Entretien avec Lisa Pécherot, traductrice au Bureau International du Travail à Genève

Par Clara Sarritzu, étudiante M1 TSM

 Photo Lisa Pécherot

Tout d’abord, concernant vos études, quel a été votre parcours ? Et quelles sont vos langues de travail ?

Alors, concernant mon parcours, j’ai fait un double cursus à l’ISIT en traduction juridique et à l’Université de Paris Sud en droit, option droit international public, dont une année d’échange en Écosse. J’ai le titre de traductrice de l’ISIT, plus une Maîtrise de droit international public. Ensuite, j’ai fait un troisième cycle en Angleterre, un LLM en Human Right and Criminal Justice puisque je me suis spécialisée dans le droit international des droits de l’Homme. Mes langues de travail sont l’anglais et l’espagnol et j’ai terminé mes études en 2002.

Pourquoi avoir choisi le domaine de la traduction ? Qu’est-ce qui vous a attiré dans le métier de traductrice ?

J’aimais beaucoup les langues au lycée. Je faisais de l’anglais, de l’espagnol et j’avais choisi une troisième langue qui était le russe. C’est un domaine qui m’a toujours énormément attirée, j’aime le fait de pouvoir communiquer avec ceux qui ne parlent pas la même langue que nous. Faire l’effort de communiquer dans une langue qui n’est pas la nôtre, c’est très agréable. Apprendre une langue, c’est aussi une ouverture vers d’autres cultures. On apprend comment les gens vivent ailleurs, et même la manière d’exprimer certaines choses qui n’est pas la même que la nôtre. C’est aussi presque une forme de respect envers les gens qui font partie d’une autre culture d’apprendre à parler leur langue, de s’intéresser à leur culture. Je suis donc plutôt dans un esprit de communication et d’ouverture vers l’autre. Quand j’ai eu mon bac, je me suis vraiment posé la question de ce que j’allais faire, mais je ne voulais pas faire que des langues. Pour moi, ce n’était pas suffisant, je ne voyais pas vraiment quels débouchés il pouvait y avoir et ce que cela pouvait m’apporter. Quand j’étais en terminale, on m’a posé la question mais je ne me suis pas dit tout de suite « Tiens, je veux être traductrice ! ». J’ai découvert les différentes formations qui étaient proposées. L’Université de Nanterre offrait une formation qui alliait le droit et les langues, mais la formation n’était proposée qu’avec une seule langue. Étant donné que j’avais trois langues, je voulais en garder au minimum deux. C’est pour ça que je me suis tournée vers l’ISIT qui proposait ce double cursus, plutôt que vers les écoles de traduction classiques. Je voulais vraiment me spécialiser, faire des langues et autre chose en plus à côté. Par la suite, je me suis d’abord orientée vers une carrière juridique mais je n’ai jamais abandonné la traduction, j’en faisais sur mon temps libre parce que ça me plaisait vraiment et que ça me permettait de faire autre chose. J’avais un poste très politique, j’ai travaillé pour une organisation syndicale pendant 8 ans, mais dans le domaine du droit international et des droits de l’Homme. Donc les langues étaient vraiment un outil nécessaire et essentiel. Et puis progressivement, je me suis remise à la traduction à temps plein il y a quelques années parce que c’est aussi une manière de faire de l’international. Pour moi, c’était vraiment une continuité de mon parcours, et aujourd’hui je n’envisage pas de faire autre chose que de la traduction à temps plein parce que c’est un métier dans lequel on n’a jamais fini d’évoluer. On peut toujours se re-spécialiser dans d’autres domaines. Alors oui ça s’anticipe, ça demande du temps et c’est parfois difficile, mais c’est toujours possible. On n’a jamais fini d’apprendre, et ça c’est vraiment très agréable. J’aime beaucoup cet aspect de progression permanente vers le mieux, qui est selon moi flagrant dans le monde de la traduction. C’est très valorisant ! Et puis on sait ce qu’on fait, on sait si on a été efficace sur une journée,  on arrive à peu près à mesurer son efficacité et sa productivité. Le champ des possibles est quasi infini dans la traduction !

En tant que traductrice au Bureau International du Travail, utilisez-vous les outils de TAO tel que Trados ? Si oui, lesquels ? Avez-vous été formée à l’utilisation de ces outils de TAO au cours de vos études ?

Alors, lorsque j’étais traductrice indépendante j’utilisais beaucoup Trados, mais je n’ai pas fait mes études à une époque où l’apprentissage de leur utilisation était intégré dans les cursus car ils étaient encore peu développés. Je me suis donc formée par la suite.

Au BIT on a un outil qui s’appelle MultiTrans, et il me semble que chaque organisation internationale a son propre outil de traduction. MultiTrans c’est un outil plus facile à utiliser que Trados qui fonctionne aussi par segment et dans lequel on a toute notre base de données. Il permet également de travailler dans Word de manière plus classique, donc c’est un autre rapport au texte. Par exemple, on peut choisir d’utiliser soit l’agent de traduction pour les textes qui sont très repris, soit on passe une espèce d’agent qui va mouliner le texte et le ressortir dans Word avec des segments qui sont surlignés dans certaines couleurs, et ensuite on va rechercher ces segments dans une autre fenêtre sur le logiciel MultiTrans et on peut choisir de remplacer ces segments ou pas. On a peu de textes qui sont vraiment très repris au BIT, je trouve que ça permet de garder une certaine créativité. Et surtout, quand on est dans la fenêtre de traduction de Trados, je trouve que c’est plus compliqué pour gérer les répétitions par exemple, parce qu’on perd de vue les paragraphes. En ce moment, on essaie de faire le point sur nos méthodes de travail, mais je ne pense pas que nous changerons de prestataire. La majeure partie des traducteurs qui travaillent en organisation internationale sont contents de pouvoir continuer à travailler dans Word.

Au cours de la première année de Master TSM à l’Université de Lille, on nous a appris qu’il est très important d’être présent sur les réseaux sociaux tels que LinkedIn ou Twitter. Qu’en pensez-vous ? Et selon vous, dans quelle mesure les réseaux sociaux peuvent être utiles dans le métier de traducteur ?

Quand j’ai fait mes études en traduction on n’avait pas cet aspect-là dans la formation. Mais je sais qu’aujourd’hui toutes les formations en traduction offrent cet aspect. Au-delà des réseaux sociaux c’est surtout l’aspect commercial de la profession qui est mis en avant : comment se constituer un réseau, comment démarcher les clients, etc. C’est vrai que c’est très bien d’aborder ça pendant la formation, c’est essentiel dans les activités de réseautage d’être présent sur les réseaux sociaux. Alors, Twitter je ne l’utilise pas, je pense que c’est une question de génération. Pour moi, c’est aussi une question de temps, quand on a un compte Twitter il faut l’animer sinon ça n’a pas d’intérêt, et c’est vrai que je n’ai pas vraiment le temps. J’ai un compte LinkedIn que j’utilisais plus ou moins quand j’étais traductrice freelance et que j’utilise encore un petit peu. J’ai eu des contacts professionnels par ce biais-là et ça m’a aussi permis de mettre en contact des clients avec des traducteurs qui n’avaient pas ma combinaison linguistique ou qui n’avaient pas les mêmes domaines de spécialisation que moi. Maintenant, je pense qu’il faut aussi s’en méfier, parce qu’on reçoit parfois des invitations à se connecter avec des gens qu’on ne connaît pas. Alors on accepte pour élargir son réseau, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se fier à ces personnes. Quand il faut mettre en relation des clients avec des traducteurs, il faut se méfier parce que ce n’est pas parce qu’ils sont dans notre réseau qu’on les connaît et qu’on connaît leur travail. Parfois, je me fais aussi démarcher par des clients que je ne connais pas, et je n’ai pas forcément envie de mettre un confrère ou une consœur en relation avec ce client, ne sachant pas si c’est un bon client ou pas. La présence sur les réseaux sociaux est essentielle pour l’activité commerciale du traducteur, mais il faut aussi prendre un peu de distance par rapport à toutes ces demandes de mise en réseau.

Vos langues de travail sont l’anglais et l’espagnol. Utilisez-vous quotidiennement ces deux langues dans votre travail au BIT ?

Pas du tout. Et même quand j’étais en freelance, j’ai été très surprise car c’était essentiellement l’anglais. Quand j’ai commencé mes études, je voulais abandonner l’espagnol et garder le russe parce que je trouvais qu’anglais-espagnol c’était une combinaison trop classique, mais ça n’a pas été possible. Au BIT les textes sont presque tous rédigés en anglais, il arrive parfois qu’on ait un texte en espagnol mais c’est assez rare. C’est donc parfois un peu compliqué pour moi quand je reçois un texte en espagnol, parce que j’ai tellement l‘habitude de travailler en anglais que c’est difficile de se replonger dans une autre langue. Mais ça revient évidemment très vite ! Donc je dirais que je travaille 80% du temps sur des textes en anglais et 20% sur des textes en espagnol, et c’était pareil quand je travaillais en freelance. C’est vrai que ça peut surprendre quand on débute et que c’est compliqué parce qu’il faut tout de même pratiquer l’espagnol de temps en temps pour ne pas perdre la langue. En plus de ça, l’espagnol des relations diplomatiques est assez différent de l’espagnol marketing ou de l’espagnol latino-américain.

Êtes-vous parfois amenée à traduire à partir de votre langue maternelle vers l’une de vos langues de travail ?

Non, je refuse systématiquement. Je l’ai fait parfois pour rendre service à des amis mais ce n’était pas en tant que professionnelle, c’était vraiment pour dépanner. Et j’ai toujours bien précisé que ça ne sera jamais aussi bien que si c’était fait par un traducteur qui traduit vers sa langue maternelle. Donc je refuse toujours de le faire à titre professionnel parce que je ne peux pas garantir la qualité. C’est même une question d’éthique. Au BIT ça ne se fait pas du tout, on a une unité linguistique pour chaque langue avec des traducteurs natifs de pays anglophones ou hispanophones. Donc on n’est jamais amenés à traduire vers nos langues de travail. Mais quand j’étais en freelance, parfois il fallait expliquer aux clients pourquoi je refusais de leur faire la traduction vers l’anglais ou l’espagnol. Et je pense que refuser au client de le faire et le mettre en relation avec un traducteur natif c’est un gage de sérieux pour le client. Une fois qu’on a expliqué ça au client, en général on ne perd pas ce client même après avoir refusé de faire sa traduction vers une langue qui n’est pas notre langue maternelle. J’ai même parfois eu des clients qui sont revenus vers moi pour de la traduction vers le français, parce qu’ils avaient gardé l’idée de quelqu’un de sérieux.

Y a-t-il une « journée type » pour un traducteur ou une traductrice au BIT ? Quelles sont les tâches que vous effectuez quotidiennement ?

Il n’y a pas de journée type. Ça dépend beaucoup des réunions, des conseils d’administration qui ont lieu trois fois par an et des conférences internationales qui ont lieu une fois par an. Et on sait que ces périodes sont très intenses pour nous. Les textes sur lesquels nous sommes amenés à travailler relèvent toujours des mêmes domaines : le monde du travail, les organisations syndicales, les organisations patronales, le dialogue social. Ce sont donc toujours les mêmes thématiques qui reviennent mais les textes sont tout de même très variés, visant des publics très différents. Il peut s’agir de documents officiels, de textes portant sur des normes internationales, de conventions et de traités internationaux qui vont être ratifiés par les États membres, qui demandent donc une technicité particulière. Parfois, il s’agit aussi de communication interne, de messages du directeur général, de profils de poste qui sont recherchés ou d’accords internes en matière de ressources humaines. Les textes sont donc extrêmement diversifiés et il n’y a pas vraiment de journée type, ça dépend de ce qui nous arrive. On est au service des différents départements du BIT, on s’adapte donc à leurs exigences et à leur propre calendrier. Pendant les conseils d’administration et les conférences internationales, le rythme de travail est extrêmement exigeant car nous sommes amenés à traduire en direct des amendements qui sont apportés en salle. Pour cela, on travaille avec un logiciel qui a été conçu spécialement pour le BIT et qui permet d’afficher la traduction des amendements en trois langues pour que tout le monde puisse suivre et être à même de les valider ou pas. C’est vraiment un aspect particulier de notre métier qui est très exigeant et qui implique des horaires de travail très lourds (entre 12 et 18 heures par jour). Mais c’est vraiment une période particulière de l’année et c’est le cœur du réacteur de l’organisation, c’est à ce moment-là qu’on adopte les nouveaux traités. On est là pour faciliter le débat et on est alors au service non plus des différents départements de l’organisation mais plutôt des différents membres de l’organisation.

Y a-t-il des chefs de projet au BIT, ou les traducteurs gèrent-ils eux-mêmes leurs projets ? Vous chargez vous vous-même de la révision ?

Nous avons un système de gestion de projet. Chaque unité linguistique à un chef d’unité et parallèlement à ces unités on a une unité qui fait de la gestion de projet, c’est donc à cette unité-là que sont envoyés les textes. Ensuite, on a un logiciel d’attribution des projets qui nous permet de référencer les projets. On a donc des référenciaires qui parcourent rapidement les textes et qui vont par exemple, s’il y a une convention internationale qui est citée, nous mettre le lien vers cette convention. Ils préparent en fait les recherches pour que les traducteurs n’aient pas à le refaire et s’occupent également de faire la segmentation du texte à l’aide du logiciel MultiTrans. Ça n’enlève pas tout le travail de recherche que doit faire le traducteur évidemment, mais c’est tout de même une aide énorme. Ensuite, une fois que la préparation du texte est terminée, il est mis dans le logiciel d’attribution et c’est le chef d’unité de chaque unité qui attribue les textes aux différents traducteurs en fonction des domaines de spécialisation de chacun. On a également des réviseurs ainsi qu’un service de mise en page parce que comme c’est une organisation internationale tout est très codifié. Donc au BIT la gestion de projet va jusqu’à la mise en page, tout est très organisé. Lorsqu’un texte est attribué à un traducteur il est également attribué à un réviseur, ce qui permet au traducteur de communiquer avec le réviseur dès la phase de traduction, notamment en ce qui concerne les choix terminologiques. Ça permet vraiment de favoriser le travail d’équipe ! Et après la phase de révision, le réviseur fait systématiquement un retour au traducteur.

En tant que traductrice au BIT, êtes-vous amenée à voyager ou à vous déplacer ?

Non, pour le BIT c’est un poste qui est très sédentaire pour des raisons de coût entre autres. Il y a parfois des réunions de l’Organisation Internationale du Travail qui n’ont pas lieu au siège de Genève, notamment des réunions régionales qui ont lieu une fois par an. Des équipes du secrétariat du BIT se rendent sur place pour organiser les réunions mais nous on travaille depuis Genève. Dans ces cas-là, c’est pareil on est amenés à travailler en horaires décalés pour que, par exemple, lorsque des conclusions sont proposées pour l’adoption pendant la réunion, toutes ces conclusions soient prêtes pour le lendemain matin afin d’être présentées aux participants. Et quand j’étais freelance c’était pareil, je me déplaçais parfois au BIT parce que je faisais de la traduction de conférence quand c’était mon client en tant que freelance, mais sinon c’était très sédentaire. Alors c’est vrai que quand on est traducteur freelance on peut travailler depuis n’importe où dans le monde, mais moi j’aimais bien le confort de mon bureau et mes petites habitudes.

Quels sont les aspects les plus contraignants de votre métier ?

Alors pour moi l’un des aspects les plus contraignants c’est que souvent le traducteur arrive en fin de chaîne. Mais ça c’est quelque chose que j’avais déjà constaté quand j’étais freelance. Quand il y a un projet, tout le monde prend du retard sur le projet, et donc bien souvent on rogne sur les délais de livraison de la traduction. On est donc souvent amenés à travailler en urgence. Pour moi c’est ça la principale contrainte, on ne maîtrise pas les délais et la date à laquelle nous arrivent les textes. En plus, au BIT on a des délais réglementaires donc ce n’est pas négociable. Il faut sans arrêt s’adapter, c’est très stressant !

À l’inverse, quel est l’aspect de votre métier qui vous plaît le plus ?

Moi, j’aime la créativité qui va de pair, je pense, avec la traduction. On s’encroûte très rapidement quand on est traducteur, surtout quand on est traducteur en interne. Je pense que c’est moins le cas quand on est freelance parce qu’on peut avoir une palette de clients beaucoup plus diversifiée. Mais quand on est traducteur interne et qu’on a intégré le jargon interne, on a tendance à acquérir des tics de langage. Il faut vraiment être attentif pour ne pas tomber dans cette routine.

Le développement des traducteurs automatiques est en plein essor et ils sont de plus en plus performants. Êtes-vous inquiète quant à l’avenir du métier de traducteur ? Pensez-vous qu’à terme les traducteurs humains seront remplacés par des machines ?

Alors non, je ne suis pas trop inquiète pour l’avenir du métier, je pense que ça va pousser forcément le métier à évoluer. Mais il a déjà évolué par rapport à il y a vingt ou trente ans j’imagine. J’ai des collègues qui faisaient toutes leurs recherches en bibliothèque par exemple. Aujourd’hui on fait toutes nos recherches sur internet, ça a été une véritable révolution ! Peut-être qu’il y a trente ans on se posait déjà la question avec l’arrivée d’internet. Donc je pense que la question se pose à chaque fois qu’il y a une nouvelle évolution technique ou technologique. Le métier de traducteur évolue beaucoup, aujourd’hui on a les logiciels comme Trados qui poussent aussi les clients et les agences de traduction à tirer les prix vers le bas. C’est déjà une difficulté aujourd’hui. Les logiciels de traduction automatique sont de plus en plus performants en effet. Alors je ne parle pas de Google Translate, moi j’ai testé DeepL sur un document que j’ai eu à traduire au BIT et j’ai trouvé ça pas mal. Ça peut offrir une base de travail intéressante, mais pour certaines choses je pense qu’on ne peut pas remplacer un humain. Notamment pour les textes du BIT, ce sont des textes qui sont parfois très politiques comme les comptes rendus de réunion par exemple où il faut savoir lire entre les lignes pour vraiment saisir le sens politique et diplomatique de ce que dit l’intervenant. Et pour l’instant je pense qu’on en est encore loin avec les traducteurs automatiques. Après, peut-être qu’on passera tout à la moulinette avec les traducteurs automatiques et qu’on aura juste besoin d’un humain pour corriger certaines choses. On ne sait pas encore comment le métier va évoluer, cela dit le métier de traducteur n’est pas le seul à être menacé, si toutefois il est menacé. On pourrait même considérer que l’humain lui-même est menacé et qu’on va tous être remplacés par des robots. Mais je pense qu’il ne faut pas non plus sombrer dans la psychose.

Pour terminer, quels conseils donneriez-vous à celles et ceux qui souhaiteraient se lancer dans la traduction en freelance ?

Mon premier conseil serait de ne surtout pas se sous-évaluer, et c’est sans doute le plus difficile quand on commence. Il ne faut pas se dire qu’il faut fixer des tarifs assez bas parce qu’on débute, parce ce qu’après c’est très difficile d’expliquer à un client qu’on veut augmenter les tarifs. Les traducteurs d’aujourd’hui, lorsqu’ils sortent de l’école ou de l’université, ce sont des gens qui ont fait des études, qui sont extrêmement bien formés, qui maîtrisent très bien les langues et les logiciels de traduction assistée par ordinateur, et tout ça, ça a un coût. Si on achète Trados et qu’ensuite on l’utilise pour créer des mémoires de traduction, ça demande aussi du temps. Donc il ne faut surtout pas se sous-évaluer. La deuxième chose c’est qu’il ne faut pas se laisser bouffer par le travail. Moi ça a été ma grande difficulté, parfois il faut savoir dire non à un client. Et un client peut être tout à fait à même de comprendre quand le délai est trop serré, que ce n’est pas possible pour nous. J’avais des clients qui me mettaient une pression incroyable mais ils savaient que quand je disais « non, je ne suis pas capable de vous rendre un travail de qualité dans les délais que vous me demandez », ce n’était pas la peine d’insister. Et ils revenaient quand même vers moi par la suite parce que pour eux c’était un gage de qualité. Je crois que quand on se fixe des tarifs trop bas et qu’on accepte n’importe quel travail pour n’importe quel délai, on prend le risque de tomber dans la traduction low-cost. On ne fait pas du bon travail parce qu’on n’a pas le temps de le faire, et parce qu’il faut multiplier les projets pour pouvoir vivre de son métier. C’est extrêmement difficile de se sortir de ce cercle vicieux une fois qu’on est plongé dedans. J’ai connu des traducteurs expérimentés qui avaient pris de mauvaises habitudes et qui n’arrivaient plus à faire de la traduction de bonne qualité, même quand on leur en donnait les moyens en termes de tarif et de délai. Ils avaient été pris pendant des années et des années dans ce système de traduction low-cost et ils n’arrivaient plus à en sortir. Donc mon conseil c’est de vraiment faire très attention à tout ça.

 

Je vous remercie beaucoup Lisa pour le temps que vous m’avez consacré pour cet entretien et pour tous vos conseils.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s