Traduire l’intraduisible : euh, what ?

Par Gwenaël Gillis, étudiante M2 TSM

what

Bon, pour être tout à fait honnête avec vous, mon titre ne reflète pas entièrement la réalité. Mais pour attirer du monde, il faut un titre accrocheur. Alors le voilà !

Je ne dis pas non plus que ce titre est totalement faux mais il aurait simplement pu annoncer certaines difficultés que l’on peut rencontrer en traduction, mais ça aurait été moins drôle et je n’aime pas ce qui est moins drôle, alors allons-y.

Dans la vie, il y a plusieurs choses qui m’intéressent. La cuisine et la musique font partie de ces choses. Ce sont deux domaines qui me passionnent et, en tant que future professionnelle de la traduction, leur aspect linguistique m’intéresse tout autant. Et je sais ce que vous allez dire : « Oui mais tu sais Gwenaël, les chansons et les recettes de cuisine se traduisent, sinon comment aurions-nous connu les burritos, le cheesecake et la pizza ? ». J’avoue que ces exemples ne sont pas vraiment révélateurs mais c’est toute l’inspiration que j’avais sur le moment alors veuillez m’en excuser.

Pour en revenir à ce qui nous intéresse, je suis tout à fait d’accord avec vous. Des personnes très courageuses et créatives se sont déjà penchées sur ce sujet et y ont trouvé des solutions plus qu’appropriées. Mais avant de trouver ces solutions, elles ont dû elles aussi se heurter au problème présent qui est le suivant : comment rendre fidèlement ce que cette chanson, cette recette, dégageait à la base ?

C’est pourquoi je vous invite avec moi à vous pencher sur ces 2 domaines en commençant par ne faire qu’une bouchée du domaine culinaire (désolé mais c’était trop facile).

La traduction culinaire : mettons les pieds dans le plat !

Lorsque je parle de difficultés de traduction dans le domaine culinaire, je ne veux pas dire que c’est impossible mais plutôt que cela demande beaucoup d’imagination et un minimum de savoir en matière de cuisine. Je n’essaye pas ramener ma fraise ou de vous raconter des salades, mais si vous ne suivez pas une certaine logique, ce sera la fin des haricots. Vous ne voudriez tout de même pas être le dindon de la farce ? Encore une fois, c’était trop facile (et un peu trop tentant).

Repartons sur quelque chose d’un peu plus sérieux. Je m’explique. Pour traduire une recette de cuisine (ou tout autre document se rapportant à l’univers culinaire), il faut avoir un minimum de savoir faire dans ce domaine, comme pour tout autre domaine de spécialisation (sinon, ce ne serait pas une spécialisation, vous me suivez ?).

Pour commencer, je vais vous donner un exemple concret : il m’est souvent arrivé de me heurter à certaines recettes américaines, la plus basique étant celle des pancakes. Je voulais la plus authentique possible et j’ai fini par trouver la recette parfaite. En voici les ingrédients : sugar (du sucre, ça va c’est facile), egg (œuf, ok), flour (farine), butter (beurre, ça va toujours), buttermilk (buttermi…, euh non. Houston, nous avons un problème). Explication : le buttermilk, ça n’existe pas en France. Heureusement pour moi, internet existe ! J’ai donc découvert que l’équivalent français le plus proche était le babeurre. Mais le but principal était surtout de trouver un lait fermenté. Et celui-ci faisait bien l’affaire. Ce fut un succès.

Heureusement pour moi, cette histoire connaît un dénouement heureux (ben oui, j’ai quand même pu manger mes pancakes). Mais comment fait-on quand il n’existe pas vraiment d’équivalent ? Quand on connaît toute la diversité culinaire que ce monde contient, ça pourrait faire tourner la tête de plus d’une personne. En effet, comment choisir entre caramel, toffee et fudge ou encore où trouver cheddar, cream cheese et Monterey Jack ? Bien que certain de ces ingrédients soient maintenant commercialisés dans de nombreux pays, il en existe tout de même qui ne sont toujours pas disponibles les rayons de nos supermarchés, et on fait alors chou blanc. C’est à ce moment là qu’apparaît toute la subtilité de cette discipline : il faut connaître son sujet ! Il faut savoir que le cream cheese va être utilisé pour son côté un peu épais et son goût assez effacé. Étant donné qu’on ne pourra pas l’utiliser directement dans un cheesecake, il pourra toujours être remplacé par du Philadelphia ou même du mascarpone. En gros, peu importe l’équivalent que vous aurez trouvé pour votre traduction, tant qu’il remplit le rôle pour lequel on l’utilise, c’est gagné.

Je sais ce que vous allez dire : tout ce blabla et aucune solution de traduction concrète. Mais non, je ne vous ai pas roulés dans la farine. En matière de cuisine, il n’existe pas de bonne ou de mauvaise solution, seul le résultat compte. Tant que le goût, la texture et l’aspect restent les mêmes, il n’existe pas vraiment de règle stricte. Une erreur monumentale serait de suivre la recette d’une lasagne et d’obtenir une tarte aux pommes. Je serai tout de même très intéressée de voir ça !

tarte aux pommes

La traduction de chansons : en avant la musique !

Je trouve la traduction de chansons très intéressante du point de vue du résultat mais aussi de la « procédure » à suivre. En fait, c’est hyper facile. Il suffit de faire une belle traduction tout en ajoutant des rimes à la fin. C’est FAUX ! Vous n’avez pas suivi ce que j’ai dit depuis le début ou quoi ? On ferait mieux d’accorder nos violons tout de suite : la facilité dans ce genre de traduction, c’est comme pisser dans un violon, ça ne sert à rien ! C’est vrai qu’on pourrait chercher à retranscrire les mots de l’artiste tels quels, tout en y apportant quelques modifications afin qu’ils sonnent plus naturels aux oreilles des citoyens de ce monde, mais on perdrait alors toute l’âme de la chanson. Aller plus vite que la musique est inutile, il faut d’abord considérer chaque mot, chaque phrase comme une idée en soit afin d’offrir le meilleur rendu possible.

La plus grande difficulté dans la traduction de chansons réside dans le fait qu’il faut suivre un rythme, une mélodie définie mais dans une autre langue. C’est ce qu’on appelle la métrique, c’est un certain nombre de syllabes utilisées pour suivre le rythme de la chanson. Si vous traduisez une chanson du russe vers l’italien par exemple, le nombre de syllabes devra rester le même sinon vous aurez un « manque » dans la chanson, qui sonnera faux aux oreilles de ceux qui l’écoutent. Et ça, ce n’est pas ce qu’on veut ! Dans le même ordre d’idées, vous devrez faire attention à l’accentuation de certains mots, certaines syllabes, mais aussi à la longueur de vos voyelles. Même si certaines langues peuvent se permettre d’ajouter des u et des i à rallonge, en français, cette stratégie sonnerait vraiment bizarre. Sauf si, bien entendu, vous connaissez des personnes qui parlent comme ça tous les jours, mais je permettrais quand même de mettre un bémol là-dessus.

Après avoir pris en compte tous ces aspects, il vous reste bien entendu à traduire la chanson de la manière la plus fidèle possible sans pour autant faire du mot à mot. Le but principal d’une chanson est de raconter une histoire, un sentiment, une émotion. Traduire littéralement ferait perdre tous ces éléments à la chanson. C’est pourquoi il faut tradapter, c’est-à-dire traduire le sens caché sans pour autant réécrire la chanson. Mais je ne suis pas la mieux placée pour vous parler de ça. C’est pourquoi, je vous laisse vous rendre sur le site suivant : http://website.letradapteur.fr/

Ils sauront mieux vous expliquer que moi. Mais en attendant, étant donné que nos oreilles ne l’ont pas encore assez entendu, ou pas encore assez saignées, à vous de voir (je peux me permettre, je suis une fan inconditionnelle de Disney), je vous invite à un petit cours de tradaptation sur la merveilleuse chanson de La Reine des Neiges : Libérée, délivrée :

 

Bon, je sais que tout ce blabla ne vous aura pas totalement aidé, que ça reste un peu abstrait mais voilà le point général où je souhaitais vous emmener : il n’y a pas de bonne ou de mauvaise traduction dans ces domaines (sauf si vous vous éloignez vraiment du but principal, comme avec la tarte aux pommes. Là je ne peux plus rien pour vous). Le but principal est de rendre une idée en adaptant à la culture, le groupe, la personne visée. Si vous arrivez à retrouver le goût de départ, pour une recette par exemple, ou à raconter la même histoire que celle de la chanson d’origine mais dans votre langue, alors vous aurez (presque) tout gagné. De toute façon, la traduction parfaite n’existe pas. Personne ne pourra vous blâmer, sauf si encore une fois, vous utilisez des pommes pour une lasagne. À ce moment-là, vous êtes impardonnable. Et leur sentence est irrévocable !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s