qui se sont orientés vers l’apprentissage de l’allemand à partir du collège. Je suis moi-même, très intéressé par ce pays. La langue ainsi que les rencontres et les voyages que j’y ai faits m’ont poussé à envisager de m’y installer. N’étant pas encore traducteur, je n’ai pas la prétention d’être capable de comparer les deux pays. Néanmoins, j’ai pu, au cours des mois passés, interroger des traducteurs installés en Allemagne et recueillir des informations sur le marché allemand et la carrière que les traducteurs y mènent. Également en période de stage à Hamburg (pardonnez mon goût pour la non-traduction des noms de villes et de régions allemandes), j’ai l’occasion d’observer quotidiennement les relations entre les traducteurs, les clients et les gestionnaires de projets qui font le lien entre les deux.

 

Commençons par une petite présentation de nos protagonistes :

Charles Minnick est un traducteur américain installé à Brauschweig, dans le centre de l’Allemagne, depuis plus de 10 ans. Il travaille pour l’Établissement fédéral de technique physique (Physikalisch-Technische Bundesanstlat) où il fait principalement de la révision de textes traduits vers l’anglais.

Stephanie James vient d’intégrer le marché de la traduction. Elle vient de Nouvelle-Zélande mais son goût pour l’allemand l’a poussée à s’installer à Karlsruhe. Elle a été gestionnaire de projet pendant plusieurs mois avant de devenir traductrice à part entière. Bien que fraichement débarquée, son activité rencontre déjà beaucoup de succès.

Jess Schewel est une traductrice britannique installée, comme Charles, à Braunschweig. Après une formation qui s’apparente à la formation TSM et deux stages en Allemagne, elle a réalisé qu’elle était faite pour y rester. Elle traduit depuis 10 ans, elle est indépendante et travaille tant avec des agences qu’avec des clients directs.

Max Grauert GmbH est l’agence de traduction dans laquelle je suis actuellement stagiaire. Elle est située à Reinbek, près de Hamburg. Elle regroupe une petite équipe d’une quinzaine de personnes constituée essentiellement des gestionnaires de projets, mais emploie également des traducteurs à travers le monde, à distance, afin d’assurer le plus grand nombre de combinaisons de langues possible.

 

436A0889

Charles Minnick (à gauche), traducteur-réviseur à l’Établissement fédéral de technique-physique. Photo : Yuzhe Jia

 

« Alles, was einen Stempel hat, ist wertvoll ». En français, « Tout ce qui a un cachet officiel est précieux ». Ces paroles, que j’ai entendues plusieurs fois de la part d’acteurs du monde de la traduction allemand, font avant tout référence à une certification dont Charles me parlait déjà en novembre dernier. Il s’agit d’une sorte de diplôme d’État visant à faire certifier ses capacités de traducteurs et / ou d’interprète. Il s’agit d’un équivalent, si l’on veut, des certifications de niveau de langue, en cela qu’il n’est pas nécessaire de l’obtenir pour être traducteur en Allemagne. Charles Minnick ne l’a obtenue que récemment, Stephanie James compte s’y essayer à la prochaine session, tandis que d’autres se sont jetés dessus, comme les employés britanniques de l’agence de traduction Max Grauert GmbH, peut-être par crainte du Brexit. L’Allemagne étant un pays fédéral, chaque Land propose ses sessions et ne certifie pas nécessairement dans les mêmes langues que son voisin. Le Hessen certifie par exemple dans 30 langues, tandis que Bremen ne propose que le français, l’anglais et l’espagnol. Les épreuves ne sont pas non plus égales. Celle que souhaite passer Stephanie James est constituée de traductions de textes juridiques, tandis qu’une employée de Max Grauert GmbH n’a eu qu’à se rendre à un séminaire durant un après-midi pour obtenir sa certification.

À présent, que vous soyez ou pas en possession de cette certification, il vous faut être dans la légalité pour travailler. Beaucoup de traducteurs travaillent en tant qu’indépendants, même lorsqu’ils travaillent uniquement pour une seule et même agence de traduction. Cela leur permet d’être libres de vivre et de travailler à leur manière. Si Charles est salarié d’un institut, Stephanie et Jess sont, quant à elles, traductrices freelance. Le régime que l’on appelle Kleinunternehmer, s’apparente à celui des micro-entrepreneurs en France. La procédure est généralement simplifiée, mais elle nécessite un compte en Allemagne. Être Kleinunternehmer vous permettra d’obtenir ce que l’on appelle un Steur-ID et un Steuernummer, qui vous permettront d’établir vos factures. Dans le cas de Jess, ce régime lui a permis d’être exemptée de TVA durant ses deux premières années.

En tant que traducteur indépendant, plus particulièrement, il est important de pouvoir se faire connaître sur les réseaux sociaux. À ce sujet, ce qui est vrai en France reste vrai en Allemagne. Toutefois, il existe un réseau social bien allemand, Xing, qui se veut être le LinkedIn du marché germanophone (et donc suisse, autrichien et liechtensteinois, également). Il est important de savoir gérer son e-réputation tant sur Xing que sur LinkedIn, car tous deux représentent une grande part des échanges entre traducteurs et clients.

Et puisque je vous parlais à l’instant de marché germanophone, sachez qu’être traducteur francophone en Allemagne vous rapproche de clients autrichiens et suisses. Les Suisses ont d’importants besoins de traduction vers le français. Il ne faut pas avoir peur de ne pas être capable de maîtriser les variantes suisses du français et de l’allemand, car les textes à traduire sont souvent techniques et le vocabulaire est davantage influencé par la terminologie propre au domaine que par quelque dialecte qui soit. Il vous faudra toutefois apprendre à connaître les sources institutionnelles suisses, car on peut facilement confondre une source suisse avec une source française ou allemande.

Bien que l’Allemagne soit connue pour être un pays où règnent la rigueur et le professionnalisme, vous ne serez jamais à l’abri de tomber sur des clients peu organisés, louches, voire de mauvaise foi. Selon Stephanie James, qui a déjà fait de mauvaises rencontres, il faut éviter les agences de traductions qui transmettent des documents sans avoir pris vraiment contact ou qui ne font pas signer de clause de confidentialité. Jess Schewel brosse ainsi le portrait d’un client comme on en trouve beaucoup en Allemagne : « Certains clients préfèrent s’entretenir au téléphone et discuter du projet avant de le transmettre. La communication avec les Allemands est davantage formelle au début, mais, après quelques projets satisfaisants, devient décontractée (« vous » se transforme en « tu » et l’emploi du prénom se généralise, par exemple). Les réponses rapides sont de rigueur, surtout lorsqu’il s’agit d’une agence. ». Elle poursuit ensuite sur la question des salaires. Ses clients payent généralement au mot et le salaire varie entre 0,10 € et 0,20 € par unité. Certains clients, plus particulièrement les Suisses, préfèrent payer au segment. Ce type de paiement est quelque chose que j’ai observé personnellement lors de mon stage. J’ai questionné Stephanie James à ce sujet et sa réponse fut plutôt intéressante : « As-tu vu combien les mots allemands sont plus longs que ceux de beaucoup d’autres langues ? ». Cela fait sens : quand ce qui est en français une phrase devient en allemand un mot…

 

Ainsi, en vous parlant du marché allemand de la traduction, j’espère vous avoir présenté un marché qui, certes, ne se distingue pas radicalement du marché français, mais qui aura su vous rendre curieux et qui vous invitera à vous informer davantage sur ce beau pays et ses perspectives en matière de traduction.

 

Quelques sources et liens utiles :

https://bdue.de/de/der-beruf/wege-zum-beruf/staatliche-pruefung/

https://www.steuererklaerung.de/ratgeber-steuern/steuer-id-steuernummer

https://scheweltranslation.de/

https://www.linkedin.com/in/stephanie-james-0794b6142/

https://www.linkedin.com/in/jordan-raoul-a94a36175/